Avertir le modérateur

22/07/2018

790 millions d'euros, le coût abyssal des grèves pour la SNCF

http://www.lefigaro.fr/societes/2018/07/20/20005-20180720...

790 millions d'euros, le coût abyssal des grèves pour la SNCF

Le chiffre est tombé aujourd'hui : le coût total de la grève perlée qui a touché la SNCF ces trois derniers mois est estimé à 790 millions d'euros, soit presque 100 millions de plus que le bénéfice de la société sur l'exercice 2017.

Une perte abyssale: comment qualifier autrement les conséquences financières de la grève perlée des cheminots qui a affecté la SNCF de mars à juin? La compagnie aura de fait perdu 790 millions d'euros en trois mois de fonctionnement perturbé deux jours sur cinq, d'après un document interne consulté par l'AFP. Les 37 journées de grève perlée, dont l'impact sur la fréquentation du réseau n'est plus à démontrer, auront ainsi coûté chacune 21 millions d'euros. Un chiffre à comparer avec le bénéfice net du groupe SNCF en 2017, qui s'élevait à 679 millions d'euros...

L'ordre de grandeur de ce coût fut d'ailleurs correctement estimé par le groupe, Guillaume Pepy évoquant début avril une perte «de l'ordre de 20 millions d'euros par jour».

Cette perte se décompose en trois montants.

● La perte de chiffre d'affaires

Le principal de celle-ci est dû à la perte de chiffre d'affaires, qui s'élève à 770 millions: 600 millions ont été perdus au titre des activités voyageurs, soit le fait que nombre de personnes ont renoncé à prendre le train sur la période. 60 millions supplémentaires sont dus au manque à gagner dans le transport de fret, les entreprises comme les voyageurs ayant préféré se reporter sur d'autres modes de transport. Le reste, soit 110 millions, trouve son origine dans la diminution des recettes de péage de SNCF réseaux.

● Les mesures commerciales

À ceci s'ajoutent 160 millions d'euros dépensés dans la mise en place de mesures commerciales par la SNCF pour tenter d'atténuer le préjudice subi par les clients: 120 millions de remises, de billets à prix réduits, de covoiturage iDVroom gratuit les jours de grève, de remboursement d'abonnements TGV Max... Les bus de substitution auront grevé le budget des 40 millions restants.

● Des économies

Maigre consolation toutefois, grève signifie également retenues sur salaires et moindres frais d'exploitation: des économies qui se chiffrent tout de même à 140 millions d'euros: 100 millions de rémunérations qui n'auront pas été versées plus 40 millions d'économies de toutes sortes, notamment d'électricité pour les trains qui n'auront pas roulé.

Contactée par l'AFP, la SNCF a confirmé ces chiffres, «qui reflètent à la fois les pertes de chiffre d'affaires mais aussi le montant sans précédent des mesures» de compensation.

La grève, qui avait démarré lundi 30 avril, était organisée de manière «cadencée», soit deux jours d'arrêt de travail tous les cinq jours jusqu'au 28 juin. Cette désorganisation du fonctionnement de la société de chemins de fer, maximale car arrivant à des jours différents chaque semaine, avait été suivie par les syndicats face à la réforme du statut de la SNCF, et de celui de cheminot, portée par le gouvernement d'Édouard Philippe. Elle a connu un essoufflement progressif jusqu'à son terme, bien que la CGT-cheminots et SUD-rail appellent à de nouvelles grèves durant l'été.

17/07/2018

Grève du Mercredi 18 Juillet 2018

Bonsoir,

A part 4 trains en soirée impactés il y a un réel essoufflement qui concerne que quelques lignes en Rhône Alpes.

 

Voici les horaires pour demain Mercredi 18 Juillet 2018 :

https://www.ter.sncf.com/auvergne-rhone-alpes/horaires/gr...

01 - Grenoble - Bourgoin - Lyon

Grenoble - Bourgoin-Jallieu - Lyon / mercredi 18 juillet

54 - Chambéry - Lyon

Pas de soucis il n'y a que des cars donc pas de grève possible !

62 - Grenoble - St André le gaz

Grenoble - St-André-le-Gaz / mercredi 18 juillet

15/07/2018

SNCF: La CGT envisage une nouvelle journée de grève le 27 juillet

https://www.20minutes.fr/societe/2307711-20180714-sncf-cg...

SOCIAL Le syndicat a lancé une demande de concertation immédiate (DCI) le 27 juillet prochain à l'occasion de la réunion du conseil de surveillance de la SNCF...

20 Minutes avec AFP

— 

Un agent de la SNCF en grève contre la réforme ferroviaire adoptée par le gouvernement.
Un agent de la SNCF en grève contre la réforme ferroviaire adoptée par le gouvernement. — BERTRAND LANGLOIS/AFP

Nouveau coup de pression de la CGT sur la direction de la SNCF (et ses clients). Une demande de concertation immédiate (DCI), alerte sociale qui déclenche à la SNCF la procédure interne conduisant à un préavis de grève, «a été posée», a indiqué à l'AFP Laurent Brun, secrétaire général de la CGT Cheminots

«27 juillet: conseil de surveillance sur le plan stratégique de l'entreprise, préparons-nous à la grève !», a estimé le syndicat.

Une journée de grève déjà prévue jeudi 19 juillet

La SNCF publiera ce jour-là ses résultats financiers du premier semestre, avec le coût des 36 jours de la grève par épisode suivie du 3 avril au 28 juin, a indiqué un porte-parole du groupe.

Ce mouvement, lancé par la CGT, l'Unsa et la CFDT, était allé au bout du calendrier annoncé à la mi-mars par ces trois syndicats représentatifs de la SNCF. SUD-Rail, autre organisation représentative, avait déposé un préavis de grève illimité, toujours actif.

La CGT, qui a aussi fait grève avec SUD les 6 et 7 juillet, lors des premiers grands départs en vacances, fera seule une grève nationale jeudi prochain, jour d'une réunion entre patronat et syndicats pour négocier la convention collective nationale (CCN) de la branche ferroviaire.

Bras de fer autour de la future convention collective nationale

Par ailleurs, CGT, Unsa, SUD et FO (syndicat représentatif dans la branche ferroviaire) ont adressé mercredi un courrier commun au président de la commission mixte paritaire nationale chargée de négocier cette CCN.

Les syndicats soulignent que les «deux heures d'échanges», lors de la table ronde patronat-syndicats-gouvernement du 15 juin, «n'ont pas permis de dissiper totalement (leurs) craintes» quant aux «engagements» du patronat pour construire une «CCN de haut niveau».

Citant les sujets à négocier, comme «la garantie de l'emploi, le déroulement de carrière», les signataires jugent également nécessaire de «rouvrir un certain nombre de volets déjà négociés» depuis le lancement des discussions sur cette CCN fin 2013. Par exemple le contrat de travail ou la formation, pour lesquels existent des «écarts significatifs» entre «la branche et le GPF».

Ayant sa «propre démarche», la CFDT n'a pas signé ce courrier qui selon elle «omet certaines revendications primordiales», comme la protection sociale, «tout en citant des revendications qui ne sont pas les (siennes)», a expliqué à l'AFP Sébastien Mariani, secrétaire général adjoint de la CFDT Cheminots.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu