Avertir le modérateur

25/03/2019

Aléas du Lundi 25 au dimanche 31 Mars 2019

Déposez un commentaire afin de signaler un retard, un dysfonctionnement. Lors d'un grand clash comme une panne de train bloquant la circulation, vos commentaires déposés permettront de tenir informé chaque usager au fil de l'eau. Bonne semaine à chacun.

22/03/2019

Monter dans un train sans billet, c'est 50 euros... s'il y a un contrôleur

Bonjour,

Il est dommage que la SNCF a fait d'énorme progrès dans le tout répressif au détriment de la communication, confort.

Car le système d'automate n'est pas si irréprochable. Plusieurs personnes honnête nous ont signalé être dans l'incapacité de prendre un billet dans certains automate.

Il est aussi très difficile de rejoindre les gares lyonnaises Perrache et Part-Dieu, mieux vaut ne pas être handicapé.

Eric

https://www.leprogres.fr/loire-42/2019/03/22/monter-dans-...

Depuis le 20 mars, la SNCF a mis en œuvre de nouvelles règles de régularisation à bord des TER. Sans billet, il sera désormais compliqué de monter à bord d’un train sans payer le prix fort.

 

  • Le 22/03/2019 à 06:15 mis à jour à 07:36

 

Des contrôleurs qui montent dans un train : une situation de plus en plus rare. / Photo Yves SALVATDes contrôleurs qui montent dans un train : une situation de plus en plus rare. / Photo Yves SALVAT

Si pendant longtemps, il a été possible de se présenter aux contrôleurs dans le train pour payer un prix raisonnable, parfois même au prix du guichet, désormais monter à bord sans billet vous coûtera 50 euros minimum.

"La règle de base, c’est : je monte dans un train avec un titre de transport validé"

« La règle de base, c’est : je monte dans un train avec un titre de transport validé. Comme dans tous les transports urbains, quand on achète son titre à bord, on paye un tarif de régularisation, ce n’est pas une amende » précise-t-on du côté de la SNCF.

Arguments avancés entre autres par la compagnie ferroviaire : une meilleure équité entre usagers ainsi qu’une responsabilisation des voyageurs.

Seul hic, dans la plupart des trains, les contrôleurs ne sont plus présents en permanence, remplacés par des brigades qui réalisent des contrôles plus inopinés. À qui s’adresser en l’absence de personnel pour régulariser sa situation ?

"Les brigades ne sont pas là pour faire du commercial"

Pour les syndicats, cette disparition progressive des contrôleurs ainsi que des guichetiers mettent au jour des dérives combattues depuis des années. « Les brigades ne sont pas là pour faire du commercial », avance Stéphane Colin, secrétaire adjoint CGT Cheminots Saint-Etienne.

21/03/2019

Après une panne qui a touché la ligne Lyon/Chambéry : des usagers en colère

https://www.ledauphine.com/isere-nord/2019/03/21/sncf-des...

La ligne entre Bourgoin-Jallieu et Chambéry a été touchée par cette panne de caténaire.  Photo archives Le DL /J.-F. SOUCHET

La ligne entre Bourgoin-Jallieu et Chambéry a été touchée par cette panne de caténaire. Photo archives Le DL /J.-F. SOUCHET

Dimanche 17 mars, en fin d’après-midi, les abonnés de la ligne SNCF entre Saint-André-le-Gaz et Chambéry ont reçu un SMS leur expliquant qu’une caténaire était en panne et que les trains sur cette ligne allaient être supprimés jusqu’à nouvel ordre, le temps de la réparation. Un problème qui a également touché les Bourgoin-Jallieu/Chambéry et les Lyon/Chambéry.

« Le problème, c’est que sur le site de la SNCF, ce dimanche, il était indiqué que des moyens de substitution allaient être mis en place à partir du lundi 18 mars. Cela n’a pas été le cas, regrette Patrice Belvègue, co-président de l’Association dauphinoise des usagers du train. Beaucoup ont dû poser un jour de repos ou encore se débrouiller en faisant du co-voiturage. C’était une vraie galère. Lorsqu’il y a un tel problème, il faut mettre en place les moyens adéquats pour y remédier. Tout le monde se sent abandonné. » Et de pointer du doigt également le fait que beaucoup d’usagers, notamment des lycéens et étudiants, n’avaient pas été mis au courant.

Quinze autocars de substitution mis en place

Contactée ce mercredi 20 mars, la SNCF a indiqué, dans un premier temps, qu’elle s’excusait pour la gêne occasionnée. Ensuite, elle a expliqué que quinze autocars de substitution avaient bien été mis en place ce lundi 18 mars. « Mais il y a eu un délai entre le moment où l’on a annoncé cette mesure et le fait que ces bus soient affichés en gare. Surtout qu’il n’y avait pas de bus pour toutes les lignes. Nous avons tout fait pour informer les usagers, plus de 5 000 SMS ont été envoyés. Nous avons toutefois du mal à contacter les clients plus occasionnels. »

En tout, d’après la SNCF, entre dimanche et lundi, douze trains ont été supprimés et sept détournés. Le trafic a repris normalement ce mardi 19 mars.

Par Vincent PROD’HOMME | Publié le 21/03/2019 à 06:03

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu