Avertir le modérateur

02/12/2018

Avant-pays Savoyard : appel à la mobilisation pour le maintien du TER

https://www.ledauphine.com/savoie/2018/11/27/appel-a-la-m...

Par Emmanuel CABRIT | Publié le 27/11/2018 à 06:06

Les usagers expriment leur mécontentement quant à la disparition de nombreux passages des trains à partir du 9 décembre.  Photo Le DL/E.C.

Les usagers expriment leur mécontentement quant à la disparition de nombreux passages des trains à partir du 9 décembre. Photo Le DL/E.C.

Des habitants de l’Avant-pays Savoyard lancent un appel à manifester en gare de Lépin-le-Lac, dimanche 2 décembre à 11 h 30, pour exprimer leur mécontentement quant à la disparition de nombreux passages des trains à partir du 9 décembre.

Les usagers impactés et en colère

À cette date, la desserte ferroviaire entre “Lyon et Chambéry, via Pont-de-Beauvoisin et Lépin-le-Lac, va voir sa fréquentation s’amoindrir sur ces deux gares, avec seulement deux allers-retours en pointe maintenus via Pont-de-Beauvoisin et Bourgoin-Jallieu”, a confirmé SNCF Réseau, avec “l’ensemble de l’offre qui passera dorénavant par Aix-les-Bains - Ambérieu”.

Par Emmanuel CABRIT | Publié le 27/11/2018 à 06:06

30/11/2018

SNCF Réseau veut épauler les Régions dans la libéralisation du transport de passagers

https://objectifaquitaine.latribune.fr/infrastructures/20...

Par Jean-Philippe Déjean  | 

Jean Ghedira
Jean Ghedira (Crédits : Patrick Lazic)

La création du marché ferroviaire européen, qui passe par l’ouverture à la concurrence des transports de passagers et de marchandises, est désormais dans les tuyaux. Gestionnaire du réseau ferré, SNCF Réseau veut s’imposer comme l’expert conseil auprès des Régions et des nouveaux acteurs. Parce que l’éclosion de ce réseau ferré internationalisé, portée depuis 1992 par la création du marché unique européen, s’annonce comme une partie délicate à jouer.

Jean Ghedira, directeur général adjoint en charge de la direction clients et services de SNCF Réseau, dont Patrick Jeantet est le PDG, participait ce mercredi 28 novembre au colloque "Le Ferroviaire autrement" organisé par la Région Nouvelle-Aquitaine et Mobilettre : média en ligne spécialisé dans les thèmes de la mobilité. Ce colloque était le premier du genre organisé en France. Jean Ghedira, qui a accepté de parler des sujets-clés au cœur de la réforme ferroviaire avec La Tribune, met deux préoccupations majeures en avant : la prochaine ouverture du marché ferroviaire à la concurrence et l'expertise que va proposer dans ce cadre SNCF Réseau aux autorités organisatrices de transports, et tout particulièrement aux conseils régionaux.

Un changement de cap qui s'opère sous des climats réglementaire et législatif porteurs puisqu'en juin dernier a été adopté le Nouveau pacte ferroviaire, et que le 26 novembre le projet de la loi sur les mobilités (LOM) a été présenté en conseil des ministres. Jean Ghedira rappelle que le Nouveau pacte ferroviaire de juin contient deux bonnes nouvelles : la reprise d'une partie de la dette du groupe SNCF et une capacité d'investissement en hausse de +50 % sur les dix prochaines années.

La Région, pivot territorial du réseau ferré

"Le projet de loi LOM, présenté ce lundi 26 novembre, est une bonne nouvelle. Parce que cette loi doit donner davantage de pouvoir aux autorités organisatrices de mobilités sur l'ensemble du territoire. Avec une priorité fortement soulignée dans le projet de loi, celle de favoriser les transports du quotidien et l'entretien des réseaux" éclaire Jean Ghedira.

Ces autorités organisatrices de mobilité peuvent être des agglomérations, auxquelles s'adresse le projet porté par la ministre des Transports, Elisabeth Borne, de créer des péages urbains. Mais les conseils régionaux s'imposent déjà comme de grandes autorités territoriales organisatrices de mobilité puisqu'ils gèrent le réseau des TER (trains express régionaux), en coopération avec le groupe SNCF. Le projet d'ouvrir le marché des voyageurs du chemin de fer à la concurrence est dans les tuyaux de la présidence Macron, ce dont se réjouit Jean Ghedira.

"Nous sommes au côté des régions qui voudraient saisir cette opportunité, en préparant avec elles cette ouverture du marché. Notre expertise permettra aux élus de déterminer les périmètres de voies à mettre en concurrence, la robustesse du modèle proposé... Nous avons commencé à travailler avec des conseils régionaux auxquels nous apportons notre expertise", déroule le DGA de SNCF Réseau.

La SNCF va vraiment changer de modèle

La Nouvelle-Aquitaine fait partie de ces régions en pointe qui sont demandeuses d'une expertise et qui ont commencé à travailler sur le sujet avec SNCF Réseau. La loi LOM doit littéralement reconfigurer le paysage du transport ferroviaire de passagers dans le pays. Un bouleversement qui n'a rien d'une simple mise à niveau des infrastructures, car c'est bien le logiciel du transport ferroviaire de passagers (et donc aussi des marchandises) qui va être réécrit. Une toute nouvelle géométrie organisationnelle va prendre ainsi le relais d'un modèle national structurellement formaté avec la création de la SNCF en 1937.

"La question des périmètres est centrale puisqu'elle intègre par exemple le fait qu'il y a un nœud ferroviaire à Bordeaux. Beaucoup de trains passent par cette ville, il ne faut pas l'oublier. Il ne s'agit pas d'affaiblir la région de Bordeaux à cause de mauvais choix. Il est important de bien positionner les ateliers de maintenance et la durée de la maintenance... Nous proposons aussi nos services pour former les équipes des régions sur la compréhension du système ferroviaire, du processus de commande de sillons... Nous sommes également garants de l'équité de traitement pour s'assurer que le transport des voyageurs ne se fasse pas au détriment de celui des marchandises" étaye ainsi Jean Ghedira.

Conseiller Régions et futurs opérateurs du marché

L'enjeu est important pour l'Etat mais aussi pour SNCF Réseau, qui a complètement changé de perspectives d'évolution avec l'abandon de Réseau ferré de France (RFF). Il s'agit toujours de gérer l'infrastructure ferroviaire mais de façon coordonnée avec la SNCF et dans une perspective inédite de pivot de l'activité autour de l'expertise de SNCF Réseau, qui ne devrait pas avoir de mal à s'imposer en Europe dans ce créneau du conseil en ingénierie.

"Nous nous lançons aujourd'hui car c'est le bon moment. La préparation d'un appel d'offres de niveau européen, comme ce sera le cas avec l'ouverture du transport de voyageurs par train à la concurrence, nécessite en général la préparation d'un cahier des charges et le suivi d'une procédure lourde, confirme Jean Ghedira. Au sein de mon équipe, poursuit-il, j'ai créé un département entièrement consacré à l'ouverture du marché à la concurrence pour être en mesure de travailler le sujet avec les Régions, voire les opérateurs qui veulent se lancer. A la SNCF nous sommes prêts à aller plus loin et à changer notre image".

Un nouveau chapitre de l'histoire ferroviaire est en train de s'écrire, avec la régénération du réseau ferré et une ouverture sans précédent à la concurrence au sein de l'Union européenne. Un pari qui n'est pas sans risques.

17/10/2018

Pas mal de changements pour les usagers SNCF en raison du chantier à Lyon-Part-Dieu

https://www.francebleu.fr/infos/transports/de-gros-change...

mardi 16 octobre 2018 à 21:57 Par Céline Loizeau, France Bleu Isère, France Bleu Pays de Savoie, France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu Drôme Ardèche et France Bleu Pays d'Auvergne

Ça va se compliquer pour les usagers du train à partir de la fin d'année. La SNCF a dévoilé ce mardi son service annuel 2019. Comme chaque année, ça démarre le 2e dimanche de décembre, soit le 9. Mais il s'agit d'une " année particulière" selon le patron des TER.

La gare de Lyon Part-Dieu va se doter d'une 12e voie afin de réduire les retards.
La gare de Lyon Part-Dieu va se doter d'une 12e voie afin de réduire les retards. © Maxppp - PHOTOPQR/LE PROGRES

Lyon, France

Aussi bien les représentants des différentes directions de la SNCF que du Conseil régional -autorité organisatrice des transports- tous le disent, ce nouveau plan de transport qui entrera en vigueur le 9 décembre s'est fait "sous contrainte". 

 

Une nouvelle voie à Part-Dieu

En raison de gros travaux en gare de Lyon-Part-Dieu, les impacts sont nombreux. Il s'agit notamment de créer une voie supplémentaire, pour passer à 12 voies, afin de réduire les retards. La mise en service de la nouvelle voie est annoncée en 2023. Le temps des travaux, le chantier va perturber la vie de cette gare importante. Part-Dieu voit passer, chaque jour, plus de la moitié des usagers de la région. 

Moins de trains

C'est l'ensemble de l'offre qui doit s'adapter dans toute la région. Pour résumer, cela va de tracés modifiés, à des changements d'horaires, en passant par des trains dirigés vers Perrache et Jean-Macé. Des changements dans le quotidien donc. Il faudra faire globalement avec une offre amputée de 10% des trains. Mais, la SNCF promet plus de rames pour transporter autant de voyageurs qu'aujourd'hui, voire plus sur certaines lignes dynamiques. Des lignes TGV ou pour les TER la Lyon-Grenoble.

La SNCF et la Région disent avoir voulu équilibrer les efforts entre TER et TGV mais également sur l'ensemble des territoires. A noter que les deux Savoies profitent de ces ajustements avec une offre renforcée entre Aix-les-Bains et Chambéry, Annecy et Lyon ainsi que Chambéry et Lyon.

Reportage

Impacts sur le réseau TER

  - Aucun(e)
- © SNCF
  - Aucun(e)
- © SNCF

Impacts sur le réseau TGV

Les TGV concernés (OUIGO compris) par la réduction de capacité en gare de Part-Dieu proviennent de l’ensemble du territoire : Hauts de France, Bretagne / Pays de Loire, Ile-de- France, Bourgogne-Franche-Comté et Grand Est. 

Paris-Rhône-Loire

Les fréquences de la relation Paris-Lyon (22 Aller/Retour) et Paris - St-Étienne (4 A/R) restent identiques avec des modifications horaires sur la ligne Paris St-Étienne. L’offre TGV INOUI Paris <> St Exupéry est réduite de 1 aller-retour en semaine (hors été) 10 allers-retours circuleront.

Paris-Alpes

Déploiement des rames DUPLEX sur l’ensemble du territoire de TGV Sud-Est pour assurer une capacité supplémentaire en termes de place. En semaine (hors été), l’offre Paris-Grenoble comptera un aller-retour de moins pour s’établir à 8 allers-retours quotidiens avec un volume de places proposé supérieur à celui de 2018. L’offre Paris-Chambéry-Annecy comptera cinq allers-retours, soit deux allers-retours de moins, ce qui représente une capacité en baisse de 10%.

Rhin-Rhône-Méditerranée

Suppression de quatre allers-retours (Nancy-Toulouse, Metz-Nice, Bâle-Marseille, et Strasbourg-Marseille par le Revermont) et l’offre expérimentale d’un Nancy-Lyon via Marne-la-Vallée.

Desserte Lyon – Valence TGV

Elle est fortement impactée. Suppression de quatre allers-retours vers/depuis la région Grand-Est vers la Méditerranée dont 2 desservaient la gare de Valence TGV : le Nancy-Toulouse et un Strasbourg-Marseille. Des modifications horaires sur les relations Lille-Bruxelles-Méditerranée dont certains concernant des trains desservant Valence. 

Il y a des reports de trains TER et TGV vers Lyon-Perrache (pour alléger la gare de Part-Dieu). Cependant, la desserte de Valence avec Paris compte 13 allers-retours (dont trois avec Valence ville) et 1,5 aller-retour avec Lyon. 

Au global, ce sont 25 allers-retours qui sont offerts au départ de Valence TGV, avec comme principales destinations Paris et Lyon mais aussi Nice, Marseille, Barcelone, Perpignan, Toulouse, Montpellier, Rouen, La Havre, Marne-la-Vallée, Roissy, Lille, Dijon, Strasbourg et Luxembourg pour les principales.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu