Avertir le modérateur

07/04/2013

Les passages à niveau de moins en moins meurtriers depuis dix ans

http://www.lepoint.fr/auto-addict/actualites/les-passages...

AFP - Publié le 05/04/2013 à 14:36

Les passages à niveau sont moins meurtriers depuis dix ans en France, les mesures prises pour supprimer ou sécuriser ces intersections dangereuses ayant été renforcées après le drame d'Allinges (Haute-Savoie) qui avait coûté la vie à sept collégiens en 2008.

Sur les 15.000 passages à niveau ouverts au trafic routier en France, 174 sont, à ce jour, "considérés comme à traiter ou à aménager en priorité contre 364 en 2005", indique-t-on à Réseau Ferré de France (RFF).

Cette classification, établie à la demande de l'Etat depuis 1997, tient compte de deux critères: l'importance des flux trains-voitures à une intersection donnée et l'existence d'un précédent d'accident.

Avec un trafic de 2000 véhicules/jour en 2010 et quelque 47 millions depuis sa mise en service en 1950, sans qu'aucun accident ne soit recensé, le passage à niveau d'Allinges n'était donc pas considéré comme préoccupant, selon RFF.

Le gestionnaire du réseau ferré précise que c'est le "le non-respect du code de la route qui est à l'origine de 99% des accidents".

Parmi les causes d'accident les plus fréquentes, on relève la vitesse d'approche élevée des véhicules qui n'ont pas le temps de s'arrêter, le passage de véhicule "en chicane" (entre les barrières fermées) ou encore le non-respect d'un "Stop" à un passage dit "en croix de saint André" (sans barrières de sécurité).

Une centaine de collisions ont été dénombrées en 2012 sur des passages à niveaux, un chiffre en baisse de 40% depuis dix ans.

Le nombre de morts a lui été divisé par deux sur la même période avec 33 tués l'an passé représentant 0,7% des décès liés à un accident de la route.

"Pour éviter ces drames, les actions de communication, de sensibilisation ou de prévention sont capitales même s'il n'est pas toujours facile de transmettre certains ordres de grandeur à nos concitoyens", souligne Christian Cochet, directeur général adjoint à RFF.

Il cite l'exemple d'une voiture qui, en roulant à 100 km/h, met 80 mètres pour s'arrêter alors qu'il faudra un kilomètre pour stopper un train roulant à la même vitesse.

En 2012, 25 millions d'euros ont été investis pour la sécurité des passages à niveau par RFF, l'Etat ou les collectivités territoriales pour supprimer ou améliorer la sécurité des passages à niveau et près du double est prévu pour 2013, selon le gestionnaire du réseau.

Lorsqu'ils ne sont pas supprimés, les passages à niveau - une centaine par an en moyenne - voient leur signalisation améliorée (installation de feux à diodes, de feux sur potence, d'îlots séparateurs de sens, de mesures pour réduire la vitesse d'approche, etc.).

Trois semaines après le drame d'Allinges, survenu en juin 2008, la "Première journée nationale de la sécurité routière aux passages à niveau", qui vise à rappeler aux usagers les règles de sécurité sur ces croisements, avait été initiée.

Pour sa 5e édition, le 7 juin 2012, l'opération devenue européenne puis mondiale a associé une quarantaine de pays.

Dans le monde, le nombre de passages à niveau est estimé à 1 million et le nombre de victimes à 6100 morts par an.

Autre initiative à avoir vu le jour: la mise en place aux abords d'une trentaine de passages à niveau particulièrement sensibles de radars de vitesse et de radars de franchissement, ces derniers ayant pour objectif de repérer les franchissements de passages à niveau en chicane, lorsque les barrières sont baissées.

30/03/2013

En 2012, RFF a investi 5,5 milliards dans le réseau ferroviaire

http://www.mobilicites.com/fr_en-2012--rff-a-investi-5-5-...

29 Mars 2013

En 2012, les investissements de Réseau ferré de France (RFF) ont grimpé de 18% pour atteindre 5,5 milliards d'euros, entraînant mécaniquement une hausse de la dette, qui s'élève à 31,5 milliards d'euros (+ 10%). Dans un communiqué daté du 29 mars, l'entreprise annonce par ailleurs une légère augmentation de son chiffre d'affaires et une relative stabilité de son résultat.


Dernière publication de résultats avant la réforme. Promis à intégrer une nouvelle structure appellée "gestionnaire d'infrastructure unifié", doté d'un nouveau patron -Jacques Rapoport- depuis janvier 2013, Réseau ferré de France (RFF) a rendu publics le 29 mars 2013 ses résultats 2012. Le résultat opérationnel courant de l’entreprise s’établit à 1,4 miliards d’euros, en léger recul, pour un chiffre d’affaires de 5,5 milliards d’euros, en progression de 4% à périmètre constant. A 2 millions d’euros, le résultat net est juste équilibré.

Les ressources liées à l’activité ferroviaire –mesurée en trains-kilomètres effectués et non en nombre de voyageurs transportés- ont progressé, notamment grâce à la mise en service de la LGV Rhin-Rhône, en décembre 2011, qui dope l’activité TGV (+ 3,5%) alors que le trafic des trains régionaux est stable. L’activité fret est en légère hausse.

Le gestionnaire de l’infrastructure se réjouit par ailleurs de l’amélioration de la qualité des sillons, c’est-à-dire les droits de passage vendus aux compagnies ferroviaires. Depuis deux ans, cette qualité est très affectée par les travaux de rénovation des voies.

Plus de 1000 kilomètres de voies ont ainsi été rénovés l’an passé. Soit un volume d’investissements de 2,2 milliards d’euros, en hausse de 10%, pour la seule remise en état du réseau. Le développement a pour sa part mobilisé 3,1 milliards d’euros, avec notamment le lancement de la construction de quatre lignes à grande vitesse (LGV): 2ème phase de la LGV Est-Européenne, LGV entre Tours et Bordeaux, LGV entre Le Mans et Rennes et enfin contournement de Nîmes et Montpellier.

Au final, l’entreprise a investi 5,5 milliards d’euros, un chiffre en croissance de 18% sur un an. Sa dette s’est creusée, atteignant 31,5 milliards d’euros contre 28,6 milliards en 2011. L’an passé, RFF a levé 3,8 milliards d’euros sur les marchés internationaux de capitaux.

H.G.

29/03/2013

RFF a atteint l'équilibre en 2012

http://www.bfmtv.com/economie/rff-a-atteint-lequilibre-20...

N.G. | AFP
Le 29/03/2013 à 13:34
Mis à jour le 29/03/2013 à 14:34

Réseau Ferré de France a annoncé, vendredi 29 mars, avoir enregistré un résultat net presque à l'équilibre en 2012, à 2 millions d'euros, contre 223 millions l'an passé, en raison de lourds investissements dans les infrastructures. Il a réalisé un chiffre d'affaires de 5,5 milliards d'euros (+4% à périmètre constant), contre 4,98 milliards un an plus tôt.

Le groupe a fait état d'une hausse des activités de maintenance et des travaux sur le réseau ferroviaire national. Le montant total consacré aux projets d'infrastructure ferroviaire a atteint 5,3 milliards d'euros en 2012, contre 4,5 milliards un an plus tôt, soit une croissance de 18%.

La modernisation du réseau a coûté à elle seule 2,1 milliards soit une hausse de près de 10%, avec plus de 1.000 km de voies qui ont été rénovées l'an dernier. Et 3,1 milliards ont été dépensés pour étendre le réseau.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu