Avertir le modérateur

04/03/2013

Travaux RVB Horaires Phase 1 et Phase 2

Bonsoir,

Nous commençons la première phase des travaux du lundi 4 mars au dimanche 17 mars 2013.

La fiche est reconnaissable par la couleure rose voici les horaires valable depuis ce lundi :

- 01 Grenoble - Bourgoin - Lyon - Phase 1
- 54 Chambéry - Lyon - Phase 1
- 62 Grenoble - St-André-le-Gaz - Phase 1

 

La SNCF a mis à notre disposition les horaires de la deuxième phase de couleur jaune. Des travaux s'étalant du lundi 18 mars au lundi 25 mars 2013:

01 Grenoble - Bourgoin - Lyon - Phase 2
54 Chambéry - Lyon - Phase 2
62 Grenoble - St-André-le-Gaz - Phase 2

Sur cette deuxième phase, Cessieu est directement impacté puisqu'aucun train ne s'y arretera.

N'hésitez pas à nous faire remonter toutes vos remarques ou problèmes rencontrés durant ces travaux.

Cordialement,

Eric

Josiane Beaud (SNCF), sur les travaux de la ligne Lyon-Grenoble : “Peu de perturbations pour les usagers”

http://www.lyonmag.com/article/50692/josiane-beaud-sncf-s...

Josiane Beaud - LyonMag.com

Josiane Beaud - LyonMag.com

Josiane Beaud, directrice régionale de la SNCF, était l'invitée ce lundi de Jazz Radio pour l'émission Ça Jazz à Lyon, proposée en partenariat avec LyonMag.

La SNCF entame ce lundi un vaste chantier de remise à neuf des voies entre Lyon et Saint-André-Le-Gaz en Isère. Par conséquent, les lignes Lyon-Grenoble et Lyon-Chambéry vont être perturbées. Ces travaux sont-ils vraiment nécessaires ? "Absolument. Je pense que nous avons toujours soutenu la position de Réseau Ferré de France de faire ces travaux parce que dans ce secteur, la voie est bien abîmée. De plus, on a régulièrement des rails cassés. Je pense donc que ces travaux étaient vraiment indispensables".

Ces travaux était également indispensables puisque Lyon-Grenoble fait partie des lignes les plus fréquentées de la région Rhône-Alpes. "C’est en effet la plus fréquentée de Rhône-Alpes. On a 30 000 voyageurs par jour".

Ces travaux seront-ils pénalisants pour les usagers ? "Ce qu’on a prévu n’est pas pénalisant. Ce qui va être pénalisant, c’est s’il y a des aléas. Mais globalement, on a supprimé très peu de TER. Le plan de transport est à peu près le même à deux exceptions près : sur des autocars que nous avons mis entre Saint-André-Le-Gaz et Lyon dans des moments qui ne sont pas trop gênants pour les voyageurs. Nous avons également détourné des TGV, ceux qui vont sur Chambéry et Annecy par l’Albarine, et on a supprimé des TGV qui vont sur Grenoble ou on en a fait passer par Saint-Exupéry".

A quelle période de la journée va se passer le gros des travaux ? "Les travaux ses passent entre 22 heures le soir, où nous rendons la voie aux travaux, et entre 5h30 du matin où ils nous rendent la voie. Les trains de travaux se déplacent aussi sur la voie à différents points pour retourner sur les chantiers où ils se garent. Il faut vraiment accepter de se dire qu’il y aura des aléas mais ce n’est pas possible autrement".

Comment justement gérer ces aléas ? "Nous aurons dans les gares des observateurs qui observeront les premiers jours du chantier pour voir comment cela se passe et s’il y a des choses qui sont à reprendre ou rectifier. Ce que nous voulons surtout dans ce cas, c’est avoir de la réactivité. Nous avons également recensé tous les cheminots qui sont sur la ligne et qui sont dans les trains, et qui viennent travailler eux-mêmes grâce aux trains. Ces cheminots pourront aider et être plus proches des voyageurs. Et puis il y a l’information en gare avec en permanence une cellule de veille dont l’objectif sera d’être en réactivité le plus rapidement possible".

Ces travaux vont-ils améliorer la ponctualité ? "Il y aura moins d’aléas, ça s’est sûr ! Par contre, améliorer la ponctualité, c’est autre chose car cela veut dire avoir plus de trains qui arrivent à l’heure. Aujourd’hui, si on a une ponctualité qui n’est pas dans les meilleurs sur les axes de Rhône-Alpes, c’est parce que nous n’avons pas surchargé de manière industrialisée".

Comment peuvent se renseigner les voyageurs sur ces travaux ? "Ils peuvent appeler AlloTer et ils auront tous les éléments. Là-dessus, je ne suis pas inquiète. Après en période d’aléas, les abonnés doivent bien se mettre à jour, notamment avec le club fidélité TER parce que si nous avons bien leu portable, ils auront un SMS qui leur dira ce qu’il faut faire, et puis ils auront toujours les cheminots qui seront mobilisés et qui pourront les renseigner dans les gares ou dans les trains".

28/02/2013

Quatre mois de chantier entre Lyon et Saint-André-le-Gaz

http://www.ledauphine.com/societe/2013/02/27/un-gigantesq...

Un train très spécial, véritable usine roulante, est utilisé pour la réfection des voies SNCF. Comme ce fut déjà le cas sur l’axe Lyon-Vienne, en 2009, ici au niveau de la commune de Chasse-sur-Rhône. PhotoPQR/Richard MOUILLAUD

Un train très spécial, véritable usine roulante, est utilisé pour la réfection des voies SNCF. Comme ce fut déjà le cas sur l’axe Lyon-Vienne, en 2009, ici au niveau de la commune de Chasse-sur-Rhône. PhotoPQR/Richard MOUILLAUD

La préparation d’un tel chantier ne relève pas de l’improvisation. Quatre années d’anticipation ont été nécessaires à RFF et à la SNCF pour le chantier de la ligne Lyon/Saint-André-le-Gaz. D’abord pour collecter les informations sur le terrain, puis caler le programme, déterminer la plage horaire des travaux, celle d’interruption de la circulation ferroviaire… Les dernières études ont été lancées six mois avant le début du chantier. Avant que ne soient arrêtés les besoins en personnels.

Ces travaux sont menés par des entreprises disposant de trains travaux nommés “suites rapides”. De vraies petites “usines roulantes” dit RFF, qui rendent possible la remise à neuf de tous les constituants de la voie ferrée.

 On l’appelle “suite rapide”

Des aménagements préparatoires précèdent l’arrivée de la “suite rapide”. L’assainissement, l’abaissement de plateforme. Il s’agit aussi de décharger les rails neufs. Ces chantiers se déroulent sur des périodes qui peuvent parfois entraîner la suppression de trains commerciaux.

Lorsque la “suite rapide” entre en action, la durée de la coupure des circulations ferroviaires est augmentée, la logistique déployée étant décuplée : environ 200 agents de la SNCF et 300 ouvriers des entreprises. Les rails sont récupérés par les ateliers SNCF ou revendus à des ferrailleurs pour ceux qui ne sont pas réutilisables. Les anciennes traverses en bois sont traitées par des entreprises à même d’éviter toute pollution. Le ballast est trié puis réinjecté dans des chantiers ou recyclé.

La “suite rapide”, elle, fonctionne en plusieurs étapes. Cela commence par le dégarnissage (retirer le ballast de la voie) : l’engin soulève la voie et extrait le ballast sur une profondeur d’environ 25 centimètres. Un train de ballast neuf et une bourreuse assurent un premier relevage.

Pendant le chantier, les anciens rails sont retirés puis écartés de la voie par le train de substitution. Le même qui enlève ensuite les vieilles traverses en bois et les remplace immédiatement par des traverses en béton. Les longs rails neufs de 300 mètres, déchargés au préalable sur le côté de la voie, sont progressivement fixés sur les traverses et soudés entre eux.

Le relevage est l’étape suivante : il s’agit de rehausser la voie de 80 mm maximum, ce qui demande une grande précision. C’est durant cette période que la vitesse des trains est ralentie. Avant d’être rendue au trafic normal, la voie est vieillie artificiellement par un stabilisateur qui reproduit les vibrations équivalant au passage de 100 000 tonnes de train.

Vient alors la “libération”, qui a lieu quelques jours après l’opération de mise à niveau de la voie. Elle indique les contraintes internes que supportera le rail du fait des variations de températures.

par Pierre-Éric BURDIN le 28/02/2013 à 06:02

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu