Avertir le modérateur

21/04/2018

SNCF: les abonnés grandes lignes remboursés si moins d'un train sur trois a circulé

https://www.boursedirect.fr/fr/actualites/categorie/econo...

| AFP

 
Des voyageurs sur un quai de la gare Saint-Lazare, le 19 avril 2018 à Paris, lors du quatrième épisode de grève à la SNCF depuis début avril
Des voyageurs sur un quai de la gare Saint-Lazare, le 19 avril 2018 à Paris, lors du quatrième épisode de grève à la SNCF depuis début avril ( Christophe SIMON / AFP )

Les abonnés des lignes TGV et Intercités seront remboursés pour les trajets des jours du grève du 22 mars au 19 avril quand moins d'un train sur trois a circulé, a annoncé vendredi la directrice générale de Voyages SNCF.

Pour les abonnés de lignes TGV et Intercités à réservation obligatoire, "du 22 mars au 19 avril, tous les jours de grève sont remboursés" intégralement, a expliqué vendredi Rachel Picard, directrice générale de Voyages SNCF.

Elle a précisé que cela valait "dès lors qu'on assurait moins d'un train sur trois" les jours de grève sur la ligne d'un abonné.

Ces remboursements seront effectués "sur le mois de mai", a-t-elle expliqué.

Les abonnés TGVmax (16-27 ans), qui paient 79 euros par mois pour pouvoir voyager dans la majorité des trains grandes lignes, ont déjà "eu le forfait gratuit pour le mois d'avril", a indiqué Rachel Picard.

Il n'est pour l'heure pas possible de dire si ces mesures s'appliqueront à nouveau pour les prochains jours de grève.

Le quatrième épisode de grève s'est achevé jeudi et le mouvement est prévu pour durer jusqu'à fin juin par épisode de deux jours tous les cinq jours.

Un homme marche sur un quai de la gare de l'Est à Paris, le 19 avril 2018
Un homme marche sur un quai de la gare de l'Est à Paris, le 19 avril 2018 ( Philippe LOPEZ / AFP )

La SNCF n'est pas tenue légalement à la réalisation de gestes commerciaux sur les grandes lignes.

Pour les trains régionaux, les dédommagements dépendent de la convention signée par chaque région avec la SNCF, les dispositions à ce sujet variant d'un contrat à l'autre et nécessitant des négociations au cas par cas.

Dans un communiqué vendredi, la Fédération nationale des associations des usagers des transports (Fnaut) a demandé "que les abonnements hebdomadaires, mensuels et annuels, TGV, Intercités et TER, fassent l'objet d'une indemnisation exceptionnelle d'au moins 60% de leur montant, à valoir sur l’abonnement suivant, pour l'ensemble de la période de grève".

13/12/2017

Auvergne – Rhône-Alpes : un accord aux forceps avec la SNCF

http://www.lagazettedescommunes.com/538919/auvergne-rhone...

Publié le 13/12/2017 • Par Françoise Sigot

DR
 

L’opérateur ferroviaire et la région ont signé un accord qui s’appuie sur un système de bonus-malus renforcé par rapport aux conventions précédentes.

 TER-ARF-final

Alors que beaucoup de régions sont encore en plein bras de fer avec la SNCF sur le renouvellement de leur convention TER, Auvergne – Rhône-Alpes est arrivée à quai. Deux ans de discussions tendues ont été nécessaires pour parvenir à un accord signé par les présidents de la SNCF et de la région, avant même d’avoir été soumis au vote de l’assemblée régionale et aux instances représentatives de la SNCF, ainsi qu’à son conseil d’administration.

Effet rétroactif

Cette convention, signée pour six ans avec effet rétroactif au 1er janvier 2017, mise, comme la majorité des conventions TER, sur le système de bonus-malus, avec des incitations financières renforcées par rapport aux conventions de première génération.

Ainsi, la convention vise une baisse de 40 % des retards de TER et la division ...

14/11/2017

La SNCF et la région veulent réduire de 40% le nombre de trains en retard dans les cinq ans

https://www.francebleu.fr/infos/transports/martine-guiber...

Par Philippine Potentier, Céline Loizeau et Nicolas Crozel, France Bleu Isère mardi 14 novembre 2017 à 9:15

Le réseau TER d'Auvergne-Rhône-Alpes est le 2e plus gros réseau derrière l'Ile-de-France
Le réseau TER d'Auvergne-Rhône-Alpes est le 2e plus gros réseau derrière l'Ile-de-France © Maxppp -

La nouvelle convention TER entre la région et la SNCF a été présentée lundi 13 novembre 2017. Martine Guibert, nouvelle vice-présidente en charge des transports au conseil régional se réjouit des engagements pris par la SNCF pour améliorer l'offre aux voyageurs.

Après près de deux ans de négociations compliquées et de dialogues parfois tendus, la Région Auvergne-Rhône Alpes et la SNCF sont enfin tombées d'accord concernant la convention TER pour les prochaines années. Ce lundi, le patron de la SNCF Guillaume Pépy et celui de la Région Laurent Wauquiez ont signé la nouvelle convention qui lie les 2 parties pour 6 ans. Les TER, c'est l'une des plus grosses compétences de la Région et Auvergne-Rhône Alpes avec ses 1500 trains et 600 cars par jour est le 2e réseau TER derrière l'Ile de France.

" Les majorités précédentes n'avaient pas précisé ce niveau d'objectif de qualité. Nous avons changé de logique avec une obligation de résultat", affirme Martine Guibert.

Réduire les retards

L'objectif de cette nouvelle convention est de réduire de 40 % le nombre de TER en retard par rapport à 2016. À terme, 9 trains sur 10 devront être à l'heure d'ici 2020. Cette convention, instaure pour la première fois des pénalités en cas de retard et renforce celles prévues en cas d'annulation de dernière minute. Un moyen de pression pour réduire le nombre de trains en retard. Pour des lignes particulièrement vulnérables, comme la "Lyon-Grenoble", un système spécifique de malus-bonus est en place pouvant aller jusqu'à 1.2 millions d'euros par ligne et par an.

D'après la nouvelle vice-présidente, il s'agit d'un "objectif de qualité contractualisé avec la SNCF " et sur lequel la région sera vigilant.

Patrice Belvègue, président de l'association dauphinoise des usagers du train entre Lyon et Grenoble (ADUT) émet des réserves sur cet objectif, qu'il ne juge " pas assez ambitieux " .

Patrice Belvégue juge que " le niveau visé est trop bas "

Un système de pénalité

Toutefois, le système de "bonus-malus renforcé" dans cette nouvelle convention permettrait d'améliorer les services de la SNCF sur les lignes les plus en difficulté. À savoir celles qui relient Lyon à Saint-Etienne, Grenoble et Chambéry. Le président de l'ADUT s'exprime à ce sujet.

" En mettant une carotte, on peut espère que la SNCF fasse un effort ".

Patrice Belvègue, président de l'association ADUT (Association dauphinoise des usagers du train)

https://www.francebleu.fr/player/export/reecouter/extrait...

Ce projet sera soumis au vote des élus à la fin du mois, ainsi qu'à l'avis du Conseil économique, social et environnemental régional (Ceser) d'Auvergne-Rhône-Alpes. Le conseil d'administration de la SNCF doit, lui, valider cette nouvelle convention à la mi-décembre, après avis consultatif du comité d'établissement régional.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu