Avertir le modérateur

02/01/2018

Lyon : grosse perturbation du trafic TGV à la Part-Dieu en raison d'une panne de signalisation

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-al...

Par Christian Conxicoeur

Depuis lundi 1er janvier 10h00, le trafic TGV est très perturbé à la gare de la Part-Dieu, en raison d'une "panne de signalisation". De fait, les TER continuent de desservir certaines destinations, mais des annulations commencent à être annoncées.

La SNCF a annoncé, lundi 1er janvier vers 10heures, une panne de signalisation entre la gare de Perrache et la gare de la Part-Dieu à Lyon occasionnant une "suspension du trafic TGV", puis une perturbation du trafic.

En consultant les tableaux d'horaires actualisés, on constate effectivement que certains TGV sont annoncés circulant tout de même, avec la mention suivante :"certains TGV ont dû emprunter un autre itinéraire sur le ligne classique, moins rapide car elle ne leur permet pas de rouler à pleine vitesse".

Résultat, si l'on se fie aux informations disponibles en ligne, les TGV en matinée au départ de Lyon Part-Dieu pour Marseille, Lille, Bruxelles affichent des retards de 30 à 50 minutes, les TER pour Marseille (11h20) et Saint-Etienne (11h24) sont supprimés.

Le trafic devrait reprendre un rythme normal vers 14h30, estimation donnée par le service de communication de la SNCF à 11h30.

20/11/2017

Fiches Horaires du 10 Décembre 12018 au 7 Juillet 2018

Bonjour,

La SNCF a mis aujourd'hui en ligne ses nouvelles fiches horaires :

01 - Lyon - Bourgoin - Grenoble (Mis à jour le 20 novembre 2017)

https://cdn.ter.sncf.com/medias/PDF/auvergne_rhone_alpes/...

54 - Lyon - Chambéry (Mis à jour le 20 novembre 2017)

https://cdn.ter.sncf.com/medias/PDF/auvergne_rhone_alpes/...

62 - Grenoble - St André le Gaz (Mis à jour le 20 novembre 2017)

https://cdn.ter.sncf.com/medias/PDF/auvergne_rhone_alpes/...

03/10/2017

La force Sentinelle, plus mobile, restera présente dans les gares

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/fait-divers/la-f...

Par LEXPRESS.fr avec AFP , publié le , mis à jour à

Attaque terroriste à Marseille, l'assaillant a été abattu par les militaires de l'opération Sentinelle.

La ministre des Armées Florence Parly a déclaré que des soldats seraient "toujours" maintenus dans les gares, même si l'opération Sentinelle est en train d'évoluer.

A la gare Saint-Charles de Marseille, l'homme qui a poignardé à mort deux jeunes femmes dans une attaque revendiquée par l'organisation Etat islamique a été abattu par une patrouille de l'opération Sentinelle. Un dispositif qui a pourtant été critiqué pour sa lourdeur, et le le gouvernement veut faire évoluer.  

Sentinelle "moins prévisible", mais jamais loin des gares

"C'est un dispositif inchangé du point de vue du nombre des effectifs impliqués mais qui, par contre, change du point de vue des méthodes d'utilisation de cette force", a expliqué la ministre des Armées Florence Parlylors d'une visite auprès de soldats Sentinelle déployés à la gare Montparnasse à Paris. "Nous avons voulu rendre Sentinelle beaucoup plus mobile, flexible, beaucoup moins statique, beaucoup moins prévisible." Le risque lié à la trop grande visibilité des patrouilles étant que elles "passent tous les jours à la même heure au même endroit, évidemment c'est un facteur de vulnérabilité."

Mais la ministre tenait aussi à rassurer les usagers des gares. "Bien entendu, il y aura toujours un dispositif Sentinelle dans une gare, dans un certain nombre de lieux. Les leçons que nous avons tirées sont parfaitement en ligne avec ce qu'on a vu à Marseille. Il faut ne pas être statique et être ultra-mobile." Les militaires qui ont abattu l'agresseur ont fait preuve de cette "hypermobilité", a-t-elle estimé, même si leur présence pouvait être attendue dans une gare.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu