Avertir le modérateur

17/11/2018

Ter repetita sur la ligne en Y "Lyon - SAG - Grenoble / Chambéry " - Train en panne : Non ! Un simple PN en dysfonctionnement = Jusqu'à 3h30 de retard !!!

Il est 21h40 ce vendredi soir, 16 novembre, et les voyageurs bloqués depuis 18h00 commencent à arriver dans leurs gares de destination !!!

Pour un passage à niveau (PN) en dérangement, on retrouve ce soir, en pire, les conséquences des pannes des trains du 21 décembre 2017 et du 1er mars 2018. Car ici, il ne serait question que d'un PN en dérangement (on utilise le conditionnel car les informations sont très contradictoires à cette heure-là), il serait aussi question du TER 885351 parti avec 50 mn de retard au départ de Lyon Perrache ou du TER 17631 parti avec près de 30 mn de retard au départ de Lyon Part-Dieu (surchargé par les voyageurs du TER 17633 supprimé) tombé en panne à cause du dysfonctionnement du PN, puis de voyageurs, debout depuis plus d'une heure, excédés et ulcérés par les impacts subis quotidiennement sur cette ligne et par le manque d'information et d'anticipation de la SNCF, qui seraient descendus sur la voie. Heureusement les pompiers étaient là pour gérer les malaises dans les trains arrêtés.

Encore une fois, plus de 3 heures de retard, voire + pour les voyageurs qui ont été détournés par Ambérieu en Bugey, ceux qui ont pris des bus de substitution mis en place très tard ce soir, ceux qui ont été abandonnés dans les gares et haltes intermédiaires sans information fiable et sans eau mise à disposition par la SNCF, c'est inadmissible !
Quand la SNCF va-t-elle prendre en compte le fait qu'elle transporte des êtres humains dans ces trains de type TER et pas du fret ? Pourquoi la gare de Lyon Part-Dieu a informé ses clients TGV dès le début du problème et pas les usagers des TER ? Et on regrette jour après jour l'absence d'IPCS sur cette portion de ligne, le changement de voltage à St Pierre de Chandieu et la présence d'un aussi grand nombre de PN pour une ligne avec autant de circulations (il faut que les autres PN comme le PN11 cette année soient supprimés) ....

 

Mais saura-t-on la cause de ce Nième dysfonctionnement ? Vendredi dernier déjà, 9 novembre, les voyageurs ont subi des retards conséquents dus à un obstacle sur voie à un PN !

Que sera la situation après le 9 décembre en cas de problème de ce genre avec des trains plus chargés (ce qui sera le cas du TER 17633 qui devra assurer l'emport des TER 17631 et 17633), des voyageurs debout puisque le nombre de trains aura été fortement réduit, des trains en nombre supérieur à Jean Macé qui était déjà saturée mercredi 14 novembre, des trains qui seront les derniers à circuler pour aller dans l'avant-pays savoyard sans train pour revenir de Chambéry ensuite, des voyageurs abandonnés dans les haltes et gares intermédiaires ...?

Pour l'ADUT

Patrice Belvegue

Co-président de l'ADUT

--

Association Dauphinoise des Usagers du Train

1285, Route de la croix St Marc

38440 Ste Anne sur Gervonde
Email : adut.ter.ra@gmail.com
Blog :  http://adut.20minutes-blogs.fr/

Lyon : les 15 trains bloqués à cause d’une panne et de voyageurs imprudents ont pu repartir en milieu de soirée

https://www.leprogres.fr/rhone-69/2018/11/16/lyon-15-trai...

Vers 20 heures, vendredi, quinze trains ont été complètement bloqués autour de l’agglomération lyonnaise, dont huit étaient arrêtés en pleine voie. Des milliers de voyageurs étaient concernés. Le retour à la normale s'est effectué en milieu de soirée.

 

  • Le 16/11/2018 à 21:18 mis à jour à 23:05

 

À l’origine de cette pagaille ferroviaire, un incident survenu sur un passage à niveau, vers 18 h 20, à Chandieu, près de Saint-Priest. L’incident a provoqué une coupure électrique et l’arrêt d’un TER qui venait de partir de Perrache à destination de Grenoble, avec 600 passagers à bord. Photo d'illustration Ludovic MARIN / AFPÀ l’origine de cette pagaille ferroviaire, un incident survenu sur un passage à niveau, vers 18 h 20, à Chandieu, près de Saint-Priest. L’incident a provoqué une coupure électrique et l’arrêt d’un TER qui venait de partir de Perrache à destination de Grenoble, avec 600 passagers à bord. Photo d'illustration Ludovic MARIN / AFP

Quinze trains étaient complètement bloqués, ce vendredi soir, autour de l’agglomération lyonnaise, dont huit étaient arrêtés en pleine voie. Des milliers de voyageurs étaient concernés. La situation a duré plus de deux heures avant de revenir à la normale en milieu de soirée.

À l’origine de cette pagaille ferroviaire, un incident survenu sur un passage à niveau, vers 18 h 20, à Chandieu, près de Saint-Priest. L’incident a provoqué une coupure électrique et l’arrêt d’un TER qui venait de partir de Perrache à destination de Grenoble, avec 600 passagers à bord.

Des passagers décident de descendre du train

Problème : de nombreux passagers ont décidé de descendre du train, sur les voies. Ce qui a immédiatement interrompu le trafic sur la ligne, avec des répercussions en cascade.

« On attend depuis près de deux heures, on ne sait pas vraiment ce qui se passe », témoigne un passager du TGV Lyon-Nice, immobilisé au niveau de Vénissieux.

« Les voyageurs qui descendent sur les voies prennent des risques pour leur sécurité », rappelle un responsable de la communication de la SNCF.

Des risques et des conséquences sur des milliers d’usagers. Vers 20 h 25, les passagers ont regagné le train, avec l’intervention de nombreux personnels en assistance. En même temps, le TER a pu reculer, prendre son élan et passer le secteur sans électricité.

La SNCF a annoncé avoir rétabli le trafic en milieu de soirée, vendredi.

Les usagers du train redoutent déjà 2019

https://www.ledauphine.com/isere-nord/2018/11/17/les-usag...

Par J.A.M. | Publié le 17/11/2018 à 06:05

Entre grève et travaux, 2018 aura été difficile. Et l’Adut pronostique déjà une année 2019 compliquée pour les usagers…  Photo Le DL

Mercredi 14 novembre à Bourgoin-Jallieu, c’était l’heure du bilan pour l’Association dauphinoise des usagers du train (Adut), qui œuvre en faveur de l’amélioration des conditions de transports des voyageurs sur la ligne ferroviaire Lyon-Saint-André-le-Gaz/Chambéry/Grenoble.

Si cette assemblée générale a permis de renouveler le conseil d’administration et la coprésidence, l’accent a surtout été mis sur les actions menées au cours de l’année 2018 et celles à venir.

« 2018 a été une année particulièrement difficile pour les usagers » constate Patrice Belvegue, l’un des cinq coprésidents de l’association. S’il a salué la suppression du passage à niveau situé à Saint-Pierre-de-Chandieu, il est aussi revenu sur le gros point noir de 2018 : la grève. « Avec le peu de grèves en 2017, on s’était dit que la direction de la SNCF et les syndicats représentant les salariés avaient compris que les jours de grève ne pouvaient que nuire à leurs intérêts… ». Car oui, la grève perlée qui a affecté la SNCF d’avril à juin a contraint des voyageurs à se (re) tourner vers la voiture.

Le chantier de la gare de La Part-Dieu va affecter tout le trafic

 Et l’année 2019 risque d’être du même acabit. « Il va y avoir du boulot pour l’association dans les années à venir », pronostique Patrice Belvegue. Les adhérents appréhendent tout particulièrement le grand chantier qui attend la gare Lyon Part-Dieu d’ici le mois de décembre et jusqu’en 2021. Avec des incidences sur tout le trafic régional. À ce titre, une pétition a été lancée début novembre dans l’Avant-Pays savoyard pour dénoncer une “suppression de 75 % des trains sur la ligne Lyon-Chambéry” en raison de ce chantier dans ce secteur.

Si plusieurs idées d’actions ont été partagées, rien de concret n’a été décidé lors de l’assemblée générale. Mais il est fort probable que l’Adut décide de passer à l’action dans les semaines à venir.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu