Avertir le modérateur

03/09/2018

La Fédération des usagers de transports accusent la SNCF et la Région de délaisser le rail en Auvergne-Rhône-Alpes

https://www.placegrenet.fr/2018/09/02/la-federation-des-u...

Par FM | le 02/09/2018 | 12:47

FIL INFO – La démission de Nicolas Hulot ne fait pas réagir que la classe politique. La Fédération nationale des associations d’usagers des transports (Fnaut) Auvergne-Rhône-Alpes profite du départ du ministre de la Transition écologique et solidaire pour rappeler le poids du trafic routier sur l’environnement. Et dénonce un manque d’ambition ferroviaire de la part de la SNCF et de la Région.

« On ne réduira pas le trafic automobile s’il n’y a pas d’offre ambitieuse en matière de transports publics », clame la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (Fnauts) Auvergne-Rhône-Alpes. Celle-ci profite de la démission du ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot pour rappeler que « le trafic routier est largement responsable des émissions de gaz à effet de serre et de la pollution de l’air ».

Suppressions de trains et fermetures de gares

Or, la Fédération estime que « rien n’est fait » en Auvergne-Rhône-Alpes pour améliorer l’offre de transports publics plus respectueux de l’environnement. « Au contraire », jugent les usagers des trains de la région, qui constatent la suppression par la SNCF de treize TGV desservant des gares comme Annecy, Chambéry, Grenoble, Lyon-Part-Dieu ou Valence-ville. Auxquelles viennent s’ajouter des changements d’horaires « sans concertation ».

Train en direction de la gare de Grenoble. © Léa Raymond - Place Gre'net

Train en direction de la gare de Grenoble. © Léa Raymond – Place Gre’net

Autres motifs de colère : la fermeture de guichets ou de gares, ou des travaux pour maintenir certains petites lignes accusés d’avancer « à l’allure d’un escargot ». Deux lignes ont par ailleurs été fermées : Saint-Claude-Oyonnax et Clermont-Ferrand-Saint-Étienne. Des fermetures que la Fnaut met en parallèle avec les travaux autoroutiers qui représentent « plus centaines de millions d’euros d’investissement ».

Autant d’éléments, en plus des retards fréquents ou des trains trop souvent bondés, qui incitent la Fédération à rappeler le Conseil régional à ses responsabilités, en tant qu’autorité partenaire et financeur régional de la SNCF. « La Fnaut Auvergne-Rhône-Alpes demande à la Région de prendre conscience de l’urgence climatique et de changer radicalement de politique en sollicitant l’État et la SNCF », concluent ainsi les usagers courroucés.

La Région trop laxiste vis-à-vis de la SNCF ?

La Fnaut avait par ailleurs amplement dénoncé l’attitude de la SNCF durant la longue période de mouvements de grève précédant l’été. Estimant que la société traitaient différemment les clients des TGV et ceux des TER, la fédération avaient demandé à la Région d’obtenir les remboursements des abonnements mensuels pour les usagers TER. Tout en dénonçant des suppressions de trains dépassant le cadre des mouvements sociaux.

Pour le Fnaut, selon qu'ils montent dans un TER ou un TGV, la SNCF ne traite pas ses clients de la même manière © Florent Mathieu - Place Gre'net

Pour le Fnaut, selon qu’ils montent dans un TER ou un TGV, les clients de la SNCF ne sont pas traités de la même manière. © Florent Mathieu – Place Gre’net

D’autres conseils régionaux se montrent plus sévères à l’égard de la SNCF et n’hésitent pas à taper du poing sur la table. Face à de récentes annulations inopinées de TER, la Région Pays-de-la-Loire a ainsi sèchement rappelé à l’ordre la compagnie, déclarant notamment : « Toute suppression de train met en difficulté les usagers et c’est l’image du réseau régional qui en pâtit ». De quoi rendre jalouse la Fnaut Auvergne-Rhône-Alpes ?

FM

LA RÉGION INVESTIT SUR LA LIGNE GRENOBLE-GAP

Accusé de se désintéresser du ferroviaire, le Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes n’en a pas moins annoncé son engagement financier pour la ligne Grenoble-Gap, aux côtés de la Métro et du Conseil départemental de l’Isère. Un investissement attendu depuis longtemps par le Collectif de l’Étoile ferroviaire de Veynes, qui révélait la bonne nouvelle au début du mois d’août. Non sans y ajouter quelques bémols.

Un train TER en gare de Clelles © Collectif de l'étoile ferroviaire de Veynes

Un train TER en gare de Clelles. © Collectif de l’étoile ferroviaire de Veynes

Les usagers craignent en effet que les travaux ne soient financés qu’entre Grenoble et Clelles sans aller au-delà, faute d’investissements de la part de l’État et de la Région Provence-Alpes-Côtes-d’Azur. Bien décidé à ne pas laisser retomber la pression, le collectif a d’ores et déjà prévu une action à Lus-la-Croix-Haute, à l’occasion de son assemblée générale.

RIVES Un homme décède, happé par un TGV

https://www.ledauphine.com/isere-sud/2018/09/03/rives-un-...

Un homme qui traversait les voies en gare de Rives a été happé par un TGV cet après-midi vers 15h30. Selon nos informations, l’homme, un habitant de Renage qui serait âgé de 58 ans, n’a pas survécu. La circulation des trains a été fortement perturbée. Une enquête a été ouverte par la gendarmerie.

Publié le 03/09/2018 à 17:01

31/08/2018

Les régions vont-elles faire dérailler la SNCF ?

http://www.lagazettedescommunes.com/578090/les-regions-vo...

Publié le 30/08/2018 | Mis à jour le 22/08/2018
Par Stéphanie Stoll • Club : Club Techni.Cités

halteter4davidcesbron-2

Avec la loi pour un nouveau pacte ferroviaire, les régions pourront exploiter directement des lignes de transport express régional (TER) ou les attribuer à un opérateur privé. Plusieurs d’entre elles ont annoncé leur intention de s’emparer de cette possibilité. Quelques territoires disposent de lignes gérées en régie ou par un opérateur externe. Ces expériences passent par des solutions sur mesure en partenariat avec l’opérateur historique et ses filiales, et celles d’organismes publics.

 

La loi pour un nouveau pacte ferroviaire permet aux régions, à partir du 3 décembre 2019, de fournir des services publics de transport ferroviaire de personnes d’intérêt régional ou, après mise en concurrence, d’attribuer des contrats de service public relatifs à ces services (code des transports, art. L.2121-7). Toutefois, plusieurs collectivités régionales profitent déjà de tels services, en régie (Corse, Provence-Alpes-Côte d’Azur) ou en délégation à un autre opérateur que la SNCF (Bretagne, Centre – Val de Loire). Les 90 kilomètres de ligne entre Carhaix (Finistère) et Paimpol (Côtes-d’Armor) sont exploités par la CFTA, filiale de Transdev qui assure aussi la maintenance légère du matériel et des voies, les travaux lourds restant dans le giron des ateliers de la SNCF. Cette petite ligne est utilisée par 135 000 voyageurs (58 % d’abonnés scolaires, 38 % en correspondance avec le TGV et, selon les années, 26 000 à 31 000 voyages à bord du train à vapeur touristique).

En 2016, le Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema) a comparé cette ligne à deux autres petites lignes, celle à voie métrique du Blanc-Argent, sous-traitée à Keolis (filiale de la SNCF), dans le Loir-et-Cher, et une gérée par la SNCF dans la Creuse. Il a noté qu’elles « peuvent être attractives pour autant que leur clientèle soit bien ciblée », notamment quand elles combinent scolaires garantissant un trafic stable et touristes formant une clientèle rentable.

Le centre considère aussi qu’une « exploitation adaptée, avec un matériel roulant léger et une main-d’œuvre polyvalente sont une réelle source de productivité » et que « davantage que la concurrence, c’est la proximité et la connaissance du terrain qui permettent d’offrir un service adapté et performant, facilité par des structures légères (moins de 100 salariés) ». En Bretagne comme dans le Loir-et-Cher, les voyageurs ont aussi la possibilité de demander au contrôleur un arrêt aux haltes ferroviaires. « Cette technique n’est pas utilisée sur les TER gérés par la SNCF dont la politique consiste à réduire le nombre d’arrêts par ligne », observe le Cerema, selon lequel cela « permet une desserte fine du territoire en conservant une certaine souplesse et des coûts réduits ».

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu