Avertir le modérateur

01/06/2018

SNCF : du Wifi sur la ligne Clermont-Ferrand-Paris fin 2018

Bonjour,

Cela va à contre sens de la dette et d'une entreprise bien géré!

AU lieu d'ajouter des gadgets inutiles et couteux, il vaudrait mieux s’atteler aux chantiers gigantesques de la SNCF:

Pour commencer l'énorme dette de la SNCF.

La gestion catastrophique de l'information au sein de la SNCF que ce soi avec ses agents mal informés notamment en situation de crise mais aussi et surtout ses clients qui restent dans la panade sans solution de repli toujours en situation de crise !

Le WIFI ou plutôt Internet dans les foyers oui c'est un service public. Mais est-ce la tâche de la SNCF ???

Monsieur Pepy doit s’ennuyer gravement à la SNCF pour aller mettre la priorité sur le WIFI ?

A l'heure ou plusieurs lignes Intercités ferment pourquoi perdre du temps et de l'argent sur ce genre de gadget ? https://www.ledauphine.com/actualite/2018/01/23/une-mobil...

Les subventions de l'état servent à cela ?

A moins que Mr Pepy veut amadouer Mr Wauquiez :

https://www.lamontagne.fr/clermont-ferrand/loisirs/televi...

https://www.lyonmag.com/article/93300/paris-orleans-clerm...

Bon Week-end à tous et bon courage à ceux qui devront aller travailler demain samedi un jour perlé.

Eric

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-al...

D'ici la fin de l'année 2018, la ligne Intercité Clermont-Ferrand-Paris sera la première ligne en France à être équipée de Wifi / © Kamel Tir
D'ici la fin de l'année 2018, la ligne Intercité Clermont-Ferrand-Paris sera la première ligne en France à être équipée de Wifi / © Kamel Tir

D’ici la fin de l’année 2018, la ligne Intercités Clermont-Ferrand-Paris va se moderniser. Le président de la SNCF, Guillaume Pépy a confirmé l’installation de Wifi sur les rames de la ligne. Ce sera la première ligne Intercités en France à en avoir.

Par Aurélie Albert

Dans un entretien avec nos confrères de la Montagne, le président de la SNCF, Guillaume Pépy, évoque des projets d’avenir. La ligne Clermont-Ferrand-Paris restera une ligne Intercités et sera moderniser. Il révèle que la ligne sera la première en France à être équipée de Wifi. Cette installation est en cours sur la ligne. La procédure est longue, une rame doit être immobilisée afin de mettre en place le dispositif. Le président de la SNCF a néanmoins évoqué une mise en service du Wifi sur la ligne fin 2018.

Dans cet entretien, Guillaume Pépy aborde également un projet de remplacement du matériel. Un appel d’offres serait en cours. « Ces lignes ne sont pas menacées, elles sont en cours de modernisation », insiste le président de la SNCF. Interrogée, la SNCF n’évoque pas de remplacement des rames corail, qui sont actuellement sur la ligne Clermont-Ferrand-Paris, dans l’immédiat.

22/05/2018

SNCF : les trois quarts des Français et des usagers du train favorables à la réforme ferroviaire

http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/05/22/les-tro...

Un sondage mené pour le compte de la SNCF ne montre aucune bascule de l’opinion en faveur des grévistes, malgré la durée du conflit.

LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Éric Béziat

Manifestants et voyageurs lors de la journée de grève contre la réforme de la SNCF, à Paris, le 14 mai.Manifestants et voyageurs lors de la journée de grève contre la réforme de la SNCF, à Paris, le 14 mai. FRANCOIS / AP

Le conflit à la SNCF vient d’entrer de plain-pied dans une semaine capitale qui verra le texte de la réforme ferroviaire examiné par le Sénat et des annonces importantes du premier ministre Edouard Philippe sur la dette de la SNCF.

Selon Les Echos du mardi 22 mai, le gouvernement prévoit la reprise d’environ 35 milliards des 47 milliards d’euros de dette de SNCF Réseau en deux temps – en 2020, puis 2022 – et s’apprête à annoncer un surcroît d’investissement de 700 millions. Voilà qui pourrait remonter le moral des cheminots en lutte contre la réforme, car du côté de l’opinion publique, la bataille est loin d’être gagnée.

Alors que le Journal du dimanche (JDD) indiquait, dimanche 20 mai, dans son onzième baromètre IFOP sur la grève SNCF, que le soutien au mouvement de protestation restait minoritaire (42 %), un autre sondage en ligne effectué auprès de 1 000 personnes pour le compte de la SNCF, et que Le Monde a pu consulter, révèle qu’une grande majorité de Français (75 %) trouve justifiée la réforme du système ferroviaire mise en œuvre par le gouvernement.

Cette enquête, diligentée également par l’IFOP du 9 au 14 mai, est la cinquième du genre commanditée par la direction de l’entreprise ferroviaire depuis le début du mouvement. Elle montre une stabilisation des perceptions par rapport aux vagues précédentes. Un détail rend l’étude particulièrement intéressante : l’opinion des clients et des usagers de la SNCF est isolée.

Réduction des clivages

Le sentiment de ces derniers se distingue très peu de celui de la moyenne des Français : 76 % des clients trouvent la réforme justifiée et 57 % d’entre eux considèrent que les cheminots ont trop d’avantages (58 % pour l’ensemble des Français).

Pas d’empathie avec les grévistes, donc, mais plutôt un rejet d’autant plus fort que les personnes ont été gênées par le conflit : 54 % des utilisateurs réguliers du train et 57 % des usagers des TER et Intercités (les plus touchés par le mouvement) se déclarent opposés ou hostiles à la grève, contre 51 % pour l’ensemble des Français. L’un des autres enseignements de cette enquête est la réduction des clivages (jeunes/vieux, public/privé) pour aller vers une moyenne autour de 70 % -75 % en faveur de la réforme.

« Ne pas voir l’opinion basculer en faveur des grévistes lors d’un conflit aussi long est quasiment inédit, remarque Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’IFOP. Cela a été constaté seulement lors de la réforme des retraites en 2007, mise en œuvre par Nicolas Sarkozy. Et encore, à l’époque, l’opinion avait tendance à critiquer le rythme trop rapide des changements. En 2018, ce n’est pas le cas. »

Les syndicalistes cheminots trouveront quand même dans ce sondage de quoi apporter un peu de carburant à leur lutte : 70 % des Français (+ 4 points) pensent que la privatisation à terme de la SNCF est inéluctable et 62 % (+ 4 points également) que l’on se dirige tout droit vers la fermeture de nombreuses petites lignes.

21/04/2018

SNCF: les abonnés grandes lignes remboursés si moins d'un train sur trois a circulé

https://www.boursedirect.fr/fr/actualites/categorie/econo...

| AFP

 
Des voyageurs sur un quai de la gare Saint-Lazare, le 19 avril 2018 à Paris, lors du quatrième épisode de grève à la SNCF depuis début avril
Des voyageurs sur un quai de la gare Saint-Lazare, le 19 avril 2018 à Paris, lors du quatrième épisode de grève à la SNCF depuis début avril ( Christophe SIMON / AFP )

Les abonnés des lignes TGV et Intercités seront remboursés pour les trajets des jours du grève du 22 mars au 19 avril quand moins d'un train sur trois a circulé, a annoncé vendredi la directrice générale de Voyages SNCF.

Pour les abonnés de lignes TGV et Intercités à réservation obligatoire, "du 22 mars au 19 avril, tous les jours de grève sont remboursés" intégralement, a expliqué vendredi Rachel Picard, directrice générale de Voyages SNCF.

Elle a précisé que cela valait "dès lors qu'on assurait moins d'un train sur trois" les jours de grève sur la ligne d'un abonné.

Ces remboursements seront effectués "sur le mois de mai", a-t-elle expliqué.

Les abonnés TGVmax (16-27 ans), qui paient 79 euros par mois pour pouvoir voyager dans la majorité des trains grandes lignes, ont déjà "eu le forfait gratuit pour le mois d'avril", a indiqué Rachel Picard.

Il n'est pour l'heure pas possible de dire si ces mesures s'appliqueront à nouveau pour les prochains jours de grève.

Le quatrième épisode de grève s'est achevé jeudi et le mouvement est prévu pour durer jusqu'à fin juin par épisode de deux jours tous les cinq jours.

Un homme marche sur un quai de la gare de l'Est à Paris, le 19 avril 2018
Un homme marche sur un quai de la gare de l'Est à Paris, le 19 avril 2018 ( Philippe LOPEZ / AFP )

La SNCF n'est pas tenue légalement à la réalisation de gestes commerciaux sur les grandes lignes.

Pour les trains régionaux, les dédommagements dépendent de la convention signée par chaque région avec la SNCF, les dispositions à ce sujet variant d'un contrat à l'autre et nécessitant des négociations au cas par cas.

Dans un communiqué vendredi, la Fédération nationale des associations des usagers des transports (Fnaut) a demandé "que les abonnements hebdomadaires, mensuels et annuels, TGV, Intercités et TER, fassent l'objet d'une indemnisation exceptionnelle d'au moins 60% de leur montant, à valoir sur l’abonnement suivant, pour l'ensemble de la période de grève".

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu