Avertir le modérateur

01/03/2017

Orange déploie la 4G sur de nouvelles lignes TGV et TER

Personne nous aime !

Après la SNCF Orange nous boude aussi

On est la ligne la plus fréquente de la région déclaré comme malade mais on cumule tous les maux de la terre

Eric

http://acteursdeleconomie.latribune.fr/en-bref/2017-02-28...

Par Acteurs de l'économie  | 

(Crédits : AFP)
L'opérateur de téléphonie Orange a déployé la 4G sur la ligne de TGV Lyon-Marseille, mais aussi sur les lignes de TER Lyon-Ambérieu et Lyon-Villefranche-sur-Saône.

Après la 4G sur la ligne Lyon-Paris, lancée il y a tout juste un an, Orange étend son offre. L'opérateur téléphonique vient d'annoncer que son réseau sera déployé sur trois autres lignes dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Il s'agit de la ligne de TGV reliant Lyon et Marseille, mais aussi de deux autres lignes de TER : Lyon-Ambérieux et Lyon-Villefranche-sur-Saône. Ces deux dernières "font partie des cinq lignes de TER les plus fréquentées de la région", indique Orange dans un communiqué. "Chaque jour, on estime que 30 000 voyageurs les empruntent, soit 10 millions de voyageurs par an."

Pour Valérie Thérond, directrice Orange Centre Est : "Lignes TGV et TER, autoroutes...
partout, nous accélérons le déploiement de notre réseau mobile. Avec le développement
des usages, nos clients souhaitent une plus grande disponibilité de la connectivité [...]. Orange a donc inscrit cette exigence dans ses priorités de déploiement
réseaux en Auvergne-Rhône-Alpes."

25/02/2017

ADUT - Lettre de février 2017

Ce mois-ci, les sujets de cette lettre concernent

-          La ponctualité,

-          La composition des trains et les problèmes des Régio2N,

-          Les actions ponctuelles de l’ADUT à la suite de remontées de problèmes vécus par des usagers,

-          La campagne d’adhésion 2017 de l’ADUT.

Plusieurs d’entre vous nous ont fait remonter un sentiment d’amélioration au sujet de la ponctualité de nos trains en ce début d’année. Est-ce dû à la pression incessante que nous avons mise sur  la direction régionale de la SNCF  et sur la région Auvergne-Rhône-Alpes et l’échange que nous avons eu avec M. Laurent VAUQUIEZ lors du face aux lecteurs du Dauphiné Libéré le jeudi 19 janvier ? Espérons que cela ne soit pas un effet à court terme mais que cette amélioration se poursuive sur le long terme ? L’avenir nous le dira. Quoi qu’il en soit, nous serons vigilants !

Les travaux actuels de renouvellement des appareils de voies (aiguillages) à Perrache ne semblent pas avoir trop de conséquences hormis pour ceux et celles qui ont eu leurs trains supprimés et qui ont dû trouver des solutions alternatives imposant des allongements de trajet.

Par contre la composition réduite des trains nous concerne presque tous, hormis les trains corail. A priori, le manque de rames TER2N viendrait d’un redéploiement des TER2N effectué en urgence sur d’autres lignes pour compenser l’immobilisation temporaire des Régio2N imposée fin janvier/début février suite à des incidents sur ces matériels. Le 17 février, la SNCF nous a indiqué son plan d’actions : « Comme évoqué dans mon précédent message, nous travaillons à l’amélioration de la situation, notamment par :
- des renforcements des équipes des ateliers de maintenance, par le concours d’équipes externes à la région Auvergne Rhône-Alpes,
- l’apport de matériel d’autres régions,
- l’utilisation d’installations de maintenance autres que celles gérant son parc habituellement
. »

N’hésitez pas à nous faire remonter les problèmes que vous rencontrez au quotidien, soit par courriel ou physiquement lors de notre campagne d’adhésion dans les gares, comme plusieurs personnes l’ont fait en janvier et février. Certaines de nos actions aboutissent, d’autres pas.
L’action sur la tarification Illico Liberté qui n’était plus proposée pour les autocars pour certaines liaisons a abouti et la SNCF va corriger son site TER Auvergne-Rhône-Alpes.
L’action sur l’ouverture des gares de Rives et Moirans tôt le matin durant la période de froid de janvier n’a pas abouti. SNCF infrastructure n’a pas pu « donner une suite favorable à cette demande, en raison des missions importantes de sécurité et de gestion des circulations que leurs agents ont sur ce créneau horaire ».
L’action relative à la fracture du numérique se poursuit. En effet, il n’est plus possible d’acheter un titre de transport dans certaines haltes (absence d’automate et de moyen de validation autres que pour les cartes OURA), et les usagers occasionnels doivent acheter leurs titres de transport sur internet ou sur leurs smartphones ou « se rendre dans une gare équipée d’automates avant d’accéder à bord des trains TER Auvergne-Rhône-Alpes ». L’action menée à l’automne pour Le Grand Lemps a porté ses fruits et les usagers verbalisés ont été indemnisés. Mais la SNCF et la région doivent proposer une solution alternative pour les 10 ans qui viennent aux usagers occasionnels ou abonnés qui souhaitent prendre un train dans une halte (gare ferroviaire sans personnel SNCF).

D’autres actions se poursuivent en veille active ; celles qui concernent 1/ le prolongement de l’Autoroute Ferroviaire Alpine (AFA) en direction d’Ambérieu en Bugey ou de Grenay (si Grenay est choisi, cela signifiera + de trains de fret sur notre ligne entre Grenay et Chambéry) et 2/ l’accessibilité des gares aux personnes à mobilité réduite (PMR).

Et n’oubliez pas de ré-adhérer à l’ADUT si vous ne l’avez pas encore fait comme 169 d’entre vous qui l’ont déjà fait en 2017. Nous poursuivrons notre campagne d’adhésion 2017 dans certaines gares après les vacances de février. Depuis fin janvier, nous avons distribué 5000 flyers dans 14 gares ou haltes, distribution réalisée par 10 membres du Conseil d’administration de l’ADUT avec nos gilets roses aidés par des adhérents ce qui a représenté près de 80 heures de bénévolat.

--

Association Dauphinoise des Usagers du Train

1285, Route de la croix St Marc

38440 Ste Anne sur Gervonde
Email : adut.ter.ra@gmail.com
Blog :  http://adut.20minutes-blogs.fr/

image001.jpg

Bulletin d'adhésion 2017.docx

Bulletin d'adhésion 2017.pdf

 

Transdev dans les starting-blocks pour concurrencer la SNCF dans les régions

http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/02/22/transde...

Le patron de l’opérateur ferroviaire, Thierry Mallet, assure qu’il peut proposer un service de qualité 50 % moins cher que la compagnie nationale sur les lignes qui doivent être privatisées en 2023.

LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Éric Béziat

Thierry Mallet, patron de Transdev, le 5 décembre 2016.
Thierry Mallet, patron de Transdev, le 5 décembre 2016. ERIC PIERMONT / AFP

Gagnant ou pas de la compétition, il se sera présenté parmi les premiers sur la ligne de départ. Thierry Mallet, le PDG de Transdev, s’est positionné, mardi 21 février, parmi les candidats prêts à concurrencer la SNCF en tant qu’exploitant des lignes ferroviaires régionales en France. Lors d’un débat organisé par la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (FNAUT) et la lettre spécialisée Mobilettre, le patron de l’opérateur de transport s’est déclaré en mesure de proposer une offre ferroviaire de qualité à un coût deux fois inférieur à celui de la SNCF.

Transdev, un des leaders mondiaux du transport public, compte s’inspirer de son expérience en Allemagne, où la concurrence existe sur les lignes régionales depuis 1996, et en Suède, qui a libéralisé le transport par train en… 1988. « Transdev est premier opérateur privé en Allemagne et dans le trio de tête en Suède, assure M. Mallet. C’est une expérience très positive. Dans la région de Stuttgart, nous sommes arrivés à un coût de 10 euros du kilomètre parcouru [hors prix des péages], contre 20 euros du kilomètre en France. » Selon lui, la Deutsch Bahn (DB), l’opérateur historique et principal concurrent de Transdev outre-Rhin, est parvenue au même niveau de maîtrise des coûts.

« Pas de réalité légale »

Transdev, filiale à 70 % de la Caisse des dépôts, est donc prêt à en découdre avec la SNCF. Sauf qu’il reste un obstacle. Et de taille. Si la concurrence dans les lignes régionales françaises est bien autorisée et rendue obligatoire en 2023 par les textes européens appelés « paquets ferroviaires », elle n’a toujours pas de base légale en France. Le gouvernement a en théorie autorisé les régions à lancer des expérimentations dès la fin de cette année. Mais l’article de la loi d’orientation des transports intérieurs de 1982 instituant un monopole de la SNCF n’a toujours pas été abrogé.

« Le jour où un cadre juridique existera, il pourra y avoir de la concurrence, résume Thierry Mallet. Aujourd’hui, il y a des intentions, il y a des déclarations, mais il n’y a pas de réalité légale. En matière ferroviaire, c’est comme en amour, l’ouverture à la concurrence se traduira par des preuves d’ouverture à la concurrence. » Et le patron de Transdev de dérouler son calendrier idéal d’une libéralisation progressive du rail : un projet de loi à la rentrée scolaire 2017, six mois de discussions et de débats, un vote en 2018,...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu