Avertir le modérateur

02/08/2017

La SNCF changera-t-elle enfin de stratégie ?

https://www.franceinter.fr/economie/la-sncf-changera-t-el...

La panne de signalisation qui a provoqué l'énorme pagaille à la Gare Montparnasse à partir du 30 juillet met en lumière les fragilités de la SNCF.

Guillaume Pépy, Pdg de SNCF Mobilité et Patrick Jeantet, Pdg de SNCF Réseau
Guillaume Pépy, Pdg de SNCF Mobilité et Patrick Jeantet, Pdg de SNCF Réseau © AFP / Eric Piermont

Le Pdg de la SNCF s'est exprimé après trois jours de silence à l'issue de la panne dûe à un défaut d'isolement dans le poste de signalisation de Vanves. "Ce n'est pas un défaut de maintenance" a-t-il dit. Selon lui, dans le cadre de la mise en service des lignes TGV du Grand Ouest, "'il a en effet fallu étendre les capacités du poste d'aiguillage de Vanves... et c'est à cette occasion qu'il y a eu un défaut d'isolement électrique... un défaut qui n'avait donc pas été détecté" et qui n'avait pas eu de conséquence jusqu'au week-end dernier.

La SNCF manque de robustesse

Les experts appellent cela le manque de robustesse. Ce serait le mal dont souffre la SNCF en réalité depuis longtemps. Les explications en étaient fournies au milieu du mois de juillet 2017, quelques jours avant les graves perturbations de la Gare Montparnasse. Ce groupe de spécialistes avait attiré l'attention des dirigeants de SNCF Mobilité (Guillaume Pépy) et de SNCF Réseau (Patrick Jeantet).

La robustesse est la capacité de résister aux aléas d’exploitation. Or au fil des années cette faculté à rebondir dans l’adversité s’est émoussée selon l’équipe d’experts dirigée par Yves Ramette, ancien directeur général de SNCF Réseau Île-de-France et par Alain Thauvette, ex-directeur de la région Ouest de DB Cargo.

La bataille du rail, c'est SNCF Réseau versus SNCF Mobilité

15 000 trains circulent chaque jour et la question est de savoir qui de l'infrastructure ferroviaire ou de la stratégie marketing doit primer. Cette infrastructure est gérée par SNCF Réseau, soit 53 000 collaborateurs, qui investit 5 milliards d’euros sur 1600 chantiers sur les voies ferrées en France.

En effet, la recommandation des experts est de donner à SNCF Réseau un rôle de prescripteur, en lui laissant la responsabilité de la conception de l’offre. Selon Yves Ramette, cité dans la Vie du Rail,

Il faut arrêter de faire des promesses non réalisables. Et il faut que SNCF Réseau soit l’autorité de décision et d’arbitrage

La réaction du Premier ministre Edouard Philippe mardi 1e août va dans ce sens.

SNCF Réseau aurait donc intérêt à reprendre la main sur les grandes décision du développement voyageurs, pour qu'elles soient plus conformes à la capacité des structures. Son président Patrick Jeantet dirige désormais le COOPERE, comité de 30 membres (dont la SNCF) où sont évoquées les questions de meilleure utilisation du réseau ferré national, notamment en vue d’adopter une Charte du réseau.

COOPERE a rendu un premier rapport sur des thèmes tels que la priorisation des circulations en situation perturbée, l’information amont des parties prenantes dans la programmation des travaux ou encore la trame horaire systématique, première référence dans la structuration des horaires.

Où est passée l’excellence technique ?

On comprend donc, en lisant le rapport, que pour l’heure la sagesse serait peut–être de faire circuler moins de trains. De surcroît il faut que l’activité ferroviaire retrouve un savoir faire et une qualité technique qu’elle a perdu au fil des années, et précise Yves Ramette :

Le système ferroviaire a perdu deux générations d’ingénieurs

Le rapport note qu'il faut remettre au clair le processus industriel et et surtout la rigueur et l'excellence perdue. Yves Ramette précise que cela fait 20 ans que la SNCF est enjointe à ce recadrage :

Nous avons lu un rapport de 1995 qui disait exactement la même chose que ce que nous avons constaté

Trop de pub, trop de marketing, trop d’effets d’annonce en direction des usagers au détriment de la maintenance, le reproche est fait depuis plusieurs années à Guillaume Pépy, patron de SNCF Mobilité. A sa décharge la Cour des comptes avait pointé en janvier 2017 que “la mainmise de l'Etat dans la gestion de l'entreprise handicape sa performance opérationnelle et financière”.

Mais s'il retrouvait toute liberté, accepterait-il de se faire dicter sa politique commerciale par Patrick Jeantet, le patron de SNCF Réseau ?

Certains posent aujourd’hui la question de la démission de Guillaume Pépy. Même lorsqu'il y a eu 7 morts en gare de Brétigny-sur-Orge l'Etat n'a pas réclamé sa tête.

► POUR EN SAVOIR PLUS | Quand la SNCF déraille : quelques exemples de bugs ferroviaires

SNCF: Philippe veut «consacrer beaucoup plus de moyens à l'entretien des réseaux existants»

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2017/08/01/97002-2017080...

  • Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour Publié

Le Premier ministre Edouard Philippe a affirmé mardi devant le Sénat qu'il voulait "consacrer beaucoup plus de moyens à l'entretien des réseaux existants", après la panne qui a touché la gare Montparnasse. "Pour des raisons de sécurité, il nous faudra consacrer beaucoup plus de moyens à l'entretien des réseaux existants", a déclaré M. Philippe. "SNCF Réseaux et SNCF Mobilité ont des progrès considérables à faire", a-t-il poursuivi. "Nous avons demandé à la SNCF de faire tout le retour d'expérience nécessaire d'un tel incident", notamment concernant le "manque d'information" donné aux voyageurs durant la panne, qui "posait notamment des questions de sécurité".

Édouard Philippe a indiqué avoir reçu mardi la ministre des transports Elisabeth Borne, le président de SNCF Réseau Patrick Jeantet, ainsi que le prédient de SCNF Mobilité Guillaume Pépy. Selon lui, la panne a touché "70.000 passagers" sur "un million et demi" et "3.500 personnes n'ont pu être acheminées".

La SNCF a affirmé mardi que la panne de signalisation à Paris-Montparnasse, qui avait provoqué une forte perturbation, avait été réparée et que d'autres perturbations, "beaucoup plus légères", étaient à prévoir mercredi.

28/06/2017

De nouveaux ascenseurs en vue en gare de la Tour-du-Pin : "enfin!" disent usagers et mairie

https://www.francebleu.fr/infos/transports/de-nouveaux-as...

Par Céline Loizeau, France Bleu Isère mardi 27 juin 2017 à 18:09

Début de la phase de démontage des vieux ascenseurs de la passerelle, le 21 août.
Début de la phase de démontage des vieux ascenseurs de la passerelle, le 21 août. © Radio France - Céline Loizeau

Depuis 5 ans, à la Tour-du-Pin, mairie comme usagers se plaignent du mauvais état et des pannes à répétition des deux ascenseurs qui permettent d'accéder à la passerelle de la gare qui relie les 2 voies. La SNCF lancera les travaux de démontage des ascenseurs le 21 août.

A la Tour du Pin, la gare accueille un peu plus de 800.000 voyageurs par an. Mais pour accéder à la passerelle qui permet de passer d'une voie à l'autre, ce n'est pas tous les jours simple. Les ascenseurs sont vieux, doivent souvent composés avec des infiltrations d'eau et les pannes se multiplient. Quand les ascenseurs sont hors service, il ne reste plus que les escaliers. Impossible pour les personnes en fauteuil roulant, compliqué pour celles en béquilles mais aussi avec poussette ou tout simplement avec un bagage lourd. Les soucis sont récurrents depuis 5 ans. L'association dauphinoise des usagers du train alerte régulièrement la mairie. En 2015, le conseil municipal vote même une motion pour que les choses bougent.

 

Et ça bouge enfin en cette année 2017 puisque ce 27 juin la SNCF a annoncé que le chantier débutera le 24 juillet. Il s'agit en fait de la phase préparatoire. Concrètement, le démontage des 2 ascenseurs démarrera le 21 août afin d'être remplacés. "Il s'agit d'ascenseurs plus grands, qui répondent aux normes d'aujourd'hui", précise Marie-Laure Naty, direcrtrice de projets à SNCF Mobilité Gares et Connexions. Tout doit prendre fin le décembre. Ce chantier s'élève à 723.000 euros, somme entièrement réglée par SNCF Réseau. La SNCF profite de ce chantier pour effectuer quelques aménagements pour les personnes déficientes visuelles ou qui souffrent de problèmes auditifs. "La gare sera alors entièrement accessible aux personnes à mobilité réduite et globalement ces travaux amèneront plus de confort à l'ensemble des voyageurs", affirme la SNCF

L'Adut veut que d'autres gares aient aussi les droit à des travaux

Comme la mairie, les associations sont satisfaits de voir ces travaux bientôt démarrer. C'est le cas de Katuvue*, qui rassemble des déficients visuels, mais aussi de l'Adut, l'association dauphinoise des usagers du train. Michel Verdel, l'un de ses membres, souhaite cependant que des efforts en matière d’accessibilité soient aussi faits pour les gares voisines, comme celle de Bourgoin-Jallieu. Et de s'indigner car les choses prennent du temps : "la SNCF, l'Etat ont de l'argent. Quand on pense qu'on veut nous imposer un Lyon-Turin avec 45 milliards d'euros et qu'on ne trouve pas de l'argent pour faire des aménagements quotidiens à des gens qui ont le droit de voyager tous les jours."

Pas d'impact sur le trafic des trains

Ces travaux auront lieu essentiellement la nuit. Ainsi, le trafic des trains ne sera pas impacté. En revanche, la journée, la passerelle ne sera plus accessible que par escaliers. Impossible donc pour les personnes handicapées qui devront alors réserver un taxi pour faire leur voyage. Le client paie le prix du billet de train, le surcoût est pris en charge par la SNCF. Il faut réserver 48h à l'avance. Ce service de substitution, réservé aux personnes handicapées, doit leur permettre d'aller de la gare de la Tour du Pin à une autre gare de la ligne Lyon-Grenoble (sauf celles de l'Isle d'Abeau et Saint-Quentin-Fallavier). Cependant, pour l'instant, rien n'est prévu entre le 21 août, date du début du démontage des ascenseurs, et le 12 septembre, en raison d'un changement récent concernant le calendrier du chantier. "Mais le problème sera vite réglée", a promis Sandrine Chaix, conseillère régionale déléguée aux personnes handicapées. La Région étant l'autorité organisatrice de transports. Le numéro d'Allô TER, service de substitution, c'est le au 09.69.32.21.41

Par ailleurs, la SNCF proposera une information sur ces travaux en gare et via des flyers à partir de la première quinzaine de juillet. La mairie de la Tour-du-Pin apportera aussi des précisions sur son site internet et sa page Facebook. Les abonnés de la SNCF recevront eux un SMS explicatif.

Reportage en compagnie de la mairie, la SNCF et l'asso Adut

*L'association Katuvue participe ce samedi 1er juillet, de 9h30 à 19h, à Ruy, à une journée "tous handicaps" avec notamment parcours de randonnée et échanges entre associations. Cela se passe hall des sports et l'entrée est gratuite. Cette journée sera suivie d'une soirée dansante sur le thème des années 80. Le prix d'entrée pour la soirée est fixé à 10 euros pour les adultes; 5 euros pour les 6-15 ans; et c'est gratuit pour les moins de 6 ans.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu