Avertir le modérateur

23/10/2015

"Les TER de Rhône Alpes sont parmi les plus en retard" ?

http://www.franceinfo.fr/emission/le-vrai-du-faux/2015-20...

Le vrai du faux par Antoine Krempf vendredi 23 octobre 2015
Laurent Wauquiez dit-il vrai sur les retards de TER en Rhône Alpes ? © Maxppp

Laurent Wauquiez, numéro trois du parti Les Républicains et candidat aux régionales en Rhône Alpes Auvergne, affirme donc que les trains régionaux arrivent plus en retard qu'ailleurs dans sa région... c'est vrai.

Un peu plus d'un TER sur dix arrive avec au moins six minutes de retard en région Rhône Alpes, d'après les chiffres communiqués par l'Autorité de la qualité de service dans les transports (AQST). C'est effectivement l'un des taux de retard les plus élevés en France avec la région Aquitaine, Languedoc-Roussilon et surtout la région Paca (près de 20% de retards).

A contrario, les TER alasciens sont les plus ponctuels avec un taux de retard de moins de 4%. Précision : les taux de retard sont calculés en moyenne sur l'année. Ce qui ne veut pas dire que certaines lignes ne cumulent pas les retards dans des régions avec une forte ponctualité. Plus largement, d'après l'AQST, "les taux de retards des TER (plus de 5 minutes au terminus) restent globalement meilleurs en France que ceux des trains à grande vitesse et Intercités".

La SNCF avance plusieurs raisons pour expliquer ces différences régionales : les grèves, les "évènements exceptionnels" (les accidents voyageurs, les intempéries, les éboulements, etc.) mais aussi, pour la région Rhône Alpes, "des problèmes d'infrastructure et de matériel". 

Mais qui est responsable ? 

La phrase de Laurent Wauquiez, dans le cadre des campagnes pour les élections régionales, n'est sans doute pas anodine. Le numéro trois de Les Républicains sous-entend que l'actuelle majorité de gauche au Conseil régional est à l'origine de la muavaise ponctualité des trains régionaux. 

Sauf que c'est plus compliqué que ça. Depuis 2002, les régions sont les Autorités organisatrices des transports. Cela veut dire qu'elles définissent l'offre ferroviaire et la finance avec l'aide de l'Etat. De son côté, la SNCF doit assurer le transport et surtout de garantir sa qualité... et donc la ponctualité des trains.

Ces deux acteurs signent des conventions qui définissent des pénalités financières en fonction des dysfonctionnements. D'après l'association de consommateurs UFC Que choisir, le montant moyen annuel de ces pénalités était de 555.000 euros entre 2010 et 2012.

01/10/2015

Négociation Région et SNCF pour une nouvelle convention

Bonsoir,

J'ai rassemblé ci-dessous quelques articles sur les échanges actuels entre la région et la SNCF.

La situation de notre ligne est encore plus difficile entre travaux, aléas en tout genre (hier alerte à la bombe à Part Dieu, animaux sur les voies ce matin entre Rives et St André le Gaz, voies rendues tardivement mardi matin, etc..)

Nous faisons remonter chaque faits vécus aux responsable de la SNCF, SNCF-réseaux et aux responsables des transports niveau régionales.

Nous ressentons très fortement une médiocrité du service actuelle Entre Lyon et Grenoble, par exemple, seuls 77 % des trains sont arrivés à l’heure depuis début 2015.

Actuellement, la Région négocie âprement avec la SNCF une nouvelle convention pour 2016.

Nous vivons aussi une période intermédiaire entre d'une part les régionales et la fusion programme Rhône-Alpes - Auvergne, amenant aussi son lot d'incertitude.

Espérons que nous soyons entendu et que les promesses de la région soient suivi.

Eric

Lyon: La Région Rhône-Alpes promet «du mieux» pour les usagers des TER

http://www.20minutes.fr/lyon/1699939-20151001-lyon-region...

TRANSPORT Le Conseil régional a notamment négocié le remboursement d'une partie des abonnements en cas de retards répétés...

La ligne de TER Lyon-Ambérieu.La ligne de TER Lyon-Ambérieu. - C. VILLEMAIN / 20 minutes

Elisa Frisullo

Publié le 01.10.2015 à 15:10 Mis à jour le 01.10.2015 à 17:12

Des « avancées notables » pour le service rendu aux usagers. Voilà ce à quoi s’est engagé le président PS de la Région Rhône-Alpes Jean-Jack Queyranne qui a dévoilé, ce jeudi, un avenant à la convention d’exploitation du réseau TER négocié avec la SNCF, qui sera soumis au vote des conseillers régionaux le 16 octobre et sera applicable dès 2016 (lire encadré).

Des remboursements mis en place en septembre 2016

Principale nouveauté, les usagers devraient voir leur quotidien s’améliorer dans les TER, selon le Conseil régional, qui s’est félicité ce jeudi d’avoir obtenu la mise en place d’une garantie fiabilité pour les usagers. En clair, les abonnés mensuels ou annuels pourront, comme c’est le cas pour le trafic TGV, se voir rembourser 30 % du prix de leur abonnement en cas de retards ou d’annulations de trains répétés. Pour bénéficier de cette garantie, les usagers devront avoir subi 10 retards de plus de 15 minutes ou annulations au cours du mois.

« Cela revient pour une personne qui prend le train en semaine, matin et soir, à un train sur quatre annulé ou retardé. C’est beaucoup mais cela arrive malheureusement fréquemment sur certaines lignes », précise Jean-Jack Queyranne. Selon une simulation faite par le Conseil régional, 85 000 abonnements auraient ainsi pu faire l’objet de remboursements en 2014, pour un montant global d’1,4 million d’euros incombant à la SNCF. Ces nouvelles modalités ne seront toutefois pas mises en œuvre avant septembre 2016. D’ici là, la SNCF devrait procéder à une phase de tests sur un panel d’usagers sélectionné par ses soins.

Une information plus rapide et plus fiable en cas de problèmes

Autre amélioration prévue, l’information fournie aux voyageurs en cas de retards ou de grève. Une demande récurrente des usagers qui s’estiment mal ou trop tardivement alertés en cas de problème sur le réseau. En cas de travaux majeurs, ils devront être avertis 20 jours à l’avance en gare à bord des trains et à distance (SMS) des perturbations prévues et du plan de transport mis en place. En cas de grève, les usagers seront alertés 48 heures à l’avance en gare et dans les TER et la veille avant 16 heures. En cas de retards ponctuels, de suppression de TER ou d’aléas importants, ils devront être informés dans les dix minutes et se voir indiquer des substitutions possibles.

La SNCF devra également rendre plus de compte à la Région sur la qualité du service telle qu’elle est vécue par les usagers. De nouveaux indicateurs seront donc mis en place pour faire remonter de manière détaillée la conformité de l’offre TER (ponctualité des trains et autocars) et les situations inacceptables pour les usagers. Sur les huit premiers mois de l’année, 88,6 % des TER sont arrivés à l’heure selon la région pour un taux de ponctualité négocié de 93,6 %. Si sur certaines lignes, comme celles de l’Ouest Lyonnais, la ponctualité est très satisfaisante (98 %) sur d’autres axes, les usagers sont plus à la peine. Entre Lyon et Grenoble, par exemple, seuls 77 % des trains sont arrivés à l’heure depuis début 2015.

Une nouvelle convention à négocier

Cet avenant vient prolonger l’actuel contrat entre la région et la SNCF qui prend fin au 31 décembre et auquel aurait dû se substituer une nouvelle convention. « Mais les propositions faites par la SNCF n’étaient pas acceptables en matière de qualité de service et de besoins des usagers », a indiqué Jean-Jack Queyranne. La société de transport prévoyait en effet une diminution de l’offre de trains et une hausse des charges imputées à la région. Faute de consensus, le conseil régional et la SNCF ont donc décidé de repousser, grâce à cet avenant, la signature de la nouvelle convention qui, dès 2017, s’appliquera à la future grande région Rhône-Alpes Auvergne.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu