Avertir le modérateur

27/04/2018

SNCF : des retards de TGV de plus en plus fréquents, selon 60 Millions de consommateurs

https://www.francebleu.fr/infos/transports/sncf-des-retar...

vendredi 27 avril 2018 à 8:21 Par Marine Laugénie, France Bleu

Selon 60 Millions de consommateurs, l'année dernière plus de 15% des TGV affichaient du retard. Au total en 2017, 16 millions de passagers ne sont pas arrivés à l'heure à destination. Un constat inquiétant pour la SNCF, en pleine période de grève.

Plus de 15% des TGV sont arrivés en retard en 2017
Plus de 15% des TGV sont arrivés en retard en 2017 © AFP - Manuel Cohen / MCOHEN

En 2017, plus d'1 TGV sur 7 n'était pas à l'heure. C'est le constat dressé par le magazine 60 Millions de consommateurs. Au total,  110 millions de personnes ont emprunté le TGV l’année dernière et plus de 16 millions de passagers sont arrivés en retard à destination. 

Un taux de retard en hausse ces dernières années 

Comme les trains de banlieue, les TGV enregistrent désormais un taux de retard de 15%. Un chiffre en nette augmentation :  10 à 12 % d’entre eux arrivaient en retard en moyenne ces dernières années. Cette hausse s'explique en partie par les deux grosses pannes à la gare Montparnasse l'été dernier, mais pas seulement. 

Les retards ne se limitent pas aux seules lignes de TGV Atlantique. Selon "60 millions de consommateurs" la dégradation est quasi générale, c'est d'ailleurs un des arguments du gouvernement pour faire passer sa réforme en urgence. 

Peu de voyageurs réclament le remboursement de leur billet 

En cas de retard, 40% seulement des usagers demandent un remboursement. Selon un porte-parole de la SNCF,  1,7 million de clients ont bénéficié d’une indemnité en 2017. Pourtant, au delà d'une demi-heure de retard, sachez que la compagnie ferroviaire est dans l'obligation de vous indemniser. Selon l'estimation du magazine, 4,5 millions de voyageurs ont été touchés par un retard supérieur à 30 minutes en 2017.

20/04/2018

SNCF: Pepy promet un contrat de travail "attractif" aux nouvelles recrues

http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/sncf-pepy-promet-...

 Guillaume Pepy
Le patron de la SNCF, Guillaume Pepy. - Eric Piermont / AFP

Le patron de la SNCF a assuré dans une interview à Sud Ouest que le futur contrat de travail proposé aux nouveaux entrants "ne sera pas moins intéressant". Les conditions de travail seront attractives promet Guillaume Pepy "pour attirer de nouveaux talents."

Guillaume Pepy a estimé jeudi dans une interview à Sud Ouest que le mouvement de grève des cheminots était "décalé", assurant que les futurs embauchés auront un contrat "attractif" après la fin du statut des cheminots.

Pour le patron de la SNCF, le choix du 1er janvier 2020 pour la fin de l'embauche au statut des cheminots "n'est pas une surprise" car c'est la date retenue pour la transformation du statut de la SNCF et la date annoncée pour le début de la reprise d'une partie de la dette par l'Etat.

"Nous entrons dans une période de discussions capitales dans l'entreprise et au sein de la branche ferroviaire", relève-t-il: "quelle va être la convention collective? Quel va être le nouveau contrat de travail des futurs embauchés à la SNCF? Quels efforts de formation va-t-on faire pour que les hommes et les femmes de la SNCF s'adaptent aux nouvelles mobilités, au digital et à la concurrence?"

"Le but n'est pas de faire moins mais plus pour la SNCF de demain", assure le dirigeant. "Le futur contrat de travail ne sera pas moins intéressant, il sera attractif pour attirer de nouveaux talents."

"Le mouvement de grève devient (...) très décalé"

Rappelant qu'il serait "suicidaire" pour la SNCF d'aborder la concurrence en restant de 25 à 30% plus chère que le reste du marché, il souligne qu'elle se doit d'être "plus efficace". "Mais je tiens à rappeler que cette nouvelle SNCF garde son âme et ses valeurs et surtout qu'elle reste une entreprise 100% publique", insiste-t-il.

"Nous avons dix-huit mois pour parvenir à cet objectif d'efficacité et de compétitivité", résume Guillaume Pepy. Et malgré la grève, le dialogue n'est pas rompu, selon lui. "Nous nous parlons plusieurs fois par jour." Le patron de la SNCF juge d'ailleurs que "le mouvement de grève devient (...) très décalé".

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu