Avertir le modérateur

13/08/2019

Les trains Regio 2N continuent d’accumuler les pépins

http://www.leparisien.fr/economie/les-trains-regio-2n-con...
Les défaillances techniques se multiplient pour ce train fabriqué par Bombardier et qui équipe les réseaux TER et Transilien.

Le train Omneo Regio 2N est fabriqué par Bombardier France à Crespin (Hauts-de-France)..jpg


Le train Omneo Regio 2N est fabriqué par Bombardier France à Crespin (Hauts-de-France). LP/Sébastian Compagnon

Par Vincent Vérier
Le 13 août 2019 à 08h14

Les Regio 2N n'aiment pas les températures extrêmes. Dans une note interne diffusée sur toute la France à la fin du mois de juillet, que nous avons pu consulter, la direction de la SNCF demande à ses conducteurs de limiter la vitesse de circulation de ces trains. « Des événements récents montrent qu'en cas de fortes chaleurs, il existe un risque d'incident caténaire par enfourchement lors de la circulation d'une Régio 2N sur les voies de service équipées 1 500 V », indique la note.

Concrètement, la compagnie demande à ses conducteurs de rouler à 5 km/h au lieu de 30 km/h dès que la température dépasse 30 °C. « L'arrachement des caténaires lors de fortes chaleurs, c'est connu, reconnaît un cadre de la SNCF. Mais là, c'est systématique avec les Regio 2N. Il y a un problème de conception . »

Depuis le début de l'été, au moins quatre caténaires ont été arrachées. « Uniquement sur les voies de service, reconnaît Fabien Villedieu de Sud Rail. Celles qui permettent notamment d'amener les trains des parkings jusqu'aux gares. Mais ces limitations ont un impact sur la régularité. Sans compter, qu'il y a un risque pour la sécurité des cheminots. »
« On a l'impression de conduire un train en plastique »

Dans un courrier daté du 23 juillet, l'inspection du travail ordonne à la compagnie ferroviaire de prendre toutes les mesures pour assurer la sécurité et notamment pour éviter les risques d'électrisation. « L'hiver, c'est la même chose, assure Bérenger Cernon, de la CGT. Dès qu'il y a du givre, comme les Regio 2N ne possèdent qu'un seul pantographe au lieu de deux, ils arrachent davantage de caténaires ». « Faux, rétorque la SNCF. L'hiver, il n'y a pas de problème particulier. Et l'été, il y a des adaptations à faire. C'est un problème de jeunesse. »

Une jeunesse qui dure ! Les premiers Regio 2N ont été livrés à partir de 2014 en province et depuis 2017 en région parisienne pour la version francilienne . Au total, ce sont plus de 200 trains qui ont été achetés par dix régions françaises. « Quand on est aux commandes d'un Regio 2N, on a l'impression de conduire un train en plastique, confie un conducteur de la SNCF. Ils sont fragiles. »

Ainsi, la semaine dernière, l'un d'eux a vu son système d'alerte radio annihilé après avoir heurté un piéton aux abords de Nemours (Seine-et-Marne) : « Le conducteur ne pouvait appeler pour arrêter la circulation des trains, relate Bérenger Cernon. Heureusement qu'il avait son téléphone portable et du réseau. » Un problème qui s'était déjà produit en janvier, en gare de Brunoy (Essonne), également après un choc avec une personne.

« Ce premier accident a révélé une fragilité sur le Regio 2N, reconnaît la compagnie ferroviaire. Il a fallu poser un enduit isolant. Sur les trains des Hauts-de-France, c'est fait. Pour les quarante d'Ile-de-France, il faudra attendre deux mois. En attendant, les conducteurs sont équipés de radios portatives. » Quant au second accident, survenu la semaine dernière : « Il est exceptionnel, poursuit l'entreprise publique. Il aurait pu arriver sur un TGV. Jamais la sécurité des trains n'a été remise en cause. »

Ces différents problèmes techniques interviennent alors qu'en février, la SNCF a refusé la réception de deux Regio 2N pour des malfaçons : « Tout n'est pas de notre responsabilité, estime Bombardier. Et pour le reste, ce sont des défauts de jeunesse. » « C'est vrai, concède une source interne à la SNCF. Avec un nouveau train, il y a toujours des problèmes. Mais avec les Regio2N, c'est plus que d'habitude. »

06/04/2019

29 nouvelles rames de TER dans la Région

https://www.tonicradio.fr/29-nouvelles-rames-de-ter-dans-...

Publié le 5 avril 2019


La Région Auvergne-Rhône-Alpes va investir 315 millions d’euros dans l’achat de 29 rames TER, le but est d’améliorer la ponctualité des trains et le confort des voyageurs .

Les 10 trains Regiolis de type Léman Express seront déployés principalement dans le Nord-Est de la Région, Ain, Haute-Savoie, Savoie. Les 19 trains Regio2N de BOMBARDIER seront principalement mobilisés sur les lignes autour de la Métropole Lyonnaise vers Saint-Etienne, Bourg-en-Bresse, Villefranche-sur-Saône, Vienne, Ambérieu.

En parallèle, la Région a demandé à SNCF Mobilités de préparer la mise en œuvre d’expérimentations sur le train à hydrogène.

01/02/2019

Des trains de Bombardier refusés pour des problèmes de qualité

https://www.journaldemontreal.com/2019/01/31/des-trains-d...

AFP MISE à JOUR

Paris | La Société nationale des chemins de fer français (SNCF) a indiqué jeudi avoir refusé la livraison de nouveaux trains de banlieue Regio 2N construits par Bombardier pour l’Ile-de-France, critiquant «une situation de non-qualité (...) inacceptable». 

«On a un problème avec Bombardier» qui fournit les nouveaux trains Regio 2N, a sobrement résumé le patron de SNCF Transilien, Alain Krakovitch, confirmant une information du journal Le Parisien. 

«Il était prévu qu’on ait, pour début 2019, 42 nouvelles rames (...), on a reçu 32, sauf que les dernières rames qu’on a reçues n’ont pas un niveau de qualité satisfaisant du tout», a-t-il expliqué à des journalistes. 

Il a cité «des non-qualités industrielles, comme des vis mal serrées, des câblages déficients (...) Dès la première utilisation, la rame a une panne», a raconté le patron des trains de banlieue parisiens. «C’est évidemment insupportable!» 

Huit des 32 rames sont concernées par ces défauts», a ajouté M. Krakovitch. 

Des employés du constructeur canadien s’occupent des réparations à l’atelier de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne), mais «là, on est sur une situation de non-qualité que l’on considère comme inacceptable, ce qui fait qu’on n’accepte plus de réceptionner les rames», a-t-il dit. 

La SNCF attend «des explications» et «un plan d’action global», a-t-il dit. 

Ces rames sont destinées à la ligne R, qui relie Paris à Melun puis Montereau (Seine-et-Marne) ou Montargis (Loiret). Leur indisponibilité a des conséquences sur la bonne marche de la ligne D du RER, puisque les vieux trains de la R devaient venir la renforcer. 

«Je ne peux accepter un nouveau retard sur les Regio 2N d’autant plus dans le contexte très difficile de la ligne R qui a terriblement souffert de la grève perlée de 2018», a dénoncé Valérie Pécresse, la présidente d’Ile-de-France Mobilités (l’autorité régionale des transports, qui paie les nouveaux trains), dans un courrier au patron de la SNCF Guillaume Pepy. 

L’élue a exigé «un plan de rattrapage» pour que les retards de livraison ne viennent pas affecter le renouvellement du matériel prévu sur d’autres lignes. 

«Ce qui est embêtant, c’est que ce sont des matériels qui sont censés être rodés. On ne comprend pas trop», a-t-on glissé chez Ile-de-France Mobilités. 

Bombardier France, qui fabrique les trains à Crespin (Nord), n’a pas souhaité faire de commentaires. «On veut regarder les choses de près», a indiqué une porte-parole à l’AFP.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu