Avertir le modérateur

26/03/2019

Les trains à hydrogène "zéro émission" bientôt dans les gares de la région

https://www.leprogres.fr/rhone-69/2019/03/24/les-trains-a...

La Région Auvergne-Rhône-Alpes veut miser sur les trains à hydrogène pour une mobilité entièrement décarbonée. Elle devrait passer à l’action dans les prochains mois pour tester ces trains à l’horizon 2022 ou 2023.

  • Le 24/03/2019 à 06:00 mis à jour à 07:18
     

Le premier train à hydrogène fabriqué par Alstom arrive en gare de Bremervoerde, en Allemagne, le 16 septembre 2018. Photo Patrik STOLLARZ / AFP RelaLe premier train à hydrogène fabriqué par Alstom arrive en gare de Bremervoerde, en Allemagne, le 16 septembre 2018. Photo Patrik STOLLARZ / AFP Rela

Le train hydrogène d'Alstom. Photo AlstomLe train hydrogène d'Alstom. Photo Alstom

Train à hydrogène. Photo AlstomTrain à hydrogène. Photo Alstom

Des trains “zéro émission” dans la Région, cela ne sera bientôt plus de la science-fiction, mais une réalité. Dans la foulée du Plan Hulot, en juin 2018, Auvergne-Rhône-Alpes, déjà à la pointe en matière d’hydrogène, a été l’une des Régions à se porter candidate pour accueillir sur son territoire des trains à hydrogène. Cette technologie, déjà utilisée en Allemagne dans la région de Basse-Saxe depuis septembre 2018, intéresse aux quatre coins du monde. Le train, électrique, est ainsi alimenté par l’énergie produite dans la pile à combustible par la rencontre entre l’hydrogène stocké sur le toit et l’oxygène de l’air. Aucun rejet, hormis de la vapeur d’eau.

La Région se veut en pointe

Avec le plan “Zéro Émission Valley” (ZEV), lancé par l’actuel exécutif, Auvergne Rhône-Alpes ambitionne de devenir la première région hydrogène d’Europe. Le projet ZEV vise à déployer 1 000 véhicules, 20 stations de distribution ainsi que quinze électrolyseurs pour produire de l’hydrogène.

La ligne Lyon-Roanne-Clermont ciblée

Une ligne a déjà été ciblée : Lyon-Roanne-Clermont. Avec un tronçon central non électrifié de 130 kilomètres environ, elle est l’une des lignes qui consomment le plus de gazole en France, pour un trajet de 2 h 20 environ.

Pour avoir un parc conséquent en 2028, il faut une mini-flotte active sur le territoire en 2022. Alors, la collectivité aux 3000 km de voies ferrées devra se positionner dans les prochains mois pour voir ces trains rouler sur son réseau en 2022 ou 2023. À en croire Alstom, pour que ce scénario se réalise, il faudrait que les commandes arrivent dès ce premier semestre 2019.

Un train désherbeur pour épandre un peu moins de glyphosate sur les voies

Bonjour,

Réduire c'est bien mais le supprimer complètement serait beaucoup mieux et logique mais demander à celui qui pollue cela me semble impossible surtout lorsque les quantités sont stratosphérique et surtout reconnu dangereuse pour notre santé.

Eric

http://www.lefigaro.fr/societes/2019/03/26/20005-20190326...

Un train désherbeur pour épandre un peu moins de glyphosate sur les voies
Crédit : Bayer

La SNCF, premier pollueur au glyphosate de France avec 35 tonnes épandues chaque année le long des rails, pourrait réduire de 70 % sa consommation.

C'est un train pas comme les autres qui est présenté, mardi et mercredi, à Lille, au Sifer, un salon spécialisé dans le rail. Avec son intelligence artificielle et ses caméras sur les côtés, ce drôle de convoi sait détecter les grosses touffes de mauvaises herbes et les arroser de la juste dose d‘herbicide pour les faire disparaître. Cette attaque «ciblée» évite d'épandre les produits nocifs à haute dose et sans discernement aux abords des voies ferrés, promet le concepteur de ce train, le chimiste allemand Bayer. La quantité utilisée diminue d'au moins 40 %. La SNCF, premier pollueur au glyphosate de France avec 35 tonnes épandues chaque année le long des rails, pourrait même ainsi réduire de 70 % sa consommation.

À Lille, Bayer, qui a racheté le chantre du glyphosate Monsanto et fait face à de nombreux procès intentés aux États-Unis par les victimes de ce produit, espère aussi convaincre les chemins de fer anglais, italiens ou belges de louer ses services pour désherber leurs voies ferrées, comme le fait déjà depuis deux ans la Deutsche Bahn, la compagnie de chemin de fer allemande. Et il travaille déjà à perfectionner son engin. Avec ses deux citernes (une pour l'herbicide, l'autre pour l'eau qu'il faut lui ajouter), ses cabines confortables pour les agents qui restent à bord plusieurs jours, et sa locomotive, il peut asperger la terre en roulant à 50 km/heure. Demain, il pourrait atteindre 80 km/heure. Mais d'autres industriels rêvent, eux, de désherber les voies sans polluer avec de petits robots qui, tout simplement, arrachent l'herbe indésirable.

29/12/2017

DÉMOGRAPHIE De plus en plus de monde en Nord-Isère

Bonjour,

La logique voudrait que nous ayons plus de moyen pour nos trains afin de combler à cette forte affluence!

Sinon c'est encore plus de monde sur les routes qui seront attendu.

De plus nous ne pouvons pas tous aller sur agglomération lyonnaise qui elle même à fortement augmenter au niveau de sa démographie.

Eric

http://www.ledauphine.com/isere-nord/2017/12/29/de-plus-e...

C’est surtout le long de l’A43, sur les territoires de la Capi et des Vals du Dauphiné, que la population augmente de façon importante, selon les analystes de l’Insee.  Photo DL/Michel THOMAS

C’est surtout le long de l’A43, sur les territoires de la Capi et des Vals du Dauphiné, que la population augmente de façon importante, selon les analystes de l’Insee.  Photo DL/Michel THOMAS

C’est réglé comme du papier à musique. Chaque début d’année, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) recense la population française. Et cette année encore, le Nord-Isère continue de gagner des habitants. À un rythme plus soutenu que sur le reste du département.

« La déconcentration de l’agglomération lyonnaise se poursuit, observe Bertrand Kauffmann, directeur régional adjoint à l’Insee Rhône-Alpes Auvergne. Les gens s’éloignent de plus en plus de leur lieu de travail situé dans le Lyonnais, pour s’installer dans le Nord-Isère. »

À ce petit jeu, c’est l’arrondissement de La Tour-du-Pin (secteur englobant la Capi et les Vals du Dauphiné) qui progresse le plus vite, avec plus de 4 000 habitants supplémentaires par an. « C’est un taux d’accroissement deux fois plus rapide que la moyenne française », précise Bertrand Kauffmann.

L’arrondissement de Vienne, grandit toujours, mais moins vite. « L’augmentation de la population est de 0,7 % par an, ce qui équivaut à la moyenne régionale, constate Bertrand Kauffmann. Le secteur de Vienne a connu une hausse très forte dans la dernière décennie, qui commence à se stabiliser. »

A priori, une population qui augmente est un signe de bonne santé pour un territoire. Encore faut-il pouvoir suivre en termes d’infrastructures, de services, de logements.

Notre dossier complet dans nos éditions Nord Isère du Dauphiné Libéré de ce vendredi 29 déembre 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu