Avertir le modérateur

01/04/2018

Guillaume Pepy sur la grève à la SNCF : "Il y aura des lignes fermées"

http://www.lejdd.fr/societe/guillaume-pepy-sur-la-greve-a...

23h00 , le 31 mars 2018

Le président de la SNCF, Guillaume Pepy, dévoile son plan d'actions pour aider les voyageurs à faire face à la grève.

Dans le JDD, Guillaume Pepy, le président de la SNCF, estime que la grève perlée, qui commencera lundi soir, "sera très pénalisante pour [les] clients": "Elle a été pensée pour avoir un maximum d’impact sur le trafic et être la plus économe possible pour les grévistes. Ses modalités vont créer beaucoup de difficultés. [...] Trois jours après la reprise du trafic, une nouvelle séquence de grève démarrera. Cela va désorganiser complètement la production. Exemple : si l’entretien technique d’un train ne peut être fait à cause de la grève, il ne pourra plus rouler. Et nous finirons par manquer de matériel."

Il mise tout sur "l'information" 

S'il est encore trop tôt pour dire combien des 15.000 trains quotidiens seront supprimés, Guillaume Pepy pointe le risque de fermeture de lignes, malgré le service minimum : "S’il manque des aiguilleurs, la loi ne nous permettant pas d’en réquisitionner, il y aura donc des lignes fermées." Et de détailler les mesures prises pour informer les clients : "Sur les grandes lignes, les trains annoncés la veille à 17 heures seront garantis. Nous enverrons un mail ou un SMS à toutes les personnes qui ont une réservation pour confirmer ou infirmer la circulation de leur train la veille à partir de 17 heures."

Le président de la SNCF mise en effet tout sur "l'information" et détaille dans le JDD les moyens mis en place : "Nous allons veiller à ce qu’il n’y ait plus d’écart entre les infos disponibles sur notre site Internet et celles diffusées dans les gares, dans les trains et sur l’appli SNCF. Nous vérifierons train par train que les données sont identiques. Nous avons également doublé le nombre de serveurs informatiques pour faire face à l’explosion des requêtes. Par ailleurs, nous avons pris la décision de fermer tous nos sièges les jours de grève."

23/03/2018

Grèves : la SNCF doit informer "au moins 24 heures" avant

https://www.clicanoo.re/AFP/Article/2018/03/23/Greves-la-...

image article

La Fédération nationale des associations d'usagers des transports (Fnaut) a demandé hier à ce que la SNCF respecte son devoir de communiquer son plan de transport "au moins 24 heures" à l'avance pendant toute la période de grèves, ce que l'entreprise publique a assuré faire.

"La loi impose que le plan de transport adapté soit communiqué aux usagers au plus tard 24 heures avant le début de la perturbation", rappelle la Fnaut dans une lettre adressée au Premier ministre Edouard Philippe. "Force est de constater que pour le transport ferroviaire cette information est, en général, délivrée la veille de la perturbation aux environs de 17H00, ce qui ne correspond pas à l'exigence légale", déplore l'association d'usagers.

Cette information tardive empêche, selon elle, les voyageurs d'organiser dans de bonnes conditions leurs déplacements du lendemain, alors qu'une grève deux jours sur cinq est prévue du 3 avril au 28 juin contre la réforme ferroviaire. La SNCF a quant à elle assuré que "dès mardi 20 mars à 17H00, soit 24 heures avant le début effectif de la grève, prévu le 21 mars à 19H00, l'ensemble des plans de transports, c'est-à-dire tous les horaires des trains devant effectivement circuler ce jour de grève, ont été mis à disposition de l'ensemble des clients".

"Obligations légales"

La SNCF "a ainsi répondu à ses obligations légales au regard de l'article 7 de la loi du 21 août 2007 sur le dialogue social et la continuité du service public dans les transports terrestres réguliers de voyageurs", ajoute l'entreprise publique. La Fnaut estime que d'autres dispositions actuelles du code des transports sur l'organisation de la continuité du service public en cas de perturbation prévisible du trafic "sont mal appliquées ou insuffisantes". Elle demande ainsi que la SNCF n'augmente pas ses tarifs de TGV et Intercités pendant les épisodes de grèves "même s'il y a plus de monde qui prend ses billets au dernier moment", indique Bruno Gazeau, président de la Fnaut.

En temps normal, les règles de fixation des prix prévoient que ceux-ci augmentent quand la date du départ se rapproche et en fonction de la fréquentation. La SNCF a assuré que ses tarifs, "et notamment ceux des trains longue distance, seront tout à fait identiques à toute autre période dite normale". La Fnaut souhaite également "que le code des transports impose aux conventions TER, en cas de grève, de prévoir la possibilité pour les abonnés de suspendre facilement et immédiatement leur abonnement" et que soient mis en place "des dédommagements forfaitaires automatiques et proportionnels au nombre de jours de grève". Partout en France, des fonctionnaires dont des personnels de la santé, des cheminots mais aussi des retraités et des jeunes, étudiants ou lycéens voire des avocats, protestaient ensemble ce jeudi contre les réformes du gouvernement qui les touchent.

07/03/2018

RailZ, l'application pour savoir tout ce que la SNCF ne dit pas (assez)

http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2018/03/06/32001...

RailZ, l'application pour savoir tout ce que la SNCF ne dit pas (assez)
En novembre, la start-up a remporté le premier prix de l'appel à projet lancé par la SNCF. PHILIPPE DESMAZES/AFP

Retards, annulations, train bondé ou problème de chauffage : sur le modèle de Waze pour les automobilistes, une application collaborative veut simplifier le quotidien des usagers de la SNCF.

Complètement indépendante de la SNCF, l'application RailZ s'est donnée pour mission d'améliorer le quotidien des usagers de la SNCF. Elle se présente comme «le Waze du train», en référence à la très populaire plateforme collaborative dédiée aux automobilistes. Chaque utilisateur de RailZ peut signaler les retards, les annulations mais aussi des informations sur l'affluence, un problème de climatisation ou de chauffage, ou des WC condamnés à bord. Elle utilise aussi les informations diffusées en open data par la SNCF elle-même, puis les complète et les enrichit en direct en fonction des signalements reçus. Cela lui permet d'avoir en permanence des informations sur l'ensemble des lignes. Comme sur Waze, un système de points et de statut a été mis en place pour encourager les utilisateurs à partager ces détails. Sur la page d'accueil, il est possible de faire des recherches par trajet pour lire les informations laissées par d'autres utilisateurs. On peut aussi ajouter des itinéraires favoris afin d'être automatiquement informé d'une perturbation.

Lancée fin juillet 2017, RailZ s'est d'abord testée sur la ligne de TER Nancy-Metz-Luxembourg, sur laquelle elle a rassemblé plus de 4.000 usagers sur les 12.000 qui font quotidiennement le trajet. Plus de la moitié d'entre eux sont des utilisateurs actifs, qui alimentent la plateforme en informations. Depuis le 1er mars, elle se déploie à l'échelle nationale pour s'appliquer à l'ensemble des lignes TGV, TER, RER et Intercités, et enregistre entre 1.000 et 1.600 utilisateurs quotidiens.

Sur iOS comme sur Android, l'application est notée 4,6 sur 5. D'après les commentaires, les utilisateurs apprécient la précision et la réactivité des informations, l'ergonomie de l'interface, et son côté collaboratif. Ils aimeraient même que davantage de lignes et de moyens de transports soient concernés, comme les bus.

RailZ s'applique aux lignes TGV, TER, RER et Intercités.

Simplifier la diffusion des informations

Jonathan Jean, le fondateur de l'application, a eu l'idée lors d'un stage pendant sa deuxième année à Epitech Nancy, pour lequel il était amené à emprunter quotidiennement la ligne Nancy-Metz-Luxembourg. «Je me suis rendu compte qu'il y avait des retards réguliers et que la communication de la SNCF était mauvaise voire inexistante» se souvient-il. Sur Twitter, certains usagers avaient déjà pris l'initiative de partager des informations sur l'état du trafic. Problème: sur les réseaux sociaux, ces informations ne sont pas toujours faciles à retrouver. «L'application a pour but de simplifier la diffusion de ces informations» résume Jonathan Jean.

Depuis, il a été rejoint par deux autres étudiants: Marceau Tonelli et Corentin Grandmaire. Ils sont donc trois à faire tourner la machine, et se sont réparti les tâches selon les affinités de chacun. «On apprend sur le tas et on a la chance d'être en contact avec des professionnels à qui on peut poser des questions, grâce au réseau de notre école», explique Jonathan.

Son modèle économique repose en partie sur des publicités d'entreprises locales, selon le profil de l'utilisateur. Elle a également pour projet de revendre des statistiques sur la SNCF à des structures comme la métropole du Grand Nancy.

En 2017, la SNCF a lancé un appel à projet ouvert aux start-up pour revoir son système de communication. RailZ a décroché le premier prix, mais les discussions n'ont pas été plus loin.

À l'avenir, l'équipe de RailZ veut rendre l'application plus performante et simplifier les signalements. Par exemple, pour faire part d'un retard, il suffirait de se signaler à bord du train et d'activer la géolocalisation. En croisant ces données avec les horaires de la SNCF, RailZ pourrait déterminer si le train est en retard ou non.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu