Avertir le modérateur

28/07/2016

Reportage : à la découverte des réseaux Wi-Fi des gares SNCF

https://www.degroupnews.com/dossier/reportage-visite-rese...

Par

Depuis 2014, la branche de la SNCF Gares & Connexions en partenariat avec l’opérateur d’accès sans fil Nomosphère sont chargés d’apporter le Wi-Fi gratuit et illimité dans 129 grandes gares de France ainsi que 105 gares Transiliens et 41 gares en Rhône-Alpes. A la gare de Lyon-Part-Dieu, les passagers peuvent profiter du haut débit depuis 2014. DegroupNews a eu l’opportunité de visiter les infrastructures réseau de la gare.

Accompagnés de Mathieu Belouar, le responsable du Département Gare Connectée de SNCF Gares & Connexions, et de Jérémy Marty, directeur des Opérations chez Nomosphère, nous nous sommes rendus à la gare de Lyon-Part-Dieu qui propose depuis plus d’un an une connexion Wi-Fi gratuite et illimitée à tous ses passagers.

Reportage : à la découverte des réseaux Wi-Fi des gares SNCF

Dans cette grande gare lyonnaise, la première de la région en termes de flux, 15 bornes Wi-Fi reliées à une fibre optique de 400 Mb/s permettent aux 30 millions de voyageurs annuels de profiter du haut débit.

Objectif : 345 gares connectées en Wi-Fi

Depuis 2013, SNCF Gares & Connexions planche sur deux programmes de taille qui permettront à terme de connecter plus de 300 gares en France.

Le premier vise à déployer le Wi-Fi dans 129 gares de France, en privilégiant celles qui voient transiter le plus de passagers. Aujourd’hui, sur ces 129 gares, 116 en sont d’ores et déjà équipée. Le déploiement a débuté en 2014 et ce sont les gares d’Avignon-TGV et Lille-Flandres qui ont été les premières à disposer d’une connexion Internet.

Le second programme permettra bientôt à 105 gares franciliennes d’être dotées de hotspots Wi-Fi offrant la possibilité à des milliers de voyageurs de bénéficier d’une connexion illimitée. Enfin, 41 gares TER en Rhône-Alpes concluront ce dispositif pour un maillage national.

Nomosphère, l’opérateur de la SNCF

Reportage : visite du réseau Wi-Fi de la gare Lyon-Part-Dieu

Pour ces deux programmes, c’est  l’opérateur d’accès sans fil Nomosphère qui a été sélectionné par la SNCF pour déployer le réseau. Qu’il s’agisse de mairies, de villes, d’universités, d’hôtels ou de musées, ce FAI est spécialisé dans l’accès Internet via Wi-Fi et a déjà raccordé bon nombre de sites au haut débit.

De la fibre optique SFR à 400 Mb/s

A la Part-Dieu, Nomosphère a déployé 15 bornes Xirrus dans l’enceinte de la gare afin de fournir un Wi-Fi ac sur les bandes 2,4 GHz et 5 GHz. Celles-ci sont chacune reliée à de la fibre optique offrant un débit de 400 Mb/s via un routeur fibre SFR.

En France, une vingtaine de gares ont la chance d’être reliées en fibre optique offrant un débit moyen situé entre 400 et 600 Mb/s et allant jusqu’à 1 Gb/s (Gare Saint-Lazare et Gare du Nord). Les autres utilisent les technologies SDSL ou ADSL.

Reportage Gares & connexions : le Wi-Fi à Lyon Part-Dieu

Pas de Wi-Fi sur les quais… sauf en Île-de-France

Pour des raisons de propriété entre les différentes entités, le Wi-Fi n'est disponible que dans l'enceinte de la gare mais pas sur les quais. L'Île-de-France fait figure d'exception puisque des bornes sont installées sur les quais offrant ainsi un accès Internet illimité aux passagers Transilien dès leur arrivée en gare.

Reportage Gares & connexions : le Wi-Fi à Lyon Part-Dieu

530 bornes installées, un million de connexions par mois

Nomosphère a déployé pas moins de 530 bornes Wi-Fi dans les gares françaises. La SNCF recense en moyenne un million de connexions mensuelles. A la gare de Lyon-Part-Dieu, on en compte en moyenne 2 000 par jour.

Une connexion entièrement gratuite

Pour se connecter, SNCF Gares & Connexions propose trois possibilités à ses utilisateurs :

  • Une connexion de 20 minutes sans inscription limitée à 512 Ko : l’utilisateur profite d’une connexion de 20 minutes après le visionnage d’une publicité. Au-delà des 20 minutes, il peut à nouveau profiter du haut débit en regardant une nouvelle publicité, et ainsi de suite. Il semblerait qu’il n’y ait pas de limitation puisque nous avons fait le test de cette manière et nous sommes arrivés à un débit de 10 Mb/s.
  • Une connexion avec inscription : pour profiter du haut débit en illimité, il suffit de vous connecter en créant un compte. L’inscription est très rapide (moins d’une minute), et vous permet de vous connecter dans toutes les gares de France. Ce type de formule nous a permis d’atteindre des débits de 17 Mb/s.
  • Une connexion via Twitter : depuis le 6 juillet dernier, la SNCF propose en outre de passer par votre compte Twitter pour accéder à une connexion illimitée et gratuite.

Ces trois modes de connexion permettent aux utilisateurs de se connecter sans débourser un centime, à la différence des aéroports où l’accès est souvent payant. La SNCF a misé sur un système de monétisation avec la diffusion de publicités sur le portail de connexion.

Outre ce service grand public, elle recueille les données des utilisateurs afin d’avoir des statistiques notamment sur les flux de passagers.

Reportage Wi-Fi Gare de Lyon Part-Dieu : interface Wi-Fi Reportage Wi-Fi Gare de Lyon Part-Dieu : interface Wi-Fi

 

Reportage Wi-Fi Gare de Lyon Part-Dieu : interface Wi-Fi Reportage Wi-Fi Gare de Lyon Part-Dieu : interface Wi-Fi

La SNCF certifie son réseau avec nPerf

La SNCF veut offrir un service de qualité à ses usagers, notamment en termes de navigation et de streaming. Nous avons été agréablement surpris d’apprendre qu’elle utilisait l’application nPerf pour certifier son réseau.

« Pour tester la qualité du réseau Wi-Fi, nous utilisons l’application nPerf. Ce que l’on veut, c’est proposer au minimum des performances de navigation de 40% » nous explique Mathieu Belouar. Ainsi, plus que des performances de débit, c’est avant tout un confort d’utilisation et une expérience utilisateur de qualité que souhaite offrir SNCF Gares & Connexions à ses passagers.

 

Des usages illimités

Une connexion moyenne dure entre 20 et 30 minutes, mais les usages diffèrent énormément selon les passagers. « Certains n’utilisent le Wi-Fi qu’une minute quand d’autres peuvent rester une heure » explique le responsable du Département Gare Connectée de SNCF Gares & Connexions. En moyenne, ce sont 70 Mo de data qui sont consommés par utilisation.

SNCF Gares & Connexions constate des usages très intensifs avec des utilisateurs qui téléchargent jusqu’à 1 To de data par jour. Pour le moment, la branche de la SNCF fait le choix de ne pas bannir ces usages, tant que ces connexions n’altèrent pas la qualité du réseau.

Un service qui séduit de nombreux touristes et étudiants

« Certaines gares très touristiques attirent beaucoup de voyageurs sur le réseau Wi-Fi, c’est pourquoi chaque infrastructure est dimensionnée en fonction des usages » explique Jérémy Marty, le directeur des Opérations Nomosphère.

Le réseau de gares des villes étudiantes, ou celles fréquentées par les touristes étrangers, est également très sollicité. Mathieu Belouar cite aussi l’exemple de la gare de Calais, où le Wi-Fi gratuit est très utilisé par les migrants qui sont nombreux à se rendre à la gare juste pour avoir accès à une connexion Internet.

Le Wi-Fi pour soulager les réseaux 3G/4G

Le Wi-Fi vient aussi en complément des réseaux mobiles 3G et 4G : en cas de saturation, la connexion proposée par la SNCF peut palier les problèmes de saturation dans les gares où le trafic est très important.

Et les gares régionales ?

Pour le moment, seules les grandes gares sont connectées. L’arrivée du Wi-Fi dans les gares régionales dépend du financement des régions. Pour le moment, seule la Région Rhône-Alpes a fait ce choix pour 41 gares TER.

Vers des gares de plus en plus connectées

SNCF Gares & Connexions est en charge du Wi-Fi dans les gares, mais pas seulement. NFC, Internet des objets, Li-Fi, etc. : elle planche sur de nombreuses technologies pour connecter ses gares et leurs passagers et améliorer le service.

La SNCF est déterminée : aujourd’hui, plus de 3 000 personnes sont en charge de la connexion dans les gares et travaillent pour le projet Gares & Connexions. D’ailleurs, en Europe, le Wi-Fi dans les gares fait figure d’exception : rares sont les pays à proposer un tel service gratuitement dans de nombreuses stations.

La compagnie ferroviaire veut que ses passagers profitent d’une expérience qui aille au-delà du simple voyage. Aujourd’hui, la qualité d’accueil d’une gare se mesure certes par ses commerces, ses salles d’attentes, mais également par une connexion Wi-Fi de qualité.

Pour tester la qualité de votre connexion Wi-Fi dans les gares, n’hésitez pas à télécharger l'application nPerf disponible gratuitement sur iOS, Android et Windows Phone. Elle est gratuite et vous permettra de tester votre débit, la qualité de la navigation et la qualité de streaming.

 

 

13/04/2016

Le Wi-Fi gratuit dans 300 rames de TGV d'ici 2017, promet la SNCF

Bonsoir,

Et oui c'est ce qui s'appelle le train à 2 vitesses !

On souhaiterai tous que les trains soient ponctuels non supprimés et qu'il n'y ait pas le WIFI et que les différentes sources d'informations de la SNCF soit réactives et de confiance surtout en cas d'aléas.

Eric

http://www.zdnet.fr/actualites/le-wi-fi-gratuit-dans-300-...

Technologie : Quarante rames seront équipées d'ici la fin de l'année. Quant à la 3G/4G, elle devrait être véritablement disponible dans 90% des TER et RER d'ici la mi-2019.

 
Les promesses se sont multipliées mais les voyageurs ne voient rien venir : à quand un wi-fi efficace à bord des trains de la SNCF et notamment des TGV où accrocher un signal 3G/4G à haute vitesse relève du défi... En octobre 2014 (eh oui, déjà...), Axelle Lemaire, la secrétaire d'Etat au Numérique s'agaçait comme beaucoup de l'absence de cette technologie. Alors que de nombreuses compagnies ferroviaires dans le monde proposent ce service, aujourd'hui considéré comme une commodité, le fleuron de la SNCF reste aveugle et muet.

Face à la pression, la SNCF annonçait en février 2015 que le Wi-Fi gratuit serait opérationnel dans les trains, à partir de mi-2016. Puis en janvier dernier, la date a été repoussée à 2017, un calendrier confirmé la main sur le coeur ce mardi par Guillaume Pépy, patron de la société nationale lors d'une conférence sur les défis de transformation numérique de la SNCF.

Publicité

 Il est ainsi prévu "d’équiper 40 rames d’ici la fin de l’année 2016 (puis) 300 rames d’ici fin 2017. C'est Orange qui va s'y coller via une double approche technologique : la 4G sera utilisée pour acheminer les données (le réseau devra donc être densifié le long des voies), ensuite, le W-Fi prendra le relai à l'intérieur des rames à grande vitesse.

Le coût est évalué à 350.000 euros par rame. Reste la question du modèle économique : ce Wi-Fi gratuit sera-t-il financé par la publicité ? Certainement : le service sera exploité par Orange qui pourra alors proposer deux formules : classique avec pub, premium sans, un peu comme les plates-formes de streaming.

Bonne nouvelle pour les millions de banlieusards, la SNCF annonce également que la 3G/4G devrait être véritablement disponible dans 90% des TER et RER d'ici la mi-2019. Là encore grâce à la densification du réseau mobile. Il s'agit de déterminer quelles sont les zones blanches ou grises qui provoquent coupures et perte de réseau. "C'est la fin du renvoi de balle entre les opérateurs et la SNCF", a promis Guillaume Pépy.

19:01 Publié dans SNCF, TER, TGV, WIFI | Lien permanent | Commentaires (2)

24/03/2016

SNCF - Le Big Data et le numérique entrent en gare

http://www.zdnet.fr/actualites/sncf-le-big-data-et-le-num...

Avenir de l'IT : La branche Gares & Connexions de la SNCF mise sur le numérique et l'utilisation des données pour opérer, exploiter et développer des services dans les 3000 gares françaises. Témoignage du DSI Arnaud Krékounian.

Par Christophe Auffray |

Gares & Connexions est une branche de la SNCF créée en 2009, employant aujourd'hui 3700 salariés et gérant 3000 gares au niveau national. Outre la gestion, l'entretien des gares et de leurs 2 millions de mètres carrés (dont 180.000 m2 dédiés aux commerces), l'exploitation (14.000 départs de train par jour), Gares & Connexions a pour mission le développement de services pour les voyageurs et les visiteurs.

Et voyageurs et visiteurs représentent un très grand nombre de personnes : 10 millions chaque jour, dont 20% accompagnent des voyageurs ou fréquentent des commerces dans les gares. Pour développer et opérer les systèmes d'information en gare (information aux voyageurs, applications métier…), lancer de nouveaux services pour les clients (évolutions des applications existantes et créations d'apps, bornes interactives, Wi-Fi) et accroitre sa connaissance des flux de piétons (collecter et exploiter des données à partir des infrastructures), la SNCF mise sur le numérique. 

Du "sang, de la sueur et des larmes"

Ces grands domaines de développement constituent les enjeux du digital de la SNCF pour 2016 et 2017. Et la donnée occupe une place centrale dans cette politique numérique. "La stratégie data est de mieux positionner la gare et de comprendre son écosystème" précise Arnaud Krékounian, DSI de Gares & Connexions de la SNCF.

Et dans ce cadre, la DSI "constitue le socle des données" tandis que la direction digitale intervient "pour exploiter finement les données et pour ensuite les fournir et les distribuer aux différents métiers" concernés ou intéressés.

Plus concrètement, l'analyse des données doit notamment permettre, lors de la réalisation de travaux, d'adapter le balisage. En ce qui concerne la gestion des commerces et des services, la connaissance des flux de personnes contribuera à identifier les zones très passantes et donc ensuite, entre autres, à mieux les valoriser.

"Dans le cadre de la maintenance des gares, il s'agit tout simplement d'analyser le taux de panne et les équipements afin de prévoir avec les mainteneurs des tournées d'inspection et de réparations de ces équipements" cite Arnaud Krékounian à titre d'illustration. Pour cette maintenance, le transporteur utilise d'ailleurs des capteurs.

L'IoT au sein de la SNCF en est "encore au stade expérimental, mais c'est une chose à laquelle nous croyons beaucoup et qui va alimenter les données qui seront ensuite exploitées" souligne le DSI. A cette source d'information s'ajoutent les données collectées en gare, celles des transporteurs, ainsi aussi que des données exogènes (médias sociaux, open data…).

"Nous ne sommes pas sous le diktat d'un ROI"

La DSI se veut très pragmatique dans son approche du numérique et du Big Data : voir grand, mais démarrer petit. Elle a ainsi lancé ses premières expérimentations ("du sang, de la sueur et des larmes") durant les six premiers mois de 2015.

Gares & Connexions peut ainsi désormais mesurer le volume de visiteurs dans les gares, leurs profils et leurs parcours dans et en sortant de la gare. "Nous pouvons voir concrètement, à partir du moment où l'on sort d'un train, quel est le parcours, si le voyageur passe par les commerces ou s'il se dirige directement vers la sortie" détaille Arnaud Krékounian.

Et pourquoi établir ce parcours est-il un enjeu majeur ? Notamment afin de définir la manière "d'attirer le voyageur vers les commerces avant qu'il ne sorte de la gare". Grâce au déploiement du Wi-Fi (et "traces Wi-Fi"), combiné aux données GSM, la SNCF peut encore affiner sa modélisation des flux de personnes dans les gares.

Quid enfin du ROI de ces projets ? "Pour le moment en tout cas, nous ne sommes pas sous le diktat d'un ROI. On croit beaucoup dans le développement du digital, à son apport au niveau de la qualité des données et à ses concrétisations financières. En revanche, nous ne nous sommes pas basés sur un ROI pour mener ces expérimentations et déployer ensuite. Nous sommes sur une conviction très forte" répond le DSI de la branche SNCF.

Propos recueillis à l'occasion du salon Big Data 2016 du 7 et 8 mars

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu