La subvention de l'Etat concerne également les trottinettes électriques, hoverboards ou encore gyropodes.

Après les voitures et les deux-roues motorisés électriques, l'Etat accorde désormais une subvention pour l'achat de vélos à assistance électrique (VAE).

Cette nouvelle mesure a été publiée au Journal officiel samedi 18 février et vantée ce week-end par la ministre de l'Environnement Ségolène Royal.

 

Des véhicules très chers

Sur présentation d'une facture à l'Agence des services et des paiements , toute personne qui achète un vélo électrique peut ainsi recevoir 200 euros. Cette aide, valable jusqu'au 31 janvier 2018, sera versée une seule fois par acheteur. Une prime "attribuée à toute personne physique majeure justifiant d'un domicile en France ou à toute personne morale justifiant d'un établissement en France et à toute administration de l'Etat", indique le décret.

Avec cette nouvelle mesure, le gouvernement vise à avantager la "mobilité électrique", alors qu'un VAE coûte généralement plus de 600 euros (jusqu'à plusieurs milliers d'euros pour les plus coûteux). A noter que la subvention de l'Etat concerne également les trottinettes électriques, hoverboards ou encore gyropodes s'ils n'utilisent pas de batterie au plomb.

Cette mesure était réclamée par la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB), le Réseau action climat ou la Fédération des usagers des transports (Fnaut). Selon"Le Parisien", une quarantaine de villes et agglomérations proposent déjà des subventions pour l'achat d'un vélo électrique. La Ville de Paris subventionne par exemple 33% du prix d'achat d'un vélo à assistance électrique dans la limite de 400 euros.

Le décret publié samedi précise que ces aides ne sont pas cumulables avec celle que propose désormais l'Etat. L'an dernier, 100.000 vélos à assistance électrique se sont vendus, selon le Club des villes et territoires cyclables.