Avertir le modérateur

18/04/2018

Grève SNCF : la contestation des usagers s’organise

https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/gr%c3%a8ve-snc...

Faustine Vincent

Une trentaine d’associations d’usagers et de collectifs se sont coordonnés pour réclamer le remboursement intégral des abonnements.

Des usagers attendent le départ d’un train à la gare Saint-Lazare, à Paris, le 9 avril. © PHILIPPE LOPEZ / AFP Des usagers attendent le départ d’un train à la gare Saint-Lazare, à Paris, le 9 avril.

Les cheminots ont encore fort à faire pour convaincre les usagers de les soutenir massivement. Alors que la grève reprend mardi 17 avril à 20 heures, la contestation des clients de la SNCF s’amplifie et s’organise.

« Les gens ont de plus en plus de mal à supporter la grève. Les deux premiers jours, on s’arrange, mais les jours de RTT et de congés ne sont pas extensibles, et le télétravail n’est pas possible pour tout le monde », souligne Christian Broucaret, porte-parole de la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (Fnaut). Selon lui, « la grève pénalise les plus faibles, comme les femmes de ménage ou les garçons de café, obligés de venir au travail et d’être à l’heure coûte que coûte ». « Les gens comprennent de moins en moins la grève et ils se tournent vers d’autres moyens de transport », ajoute-t-il.

Recours au télétravail

Brice, directeur dans le secteur bancaire à Angers, a ainsi « découvert qu’on pouvait se déplacer autrement, en particulier en bus, même si le train reste le plus rapide et le plus confortable ». Il assure que « cette grève est tellement planifiée qu’elle est facile à gérer ». Son équipe de quinze personnes s’est organisée en conséquence, en optant pour le télétravail ou en ajustant les horaires de bureau.

Solidaire du mouvement des cheminots et outré par « le manque de dialogue social », Nicolas, ingénieur informatique naviguant entre Paris et Caen, parvient lui aussi à s’organiser en recourant au télétravail. « Les jours de grève, finalement tout le monde est chez soi, on travaille par conf call et on ne prend pas de rendez-vous », détaille-t-il.

Certains prennent le train malgré tout pour leurs déplacements quotidiens, comme Viviane, cadre dans la distribution en région parisienne. « C’est moins terrible que ce que je craignais, explique-t-elle. Il y a un train sur trois les jours de grève, donc c’est possible. Mais c’est pénible, on est serrés, parfois on ne peut pas monter, et ça allonge mon trajet d’une heure chaque jour », s’agace-t-elle. Impatiente que la grève s’achève, elle assure n’avoir « rien à cirer des histoires [des cheminots] » :

« Je travaille dans le privé, alors la sécurité de l’emploi et leurs chevaux de bataille, je ne sais pas ce que c’est. »

Demande de remboursement intégral

Une trentaine d’associations d’usagers et de collectifs se sont coordonnés pour réclamer le remboursement intégral des abonnements SNCF. Leur pétition, publiée sur Change.org, a collecté un peu plus de 38 000 signatures.

« La SNCF fait une grève perlée. Mais pour nous, la désorganisation est continue depuis le début du mouvement, le 2 avril. On demande donc le remboursement total depuis cette date », explique Antoine Pavamani, président de l’association Vignette respect, qui défend les usagers des transports en commun et de la route en Ile-de-France.

Il se réjouit de voir une « vraie mobilisation des usagers » depuis quelques jours. « D’habitude, on a du mal à faire bouger les gens car ils sont résignés, surtout en Ile-de-France. Mais là, le mouvement prend bien – sans doute parce que notre demande est concrète. » Décidé à « peser dans le débat dès maintenant », le collectif dit avoir obtenu un accord de principe, mais pas encore de date, pour des discussions avec Ile-de-France Mobilités (ex-STIF, l’opérateur de la région), la direction du réseau Transilien et le ministère des transports.

« Soutien implicite de l’opinion sur la réforme »

Contrairement au mouvement social de 1995, la grève des cheminots ne bénéficie que d’un soutien relativement faible de la part de la population, selon un sondage réalisé par l’IFOP les 12 et 13 avril après l’intervention du président de la République, Emmanuel Macron, au journal télévisé de TF1.

Elle n’est perçue comme légitime que par 46 % des Français interrogés. « C’est assez peu. Cette grève est l’un des mouvements sociaux perçus comme les moins légitimes parmi tous ceux sur lesquels nous avons travaillé depuis vingt ans », remarque Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’IFOP. Seule la réforme des régimes spéciaux, sous Nicolas Sarkozy en 2007, avait fait moins avec 38 %. « On observe que le mouvement est encalminé, parce que les indicateurs que nous observons bougent peu alors qu’il se durcit », poursuit-il.

Le nombre de sondés souhaitant que le gouvernement aille jusqu’au bout de la réforme est quant à lui de 61 %, soit dix points de plus par rapport à mars, avant le début de la grève. « Cela ne veut pas dire que tout est perdu pour ce mouvement social, mais qu’il y a un soutien implicite de l’opinion sur la réforme menée par M. Macron, au-delà du socle de ses partisans », analyse Frédéric Dabi.

De leur côté, les grévistes sont moins nombreux, avec un taux à 32 % de déclarations pour la journée de mercredi 18 avril, ont fait savoir, mardi, les dirigeants de la SNCF. C’est 16 points de moins que lors de la première journée de conflit, il y a deux semaines.

Les députés votent la réforme ferroviaire en première lecture 

Après vingt-quatre heures de débat, l’Assemblée nationale a adopté en première lecture, par 454 voix contre 80, le projet de loi « pour un nouveau pacte ferrovaire », à l’origine du mouvement de grève à la SNCF depuis le début d’avril. Outre la majorité La République en marche-MoDem, un grand nombre d’élus des Républicains et de UDI-Agir ont voté pour, tandis que les trois groupes de gauche (Nouvelle Gauche, communistes et « Insoumis »), ont voté contre ; Vingt-neuf députés se sont abstenus.

La ministre chargée des transports, Elisabeth Borne, a salué à l’issue du vote « une étape décisive dans la conduite de la réforme » et un « débat démocratique riche, tonique ». « Ceux qui dénonçaient un “passage en force” en sont pour leurs frais », a-t-elle ajouté.

Alors que le quatrième épisode de grève a lieu mercredi et jeudi, les syndicats de cheminots ont dénoncé un passage « en force » et ont réaffirmé leur détermination. La CGT-Cheminots, première force syndicale à la SNCF, a appelé à un « très haut niveau » de grève pour « imposer l’arrêt du processus parlementaire » et « arracher de véritables négociations ». Le texte ne sera pas examiné par le Sénat avant le 29 mai. Le ministère des transports espère qu’il sera « définitivement voté au plus tard début juillet ».

Grève du Mercredi 18 Avril 2018

Bonjour,

Veuillez trouver ci-dessous les horaire mis à disposition de la SNCF:

https://www.ter.sncf.com/auvergne-rhone-alpes/horaires/gr...

01 - Lyon - Bourgoin - Grenoble

Grenoble - Bourgoin-Jallieu - Lyon / mercredi 18 avril

54 - Chambéry - Lyon

Chambéry - Lyon / mercredi 18 avril

62 - Grenoble - St André le Gaz

Grenoble - St-André-le-Gaz / mercredi 18 avril

 

Mis à jour le mardi 17 avril à 19h00

SNCF : l'Assemblée adopte très largement la réforme en première lecture

http://www.leprogres.fr/france-monde/2018/04/17/reforme-s...

Le texte ne sera pas examiné avant le 29 mai par le Sénat.

 

  • Le 17/04/2018 à 17:16 mis à jour à 18:00

 

Le projet de loi de réforme ferroviaire était soumis au vote de l'Assemblée nationale ce mardi en première lecture. Il a été très largement adopté par 454 voix contre 80. 

Le texte ne sera pas examiné avant le 29 mai par le Sénat.

Le ministère des Transports espère qu’il sera "définitivement voté au plus tard début juillet".

Bien accueilli à droite

Outre la majorité LREM-MoDem, une large majorité des LR mais aussi les élus UDI-Agir ont voté pour, tandis que les trois groupes de gauche - Nouvelle Gauche, communistes et Insoumis -, ont voté contre. Seuls 29 députés se sont abstenus.

Une "très large majorité" des députés LR avaient déjà annoncé voter en faveur du projet de loi de réforme ferroviaire ce mardi en première lecture, a annoncé le président du groupe Christian Jacob, alors que la position n’était jusqu’alors pas tranchée entre l’abstention et le vote pour.

"Nous avons toujours été favorables à l’ouverture à la concurrence", a justifié Christian Jacob lors d’un point-presse à l’Assemblée nationale, à l’issue d’une réunion de groupe en présence du président du parti, Laurent Wauquiez.

Des "fragilités dans le texte

Le groupe est aussi favorable à "l’évolution juridique" de la SNCF et à la fin du statut des cheminots, a-t-il argumenté. "Nous aurions souhaité alléger le sac à dos social (garanties pour les cheminots transférés de la SNCF à une autre entreprise ferroviaire, Ndlr), qui va plomber les entreprises" voulant concurrencer la SNCF, a-t-il précisé.

Les députés LR jugent cependant que le texte a des "fragilités" sur deux points, la reprise de la dette d’une part et le maintien des petites lignes de l’autre, selon leur chef de file, député de Seine-et-Marne.

"Quand une réforme, même largement insuffisante va dans le bons sens, on la vote dans l’intérêt du pays", a indiqué de son côté le vice-président de LR et du groupe Damien Abad à l’AFP, assurant que Laurent Wauquiez a "beaucoup poussé en ce sens".

Une opposition "ferme" mais non "sectaire" pour Wauquiez

Le président des Républicains avait déclaré sur France 2 lundi soir qu’il apportait "son soutien à la réforme du statut des cheminots et à la suppression des régimes spéciaux de retraite", même si cette dernière n’est pas dans le texte.
"L’opposition que je veux reconstruire est ferme, déterminée et défend clairement ses convictions mais elle ne sera jamais sectaire", avait ajouté le président des LR.

En revanche, un autre de ses vice-présidents, Guillaume Peltier, avait déclaré mi-mars qu’il ne voterait pas cette réforme car le projet du gouvernement ne s’attaque pas à la question du régime spécial de retraite des cheminots et ne s’engage pas clairement selon lui sur le maintien des "petites lignes".

SUD-Rail veut faire "comme avec le CPE"

A l’appel de SUD-Rail, une centaine de cheminots, rejoints par des étudiants, s’est rassemblée en début d’après-midi devant le ministère des Transports, où de nouvelles réunions bilatérales sont prévues.

"On s’en fout du vote. On veut faire comme avec le CPE (contrat première embauche en 2006 ndlr) qui a été voté mais pas appliqué", ont indiqué plusieurs d’entre eux.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu