Avertir le modérateur

19/04/2017

Lyon-Turin 21 avril CHIMILIN

20h Salle des fêtes

 lyon turin 21 avril chimilin.jpg

présentation du projet alternatif

ENTREE  GRATUITE

ORGANISATION: A.D.E.C.  tel : 04 76 32 59 00 ou 06 09 85 87 39

association de défense de l’environnement à Chimilin

Nous avons le plaisir de vous inviter à la réunion d’information le vendredi 21 avril,

Salle des fêtes à 20h00

Présentation : Michel Martin, ingénieur, réalisateur de l’étude alternative Lyon-Turin, un projet respectueux de l’environnement.

Au programme : présentation de notre projet alternatif Lyon Turin, consistant en une transformation de la voie existante, supprimant toutes les nuisances liées à l’activité ferroviaire, et coutant 10 fois moins cher que le projet dévastateur proposé

Comptant sur votre indispensable présence,

13/04/2017

La qualité de l'air ne doit pas être l'otage du Lyon Turin ! - Communiqué de presse du 12 Avril 2017

Communiqué de presse du 12 Avril 2017

FNE- CIPRA - ARSMB - FRAPNA -MOUNTAIN WILDERNESS - VIVRE ET AGIR EN MAURIENNE - ENVIRONN’MONTBLANC/INSPIRE - LES AMIS DE LA TERRE - VIVRE EN TARENTAISE - LES AMIS DE LA CONFEDERATION PAYSANNE
 
La qualité de l'air ne doit pas être l'otage du Lyon Turin !
 
La Région Auvergne Rhône Alpes organise le 13 avril une concertation sur le report modal des marchandises de la route sur le train et le fluvial, à Chambéry (9h-17h Université de Savoie Rue Marcoz).
 
1- Le Collectif regroupant les 12 associations signataires, représentant plus d'un million d'adhérents et de sympathisants, salue cette initiative du Vice Président délégué aux transports, Patrick Mignola et l'intérêt que leur apportent les autres Vices Présidents, notamment celui en charge de l'Environnement, Monsieur Éric Fournier.
Elles espèrent qu'aucun sujet ne sera tabou, et que toutes les données techniques, sociales, économiques seront mises sur la table sans calcul, désinformation ou manipulation des différentes parties prenantes (notamment et surtout en ce qui concerne la capacité de la ligne ferroviaire existante Dijon - Modane et son tunnel du Mont Cenis).
Elles jugent qu'un temps de parole de 5 minutes par intervenant n'est pas suffisant pour garantir la qualité d'un débat contradictoire à la hauteur des enjeux.
 
2- Elles rappellent :
-  que les enjeux sont la qualité de l'air, le réchauffement climatiques, la sécurité et la santé des populations et qu'elles ont été nombreuses à déposer plainte contre X pour mise en danger de la vie d'autrui
-  que depuis la mise au gabarit GB1 de la ligne historique et du tunnel du Fréjus (juin 2012), les autorités publiques auraient pu mettre les camions sur le train depuis Ambérieu en optimisant l'usage de cette ligne, si l'Autoroute Ferroviaire Alpine (AFA) n'avait pas été scandaleusement torpillée.
-  qu'il est hors de question d'attendre encore 20 à 30 ans, qu'elles qu'en soient les raisons, comme le préconisent les promoteurs du Lyon Turin
-  qu'il est urgent de consacrer les moyens financiers actuellement disponibles au report modal des marchandises et des voyageurs sur le rail plutôt qu'à une fuite en avant au moment où les trafics de marchandises stagnent
-  que tout doit être mis en œuvre, comme l'exigent tous les schémas régionaux et nationaux (Plans Climat, SRCAE, ...) pour relocaliser l'économie et ainsi créer des emplois locaux en continuant de faire baisser le trafic international de marchandises.
 
3- Enfin, les Associations rappellent qu’elles condamnent le doublement du tunnel routier du Fréjus depuis toujours (étant entendu qu'il existe d'autres solutions pour assurer la sécurité... notamment la mise des camions sur le train !). Tous les investissements routiers et autoroutiers de cette nature dans les Alpes ou ailleurs sont totalement incohérents avec la volonté énoncée le 13 avril par la Région AURA de favoriser le report modal.
 
Aussi, les Associations participent activement à la concertation engagée par le Vice Président Patrick Mignola. Elles ont produit 30 propositions réalistes inspirées de plusieurs décennies de travail et d'expériences de terrain dans toutes les Alpes. (en pièce jointe)
Elles restent néanmoins extrêmement vigilantes et prêtes à dénoncer les manipulations et la désinformation que certains acteurs ne manqueront pas d’afficher, à leurs habitudes.
 
 
Les 12 associations invitent les médias à discuter de leurs propositions et à décrypter les positions des acteurs qui jouent, de fait, contre la santé publique et l'environnement
lors d'une CONFERENCE DE PRESSE le 13 avril de 17h15 à 18h30  
Salle 3 de l’Université de Savoie (rue Marcoz, à coté de la salle de la séance plénière).
 
 
Pour le Collectif, contact : 
Alain Boulogne 06 87 71 90 56    
Marc Pascal      06 08 83 52 69
 
 
2017-04-13 Quelles mesures concrètes pour « booster » le report modal dès 2017-FINALE.pdf

01/04/2017

La SNCF va crouler sous les dettes !

http://www.europe1.fr/emissions/la-une-de-leco/la-sncf-va...

07h08, le 31 mars 2017

http://www.dailymotion.com/video/x5gs9ya_la-sncf-va-croul...

La Une de l'éco est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour

Selon un constat alarmant que dresse le gendarme du rail, l'Arafer, la SNCF devra faire face à une dette de 63 milliards d'euros à compter de 2026.

L'État a conclu un contrat de performance avec la SNCF.

L’objectif est de rénover le réseau existant. Bravo dit le gendarme du rail (L’Arafer) sur le fond, le réseau a besoin d'un coup de neuf. 28 milliards seront donc consacrés à cette rénovation.
Le second objectif est de remettre financièrement la SNCF sur les rails, l’Arafer est d’ailleurs beaucoup plus inquiet sur l'équation financière.

D'abord le document affirme que la SNCF va faire des gains de compétitivité notamment face à l'arrivée de la concurrence, mais il ne précise absolument pas comment.
Selon ce contrat de performance, la SNCF va pouvoir bénéficier de recette commerciale supplémentaires mais l’Arafer ne voit pas comment. Le TGV est déjà considéré comme trop cher, avec des rames à moitié vides.
Les jeunes préfèrent le covoiturage ou les compagnies aériennes low-cost.
Pour remplir ses TGV, la SNCF doit baisser ses prix notamment grâce à l’offre Oui Go.

Le gendarme du rail s'inquiète donc d'une explosion de la dette qui est aujourd'hui de 42 milliards et qui devrait atteindre les 63 milliards en 2026.

Que faudrait-il faire ?

L'État ferait bien de laisser la SNCF tranquille.
Le problème aujourd'hui, c’est que la SNCF est un jouet aux mains des politiques qui décident de lancer de nouvelles lignes déficitaires.
La ligne Paris-Bordeaux sera forcément déficitaire tout comme Poitier-limoge ou Lyon-Turin.
L'État interfère dans les discussions pour empêcher les réformes. Au printemps dernier, le gouvernement a demandé à Mr Pepy de suspendre sa réforme de compétitivité parce qu'il craignait des grèves en pleine manifestation contre la loi Travail.
Résultat, la SCNF se retrouve aujourd'hui en difficulté, du fait de cette ingérence de l'État dans ses affaires.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu