Avertir le modérateur

29/07/2018

Ligne SNCF Lyon-La Tour-du-Pin : la course contre la montre de la rénovation (vidéo)

https://www.leprogres.fr/rhone-69/2018/07/27/chantier-sncf

  • Le 29/07/2018 à 07:00 mis à jour à 07:13

En amont du wagon usine, un engin déterre les anciennes traverses et les empile dans un wagon. / Photo Pierre AUGROSEn amont du wagon usine, un engin déterre les anciennes traverses et les empile dans un wagon. / Photo Pierre AUGROS

Le wagon-usine en action. / Photo Pierre AUGROSLe wagon-usine en action. / Photo Pierre AUGROS

L'avant du wagon-usine. / Photo Pierre AUGROSL'avant du wagon-usine. / Photo Pierre AUGROS

Le socle évacue le ballast usagé, le remplace par du neuf, et enfouit à intervalles réguliers les nouvelles traverses. / Photo Pierre AUGROSLe socle évacue le ballast usagé, le remplace par du neuf, et enfouit à intervalles réguliers les nouvelles traverses. / Photo Pierre AUGROS

Le socle évacue le ballast usagé, le remplace par du neuf, et enfouit à intervalles réguliers les nouvelles traverses. / Photo Pierre AUGROSLe socle évacue le ballast usagé, le remplace par du neuf, et enfouit à intervalles réguliers les nouvelles traverses. / Photo Pierre AUGRO

Photo Pierre AUGROSPhoto Pierre AUGROS

Après le passage du wagon usine, la nouvelle voie est posée et il faut l'ajuster au millimètre. / Photo Pierre AUGROSAprès le passage du wagon usine, la nouvelle voie est posée et il faut l'ajuster au millimètre. / Photo Pierre AUGROS

Après le passage du wagon usine, la nouvelle voie est posée et il faut l'ajuster au millimètre. / Photo Pierre AUGROSAprès le passage du wagon usine, la nouvelle voie est posée et il faut l'ajuster au millimètre. / Photo Pierre AUGROS

Après le passage du wagon usine, la nouvelle voie est posée et il faut l'ajuster au millimètre. / Photo Pierre AUGROSAprès le passage du wagon usine, la nouvelle voie est posée et il faut l'ajuster au millimètre. / Photo Pierre AUGROS

Après le passage du wagon usine, la nouvelle voie est posée et il faut l'ajuster au millimètre. / Photo Pierre AUGROSAprès le passage du wagon usine, la nouvelle voie est posée et il faut l'ajuster au millimètre. / Photo Pierre AUGROS

Les rails sont désormais solidaires des traverses grâce aux attaches, serrées une à une. / Photo Pierre AUGROSLes rails sont désormais solidaires des traverses grâce aux attaches, serrées une à une. / Photo Pierre AUGROS

Face au vieillissement du réseau parfois en place depuis quelque soixante ans, la SNCF a entrepris de rénover l’ensemble des rails de France. Depuis ce lundi 23 juillet, c’est la ligne Lyon - La Tour-du-pin qui accueille chaque nuit une "usine roulante" et des dizaines de salariés engagés dans une course contre le temps. Les 13 kilomètres doivent être rénovés pour le 21 septembre.

> Plus d'informations dans nos éditions payantes de dimanche 30 juillet.

SNCF : voici pourquoi la ligne Chambéry – Saint-André-le-Gaz est fermée cet été

https://www.ledauphine.com/societe/2018/07/27/sncf-voici-...

SNCF Réseau, gestionnaire d’infrastructures du réseau ferroviaire, renouvelle ses voies ferrées grâce à des trains usine. Il n’en existe que trois  en France. Ici, le train de substitution enlève et remplace les traverses et les rails. Suit le train de dégarnissage qui aspire le ballast ancien.   Les trains suivants remettent la voie à la bonne position et la stabilisent.  Photo Le DL/Ghislaine GERBELOT

SNCF Réseau, gestionnaire d’infrastructures du réseau ferroviaire, renouvelle ses voies ferrées grâce à des trains usine. Il n’en existe que trois en France. Ici, le train de substitution enlève et remplace les traverses et les rails. Suit le train de dégarnissage qui aspire le ballast ancien. Les trains suivants remettent la voie à la bonne position et la stabilisent. Photo Le DL/Ghislaine GERBELOT

Un gigantesque chantier a été entrepris par SNCF Réseau, le 16 juillet, pour renouveler 27 kilomètres de voies ferrées sur la ligne Chambéry – Saint-André-le-Gaz. Les travaux ont démarré à Cognin et se poursuivaient, mercredi, à Saint-Cassin, à raison d’un kilomètre par jour en moyenne. Rails, traverses, systèmes de fixation des rails, ballast sont retirés pour être aussitôt remplacés, grâce à des trains usine ou “suite rapide”. Ils sont positionnés les uns à la suite des autres, sur une étendue de 12 à 15 kilomètres.

Le train de substitution avale une à une les vieilles traverses et rejette les nouvelles en béton. C’est une véritable chaîne de montage, sur rails, qui est capable de déposer des éléments au millimètre près. Long de 750 mètres et de couleur jaune, il intrigue les automobilistes qui le trouvent sur leur passage. On ne peut pas le rater lorsqu’il longe la route.

Par Ghislaine GERBELOT | Publié le 28/07/2018 à 06:05

La SNCF stoppée sur sa lancée par des pertes dues à la grève

https://www.ouest-france.fr/economie/la-sncf-stoppee-sur-...

Publié le 27/07/2018  16h09

La SNCF a annoncé vendredi avoir subi une lourde perte nette, de 762 millions d'euros, au premier semestre en raison de la grève contre la réforme ferroviaire au printemps, qui a stoppé le groupe dans son élan alors qu'il avait enregistré une forte croissance en début d'année.

Le chiffre d'affaires semestriel est en baisse de 3,3%, à 16,1 milliards d'euros, a indiqué le groupe ferroviaire dans un communiqué.

L'impact négatif de la grève révélé la semaine dernière est estimé par le groupe à 790 millions d'euros. Il a pu être "en partie compensé par les gains de productivité", évalués par la SNCF à 330 millions d'euros.

"Sans la grève, on aurait été à l'équilibre", a commenté un responsable du groupe auprès de l'AFP. Au premier semestre 2017, la SNCF avait affiché un bénéfice net de 119 millions d'euros.

La réforme ferroviaire adoptée au Parlement a également eu un impact comptable sur les résultats des différentes branches du groupe SNCF, ce qui l'a conduit à revoir l'ensemble des perspectives financières sur la période 2018-2028.

SNCF Mobilités, qui regroupe les activités de transport de voyageurs et de logistique du groupe, affiche ainsi un bénéfice net de 3,2 milliards d'euros.

Il a été gonflé par "un recalage technique de la valorisation des rames TGV", qui bénéficie de "l'augmentation limitée des péages TGV" décidée dans le cadre de la réforme ferroviaire. Hors effets comptables, SNCF Mobilités affiche une perte nette récurrente de 90 millions sur le semestre.

La grève explique pour une grande partie la baisse de 3,2% des ventes de l'activité voyageurs (15,2 mds d'euros).

A l'inverse de SNCF Mobilités, le gestionnaire d'infrastructures SNCF Réseau plonge dans le rouge, avec une perte nette semestrielle de 3,7 mds d'euros, contre un déficit de 97 millions d'euros un an plus tôt. C'est la conséquence de la dépréciation des actifs de SNCF Réseau à hauteur de 3,4 mds d'euros au 30 juin en raison de la limitation de la hausse des péages TGV, principales recettes de SNCF Réseau, explique le groupe.

La dette de SNCF Réseau continue par ailleurs de se creuser et atteint 49 milliards d'euros.

Le Premier ministre, Édouard Philippe, s'est engagé en mai sur la dette de la SNCF, annonçant la reprise de 35 milliards d'euros (25 en 2020, 10 en 2022) pour que le groupe arrive "à l'équilibre", "avant la fin du quinquennat".

- "Sans la grève, on aurait été à l'équilibre" -

"L'année (avait) commencé de manière très dynamique", a rappelé le responsable de la SNCF.

Le trafic des trains à grande vitesse a affiché une "forte croissance" au premier trimestre, dont une hausse de 9,6% pour les seuls TGV (dont Ouigo).

Le groupe a également présenté une forte croissance à l'international sur les six premiers mois de l'année (+5,7%), portée par Keolis, le spécialiste du transport public, ainsi que "par une bonne dynamique des activités non ferroviaires", a indiqué la SNCF.

SNCF Mobilités aurait affiché, sans la grève, "une activité en croissance de 5%" par rapport à 2017, selon le groupe, et l'activité aurait été stable pour SNCF Réseau.

SNCF enregistre également un montant d'investissements sur le semestre "plus limité que prévu", à 3,95 milliards d'euros, dépassant toutefois de 85 millions ceux de la même période de 2017.

Le groupe ferroviaire a annoncé la poursuite des travaux de modernisation et de rénovation du réseau ferroviaire, en particulier les réseaux des transports du quotidien, comprenant notamment le projet "Eole" pour le prolongement du RER E vers l'Ouest parisien.

Pour la deuxième moitié de l'année, le groupe espère renouer avec le rythme de croissance du premier trimestre.

En parallèle, la SNCF se prépare à l'ouverture à la concurrence du transport des voyageurs, entre décembre 2019 et 2039 selon les lignes, prévue par la réforme ferroviaire adoptée le 14 juin, qui prévoit aussi la fin du statut de cheminot pour les nouvelles recrues à partir du 1er janvier 2020.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu