Avertir le modérateur

03/02/2019

PHOTOS. Beaucoup de neige et des dizaines d'arbres sur la voie SNCF entre Lyon, Chambéry et Grenoble. Le trafic reprend.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-al...

La ligne SNCF a rouvert entre Lyon, Grenoble et Chambéry après les fortes chutes de neige, dimanche 3 février. / © SNCF Rhône-Alpes
La ligne SNCF a rouvert entre Lyon, Grenoble et Chambéry après les fortes chutes de neige, dimanche 3 février. / © SNCF Rhône-Alpes

Une trentaines d'arbres sont tombés sur la ligne SNCF entre Lyon, Grenoble et Chambéry après de fortes chutes de neige, avec plusieurs TER annulés, dimanche 3 février. Le trafic reprend très progressivement.

Par Renaud Gardette

Une neige collante et très lourde : avec 30 cm de poudreuse sur les voies, et presque autant sur les arbres, la ligne TER entre Lyon, Grenoble et Chambéry a été sérieusement touchée par les intempéries.

Vers 04h30, les premiers arbres sont tombés sur les voies. Vers 06h00 une reconnaissance a été lancée : il y avait énormément de branchages sur les voies et sur les fils des caténaires. Les agents SNCF ont donc dégagé les branches et les arbres d'un diamètre inférieur à 50 cm.  Pour les autres, il a fallu faire appel à deux sociétés privés, qui ont dégagé au total une trentaine d'arbres.

Première reconnaissance à bord d'une locomotive spécialisée, sur la ligne TER Lyon - Grenoble et Chambéry, dimanche 3 février. / © SNCF Rhône-Alpes
Première reconnaissance à bord d'une locomotive spécialisée, sur la ligne TER Lyon - Grenoble et Chambéry, dimanche 3 février. / © SNCF Rhône-Alpes

Vers 09h30 la portion entre Chambéry et Saint-André-le-Gaz a pu rouvrir. Aucun bus de substitution n'a été recherché puisque les conditions de circulation sur l'autoroute A48 n'étaient guère meilleures.

En début d'après-midi, la ligne TER entre Le-Grand-Lemps, Virieu-sur-Bourbre et Châbon restait encore fermée. La SNCF tablait sur un retour complet à la normale d'ici la fin de la journée.

Un arbre penché par la neige sur les lignes d'alimentation des TER, entre Lyon et Grenoble, dimanche 3 février. / © SNCF
Un arbre penché par la neige sur les lignes d'alimentation des TER, entre Lyon et Grenoble, dimanche 3 février. / © SNCF
Vers 14h00, un arbre est à nouveau tombé sur les voies à cause du poids de la neige, entre Saint-André-le-Gaz et Chambéry. Mais l'intervention devait être menée rapidement et sans grande difficulté selon la SNCF.
La neige est tombée à gros flocons sur la ligne TER entre Lyon, Grenoble et Chambéry. / © SNCF Rhône-Alpes
La neige est tombée à gros flocons sur la ligne TER entre Lyon, Grenoble et Chambéry. / © SNCF Rhône-Alpes

Isère : l'autoroute A48 rouverte après une nuit de fermeture à cause de la neige

https://www.francebleu.fr/infos/transports/isere-l-autoro...

dimanche 3 février 2019 à 5:05 - Mis à jour le dimanche 3 février 2019 à 10:05 Par Justine Dincher et Élisa Montagnat, France Bleu Isère et France Bleu

En raison de fortes chutes de neige, la circulation sur les routes de l'Isère est très délicate. Le trafic des trains entre Lyon et Grenoble est également perturbé.

Le Col de la Rossatière sur l'A48 en Isère est un passage "délicat" en cas de chutes de neige.
Le Col de la Rossatière sur l'A48 en Isère est un passage "délicat" en cas de chutes de neige. © Maxppp - Patrick Guyot

Grenoble, France

La circulation a été rétablie dimanche matin, mais la nuit a été longue pour certains automobilistes. Les difficultés ont commencé en début de soirée, samedi 2 février, sur l'autoroute A48 entre Bourgoin-Jallieu et Grenoble en Isère. En raisons d'importantes chutes de neige, la montée du col de Rossatière a été particulièrement pénible pour certains automobilistes qui sont restés bloqués plusieurs heures. Une centaine de véhicules se sont retrouvés coincés. Tous les automobilistes (et leurs voitures) ont finalement été évacués de l'autoroute entre minuit et 2 heures du matin.

Par conséquent, la préfecture de l'Isère avait décidé "d'interdire la circulation de tous les véhicules, dans les deux sens de circulation, (...) pour une durée indéterminée". L'axe concerné par cet arrêté se situait entre le noeud A48/A43 à Coiranne et le noeud A48/A49 à Voreppe. L'autoroute a rouvert aux alentours de 9 heures ce dimanche matin, mais seules les voitures équipées de pneu-neige sont autorisées à circuler ce dimanche.

Difficultés aussi sur les routes secondaires

Sur les axes secondaires, d'autres automobilistes se sont retrouvés coincés. Quatre salles de fêtes ont été ouvertes pour les recueillir, aux Abrets, à Virieu, à Rives et à la Frette. 

En milieu d'après-midi ce dimanche, toutes les routes nationales et départementales de l'Isère sont praticables. Toutes les stations de ski sont accessibles, à condition d'être équipé en conséquence.

La circulation est interdite pour les véhicules de plus de 7.5 tonnes, sur la RD1085, au niveau du col du Banchet entre les communes de La Frette et le Mottier, et sur la RD1075, au niveau du col du Banchet entre les communes de Les Abrets en Dauphiné et Chirens. 

Les trains détournés entre Lyon et Grenoble

La circulation des trains sur la ligne SNCF a été interrompue entre Lyon et Grenoble "en raison d'une rupture de caténaires, suite à une chute d'arbre présumée", dit la préfecture de l'Isère, "Les conditions de circulation dues à la neige ne permettent pas aux équipes d'accéder aux voies pour effectuer une reconnaissance de localisation et la réparation." 

Le trafic est détourné par l’axe Lyon/Ambérieu, puis ensuite par l'axe Chambéry/Lyon lorsque ce dernier sera dégagé. Ainsi, les gares de la Verpillière, Bourgoin-Jallieu et la Tour-du-Pin peuvent être desservies. 

En revanche, entre Rives et Saint-André-le-Gaz, les gares de Voiron, Châbons, Virieu-sur-Bourbre et le Grand-Lemps ne sont pas du tout desservies. La SNCF ne prévoit pas de retour à la normale avant le début de soirée, les agents travaillent actuellement pour dégager les installations électriques de la neige.

10.000 foyers privés d'électricité dimanche matin

Par ailleurs, une rupture de câble de moyenne et basse tension a entraîné des coupures d'électricité. Plus de 10 000 foyers étaient impactés ce matin en Isère. En milieu de journée, la situation est revenue à la normale pour plus de la moitié d'entre eux. Pour le reste, les interventions sont en cours.

Enfin, un avion EasyJet n'a pas pu décollé hier soir de l'aéroport de Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs. 140 passagers ont du dormir dans l'aérogare. Tous les vols sont assurés ce dimanche, à l'aéroport Grenoble-Alpes-Isère.

Des dizaines d'automobilistes piégés sur l'A48 - Visactu
Des dizaines d'automobilistes piégés sur l'A48 © Visactu

04/07/2018

Pourquoi les fortes chaleurs perturbent la circulation des trains

http://www.leparisien.fr/societe/pourquoi-les-fortes-chal...

S.C.| 03 juillet 2018, 19h41

Châtillon (Hauts-de-Seine). Les zones récemment en travaux sont particulièrement surveillées lors des grandes chaleurs (illustration). LP/P.A

Quand le thermomètre s’emballe, les rails se déforment et tout le réseau SNCF est placé sous étroite surveillance. Pour prévenir tout risque, la vitesse des trains peut-être réduite.

Du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest, toute la France enregistre de fortes températures depuis plusieurs jours. Cette chaleur a des conséquences particulières sur le transport ferroviaire. Quand le thermomètre dépasse les 30°C, le risque de dysfonctionnements, pannes et ralentissements est accru.

Principale raison : les rails, composés à 95 % d’acier, sont très sensibles aux variations de températures. Si la température de l’air atteint 37° au soleil, elle est 55° sur le rail, ce qui engendre une « dilatation contrariée » de la voie ferrée. Le rail, fixé à des attaches et posé du ballast pour le stabiliser, peut subir des déformations importantes, potentiellement dangereuses pour la circulation des trains. C’est la raison pour laquelle la SNCF surveille étroitement les voies quand les chaleurs arrivent.

Voies déformées = trains ralentis

Grâce à des sondes placées un peu partout sur le réseau ferré, un logiciel anticipe la température du rail en modélisant les prévisions de Météo France. Dès que la température du rail atteint 45°, une surveillance particulière est mise en place.

 

Des « tournées chaleur » sont réalisées par les équipes de cheminots sur le terrain, en particulier dans les zones en travaux ou récemment rénovées. Des agents se placent à l’arrière des trains pour étudier les mouvements de la rame. Si des anomalies sont constatées, la circulation des trains est fortement ralentie. Un tronçon effectué d’ordinaire à 120 km/h peut être limité à 80 km/h. Cette baisse de vitesse a des répercussions sur l’ensemble du trafic.

https://www.youtube.com/watch?v=mxOHsHWk_Ko

 

 

Les caténaires, très sensibles à la chaleur

La vitesse réduite est également la solution adaptée face aux perturbations qui affectent les caténaires lors des fortes chaleurs. Sur les 15 700 km de lignes électrifiées de la SNCF, ces équipements soutiennent les câbles d’alimentation électrique et ils doivent être impérativement rectilignes. En temps ordinaire, des systèmes de poulies et contrepoids permettent de les maintenir toujours tendus. Mais quand il fait très chaud, la caténaire se détend au maximum et peut toucher le toit du train, avec le risque de créer un arc électrique.

 https://www.youtube.com/watch?v=pebcHJPSD9s

 

 

La climatisation révisée dès le mois de mars

La réduction de la vitesse des trains engendre des retards et un allongement des temps de parcours pour les voyageurs. Le tout dans des voitures pas toujours climatisées… si 100 % des TGV bénéficient de l’air climatisé, ce n’est le cas que pour environ 70 % des TER et 40 % seulement des Transiliens. Les chances de voyager dans une étuve ne sont donc pas minces… A cela s’ajoutent les pannes qui affectent les systèmes de climatisation au moment où on les sollicite le plus.

Pour prévenir les incidents, dès le mois de mars, les systèmes de climatisation sont révisés et nettoyés. Depuis 2008, le Technicentre Charentes Périgord de la SNCF a mis en place une assistance technique téléphonique. Une soixantaine d’agents y sont dédiés à la climatisation, dont une demi-douzaine d’entre eux fonctionnent en astreinte, assurent une « hotline » permettant de dépanner la majeure partie des trains à distance.

De l’eau distribuée si la clim’est en panne plus d’une heure

La SNCF a enfin mis en place des procédures d’assistance aux voyageurs. Le dispositif « Distrib’eau » peut être déclenché en cas d’incident. Il prévoit la distribution de boissons non alcoolisées aux personnes prioritaires, au bar, en cas d’arrêt prolongé de la climatisation (plus d’une heure).

En cas d’événement climatique, une trentaine de « gares prioritaires » disposent de moyens logistiques (stocks d’eau, locaux d’accueil), techniques et humains nécessaires à l’avitaillement d’un train en 10 minutes.

https://www.youtube.com/watch?v=adF5i-eVkAk

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu