Avertir le modérateur

13/03/2017

Le smartphone peut-il remplacer les agents en gare SNCF?

Bonsoir,

Ce qui est dommage est le risque de voir la population la plus défavorisé qui a justement plus besoin des services de proximité de la SNCF touché : Retraités, population précaire et pauvre.

Mais aussi des zone blanches ou mal desservi par Internet et les réseaux mobiles touchant cette fois ci les zones peu densément peuplé.

Eric

 

https://www.lesechos.fr/industrie-services/tourisme-trans...

Florian Debes

Pour le président de la SNCF, « 90% de la population a un smartphone ». Verdict : exagéré.

Quand une auditrice de France Inter s'emporte contre ce qu'elle appelle la « déshumanisation » des transports en commun, Guillaume Pépy s'emballe. Invité de la radio publique vendredi matin , le président de la SNCF a écouté les reproches de l'usagère francilienne. Se plaignant des fermetures de guichet sur une ligne banlieue-Paris, elle estime être incitée à consulter son smartphone. « Je pense qu'il y a beaucoup de gens qui ont un smartphone mais on doit pouvoir avoir le choix de faire autrement et avoir le choix de s'adresser à des êtres humains », a-t-elle plaidé. Le patron de la SNCF lui a répondu que « 90% de la population a un smartphone ». Mais ce chiffre est un peu exagéré.

D'après la dernière étude de l'Arcep et du Credoc, seulement 65 % des Français sont équipés d'un smartphone, c'est-à-dire un téléphone mobile permettant la navigation sur Internet . Publié en novembre dernier par le gendarme des télécoms, ce chiffre est certes en croissance depuis 10 ans et le début de la commercialisation de l'iPhone d'Apple . Mais plus d'un tiers de la population ne se connecte pas encore avec son mobile.

93 % de la population possède un téléphone portable... sans Internet

La SNCF a-t-elle des études plus précises concernant la seule population francilienne, qui atteindrait un taux d'équipement si supérieur à celui de l'ensemble du pays ? Contactée, la SNCF n'a pour l'instant pas été en mesure de préciser cette déclaration de son dirigeant.

En revanche, environ 93 % de la population française est bel et bien équipée d'un téléphone portable permettant à minima de... téléphoner. Mais impossible de télécharger l'application des horaires de train ou la carte du réseau sur ces terminaux moins numériques que la relation-client du transporteur public.

@FL_Debes

01/03/2017

Orange déploie la 4G sur de nouvelles lignes TGV et TER

Personne nous aime !

Après la SNCF Orange nous boude aussi

On est la ligne la plus fréquente de la région déclaré comme malade mais on cumule tous les maux de la terre

Eric

http://acteursdeleconomie.latribune.fr/en-bref/2017-02-28...

Par Acteurs de l'économie  | 

(Crédits : AFP)
L'opérateur de téléphonie Orange a déployé la 4G sur la ligne de TGV Lyon-Marseille, mais aussi sur les lignes de TER Lyon-Ambérieu et Lyon-Villefranche-sur-Saône.

Après la 4G sur la ligne Lyon-Paris, lancée il y a tout juste un an, Orange étend son offre. L'opérateur téléphonique vient d'annoncer que son réseau sera déployé sur trois autres lignes dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Il s'agit de la ligne de TGV reliant Lyon et Marseille, mais aussi de deux autres lignes de TER : Lyon-Ambérieux et Lyon-Villefranche-sur-Saône. Ces deux dernières "font partie des cinq lignes de TER les plus fréquentées de la région", indique Orange dans un communiqué. "Chaque jour, on estime que 30 000 voyageurs les empruntent, soit 10 millions de voyageurs par an."

Pour Valérie Thérond, directrice Orange Centre Est : "Lignes TGV et TER, autoroutes...
partout, nous accélérons le déploiement de notre réseau mobile. Avec le développement
des usages, nos clients souhaitent une plus grande disponibilité de la connectivité [...]. Orange a donc inscrit cette exigence dans ses priorités de déploiement
réseaux en Auvergne-Rhône-Alpes."

03/10/2016

SNCF : à quoi sert donc le TLD .sncf qui a coûté si cher ?

http://www.zdnet.fr/actualites/sncf-a-quoi-sert-donc-le-t...

Exclusivité : Il y a un an, dans le cadre de sa nouvelle stratégie numérique, la SNCF dépensait une somme d’argent importante pour créer le TLD .sncf. Aujourd’hui, bizarrement, il semble ne servir à rien. Encore un gaspillage d’argent public ?

 

SNCF : une nouvelle stratégie digitale en février 2015

« Tout digital pour tous ». C’était le mot d’ordre de Guillaume Pépy, président du groupe SNCF, rapporté en février 2015 par mon confère Philippe Guerrier de ITespresso. « Il s’agit de placer le digital dans le cœur de notre activité transporteur […] Le levier de la transformation numérique en entreprise va au-delà du e-commerce et de la relation client. […] Il faut que nos dix millions de clients et 260 000 agents ressentent cette transformation numérique », estimait alors Guillaume Pépy.

Yves Tyrode, récemment nommé « Chief Digital Officer » de la SNCF, présentait dans la foulée un vaste programme de transformation numérique de l’opérateur ferroviaire, et en assurait la promotion dans tous les médias :

Mon confrère blogueur Frédéric Charles vous avait dévoilé les grandes lignes de cette stratégie, qui n’était pas dénuée de sens ni d’intérêt, loin de là !

Un premier accroc avec l'open data en juin 2015

À la fin du printemps de l’année dernière, une première alerte était levée : la SNCF avait en effet profité un peu sournoisement d’un changement d’API pour supprimer la fourniture de données en temps réel sur la circulation des trains, qu’utilisait le site indépendant Raildar.

Un TLD dédié en juin 2015

En juin 2015, la SNCF voyait aboutir un de ses projets numériques : la création du nom de domaine de premier niveau (TLD – Top Level Domain) .sncf :

Mais voilà, il semble que depuis, tout soit parti de travers pour la stratégie numé rique de la SNCF : Yves Tyrode, qui n’a pas encore mis à jour son profil Linkedin a quitté la SNCF en juin 2016, moins de 18 mois après son arrivée ce qui est très court, pour rejoindre le groupe Banques Populaires Caisses d’Épargne.

Il a été remplacé début septembre par Benoît Tiers, venu de chez Sanofi où il était également en charge du numérique. Benoît Tiers chapeaute désormais l'ensemble du numérique et de l'informatique de la SNCF avec le titre de « Chief Digital and Information Officer ».

Et depuis, à quoi a servi le TLD .sncf ?

Du coup, je me suis posé la question « À quoi sert donc le TLD .sncf ? ».  En regardant rapidement quel usage en a été fait, je ne trouve rien de probant.

Seul existe un site nic.sncf, obligatoire, qui dispense l’information minimale pour prendre contact avec les responsables de ce TLD... mais il est rerouté immédiatement sur l'URL www.sncf.com/fr/nic :

Le site phare de la SNCF n’est pas disponible via sncf.sncf :

 

Le site Store de la SNCF, un magasin d’applications, est ouvert sur l’URL store.sncf.com et pas sur store.sncf !

 

 

Que s’est-il donc passé à la SNCF ?

Pourquoi Yves Tyrode est-il resté à peine plus d’un an à son poste, qu’il a quitté discrètement alors qu’il y était arrivé à grands renforts de trompettes médiatiques ?

De façon très concrète et pragmatique, à quoi bon dépenser 185.000 $ de frais de dossier plus 25.000 $ de redevance annuelle (qui va être payée pendant combien de temps ?) si c’est pour tout laisser tomber à peine plus d’un an après ?

Je me permets de poser la question, parce que l’actualité récente nous a hélas démontré que la SNCF pourrait mieux faire pour ce qui est de l’entretien de ses voies et de la maintenance de son matériel roulant.

À cet égard, un reportage consacré au tragique accident ferroviaire de Brétigny-sur-Orge récemment diffusé par France 2 dans l’émission « Envoyé Spécial » est accablant, et concerne plusieurs lignes dans différentes régions. Je vous invite à regarder cet extrait de 3 mn.

Pour essayer d'y voir plus clair, j’ai donc envoyé aujourd’hui au contact administratif du DNS ainsi qu'à Benoît Tiers directement et personnellement le message suivant :

Il y a un an, la SNCF dépensait une forte somme d'argent pour créer le nom de domaine de premier niveau (TLD) .sncf

Aujourd'hui, pouvez-vous me dire précisément quel budget a été consacré à ce projet, et quelles en sont les retombées concrètes et donc le retour sur investissement ?

En effet à part le site web obligatoire nic.sncf je n'ai pas trouvé grand chose sur Internet...

Je ne manquerai pas de vous tenir informé si je reçois des information intéressantes la semaine prochaine !

Mise à jour samedi 1/10 à 19 h 30

Benoît Tiers a pris connaissance de mon message il y a une heure :

À suivre !

 

16:05 Publié dans SNCF, Web | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu