Avertir le modérateur

27/03/2019

Lyon : pour les usagers, “la SNCF fabrique des fraudeurs”

https://www.lyoncapitale.fr/actualite/lyon-pour-les-usage...

Dans un communiqué, la Fédération des associations d’usagers des transports d’Auvergne-Rhône-Alpes a dénoncé la politique de “fermeture des guichets” mise en place par la SNCF.

Si l’on n’est pas équipé d’un smartphone et d’une carte bancaire, il est de plus en plus difficile d’acheter un billet. Depuis une semaine, malgré nos protestations et l’appui de la Région, la SNCF a mis en place un nouveau système de contrôle qui considère que tout usager sans billet composté est un fraudeur”, ont aussi critiqués les usagers. Selon eux, il n'est désormais plus possible de “composter un billet” dans le train ou d'en acheter un “au tarif guichet”.

Vous n’avez pas pu acheter votre billet : 50€. Vous ne pouvez pas payer immédiatement 100€. Le composteur était en panne 20€. Vous ne pouvez pas payer immédiatement 70€. Vous avez un billet Lyon Valence alors que vous allez de Valence à Lyon : 50€ et 100€ si vous ne pouvez pas payer immédiatement”, écrivent-ils.

La Fnaut Auvergne-Rhône-Alpes demande “à la région Auvergne-Rhône-Alpes d’imposer à la SNCF de prendre en compte les cartes de réduction Illico solidaire dans les tarifs de bord et les tarifs exceptionnels”.

Contactée, la direction régionale de la SNCF assume ses choix. “Chaque année, la fraude représente 300 millions d'euros de perte pour SNCF mobilité, dont 100 millions rien que pour les TER. On a donc remis les choses à plat. Désormais, la règle est stricte et simple : en montant à bord, il faut un titre de transport. Dans tous les modes de transport, vous ne pouvez pas utiliser le service sans titre de transport. On a décidé de faire la même chose”, explique la SNCF. Cette dernière met en avant la possibilité “d'acheter les titres de transport via internet et sur smartphone”. “Sur les 70 gares et haltes sans guichet, si l’on se signale directement au contrôleur en montant dans le train, il y aura un geste commercial à bord où le prix de vente restera identique à celui du guichet”, assure la SNCF.

22/03/2019

Monter dans un train sans billet, c'est 50 euros... s'il y a un contrôleur

Bonjour,

Il est dommage que la SNCF a fait d'énorme progrès dans le tout répressif au détriment de la communication, confort.

Car le système d'automate n'est pas si irréprochable. Plusieurs personnes honnête nous ont signalé être dans l'incapacité de prendre un billet dans certains automate.

Il est aussi très difficile de rejoindre les gares lyonnaises Perrache et Part-Dieu, mieux vaut ne pas être handicapé.

Eric

https://www.leprogres.fr/loire-42/2019/03/22/monter-dans-...

Depuis le 20 mars, la SNCF a mis en œuvre de nouvelles règles de régularisation à bord des TER. Sans billet, il sera désormais compliqué de monter à bord d’un train sans payer le prix fort.

 

  • Le 22/03/2019 à 06:15 mis à jour à 07:36

 

Des contrôleurs qui montent dans un train : une situation de plus en plus rare. / Photo Yves SALVATDes contrôleurs qui montent dans un train : une situation de plus en plus rare. / Photo Yves SALVAT

Si pendant longtemps, il a été possible de se présenter aux contrôleurs dans le train pour payer un prix raisonnable, parfois même au prix du guichet, désormais monter à bord sans billet vous coûtera 50 euros minimum.

"La règle de base, c’est : je monte dans un train avec un titre de transport validé"

« La règle de base, c’est : je monte dans un train avec un titre de transport validé. Comme dans tous les transports urbains, quand on achète son titre à bord, on paye un tarif de régularisation, ce n’est pas une amende » précise-t-on du côté de la SNCF.

Arguments avancés entre autres par la compagnie ferroviaire : une meilleure équité entre usagers ainsi qu’une responsabilisation des voyageurs.

Seul hic, dans la plupart des trains, les contrôleurs ne sont plus présents en permanence, remplacés par des brigades qui réalisent des contrôles plus inopinés. À qui s’adresser en l’absence de personnel pour régulariser sa situation ?

"Les brigades ne sont pas là pour faire du commercial"

Pour les syndicats, cette disparition progressive des contrôleurs ainsi que des guichetiers mettent au jour des dérives combattues depuis des années. « Les brigades ne sont pas là pour faire du commercial », avance Stéphane Colin, secrétaire adjoint CGT Cheminots Saint-Etienne.

07/03/2019

Les buralistes vont expérimenter la vente de billets SNCF

https://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribu...

Les Echos Le 06/03 à 21:06

Le détail des bureaux de tabac qui participeront à l'expérimentation n'a pas encore été défini - JULIEN DE FONTENAY/JDD/SIPA

Le président de la confédération des buralistes et le patron de la SNCF se sont mis d'accord pour une « première série de tests ».

« Un paquet de cigarettes, une grille de loto et un aller-retour pour Bordeaux, s'il vous plaît ». C'est le genre de phrase que l'on pourra bientôt entendre dans certains bureaux de tabac. Mercredi, le président de la confédération des buralistes Philippe Coy a annoncé « une première série de tests » pour la vente de billets de train dans ces commerces, qu'il ne considère pas comme une concurrence aux guichetiers de la SNCF.

« Les orientations sont actées. Maintenant, il nous reste à travailler sur le projet, sa mise en oeuvre et comment cela peut se déployer », a expliqué Philippe Coy à Franceinfo, après une rencontre avec le patron de la SNCF Guillaume Pepy . « Nous allons maintenant travailler avec les équipes pour déployer une première série de tests prochainement », a-t-il ajouté.

Pour Philippe Coy, il s'agit de donner plus de flexibilité dans l'achat de billets de train : « Les régions ont un souci de servir encore mieux les territoires, il est impératif aujourd'hui d'avoir des amplitudes horaires qui correspondent aux attentes des usagers », a-t-il indiqué. « Ce n'est absolument pas de la concurrence aux guichetiers de la SNCF », a souligné Philippe Coy, pour qui il s'agit de « compléter l'offre » du groupe public.

Des billets de TER sur les marchés

La SNCF n'a pas souhaité faire de commentaire après la visite de Philippe Coy. Guillaume Pepy avait estimé le 26 février que la vente de billets de train dans les bureaux de tabac était « une bonne idée ».

« Il y a beaucoup de bureaux de tabac, on vend de moins en moins de cigarettes, on pourrait vendre autre chose, et les billets de TER c'est une vraie bonne idée », avait-il dit sur RMC et BFMTV.

La SNCF expérimente aussi la vente de billets des TER dans des guichets mobiles présents sur les marchés et travaille avec La Poste et les collectivités locales pour diversifier ses canaux de distribution. « Mon objectif, c'est qu'on puisse acheter des billets de TER partout en France », avait souligné le patron de la SNCF.

Source AFP

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu