Avertir le modérateur

26/10/2014

Accident de Brétigny : un rapport critique le « dysfonctionnement organisationnel »

http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/10/25/acciden...

Le Monde.fr avec AFP |25.10.2014 à 11h33 • Mis à jour le25.10.2014 à 11h50

Quinze mois après l'accident du train Intercités qui a coûté la vie à sept personnes en gare de Brétigny-sur-Orge (Essonne), le 12 juillet 2013, un nouveau rapport d'experts estime que la catastrophe résulte, avant tout, d'un dysfonctionnement organisationnel, ont indiqué, samedi 25 octobre, des sources proches du dossier, confirmant une information de la lettre spécialisée Mobilettre.

Un cabinet a remis vendredi ce rapport au CHSCT  – le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail – de l'établissement d'infrastructure dont dépend la gare de la banlieue parisienne. Le rapport souligne :

« [L'accident] a brutalement concrétisé des insuffisances en matière de prévention des risques qui résultaient de dérives et de désordres plus anciens dans l'organisation du travail, dans ses modes d'encadrement, de pilotage autant que dans les moyens mis en œuvre (...). Ces dérives et ses désordres se sont amplifiés dans le temps sans que des mesures correctives à la hauteur des enjeux aient été prises. »

Lire : Accident de Brétigny : ce que disent les différents rapports d'expertise

« BANALISATION DU TRAVAIL DANS L'URGENCE »

Le rapport montre du doigt, entre autres, une « banalisation du travail dans l'urgence », qui résulte du « retard de maintenance » d'un réseau vieillissant, et de la « réduction de l'effectif compétent », les personnes recrutées ayant besoin d'être formées.

« A Brétigny comme ailleurs, la décennie des années 2000 a vu sur le terrain s'opérer de nombreuses fusions et réorganisations qui se sont accompagnées de drastiques réductions de moyens, matériels et humains », est-il encore écrit, avec, sur ce secteur, une situation aggravée par « des circulations importantes ».

Les experts recommandent de « refonder l'organisation de la maintenance sur des bases fiables », afin de « rompre avec la culture de l'urgence », mais aussi de « remédier au sous-effectif chronique et au déficit de compétences », et « favoriser la mise en place d'une organisation tournée vers la sécurité ».

RÉDUIRE LE TRAVAIL DE NUIT

D'autres recommandations sont émises, comme réduire la pénibilité, et notamment le travail de nuit. Selon les experts, limiter la fréquence des trains sur certaines plages horaires pourrait permettre d'effectuer de jour certaines opérations de contrôle sur les voies.

Certaines pièces de la voie devraient être remplacées avant d'atteindre l'âge de 25 ans, les tournées visuelles de surveillance devraient être renforcées, et les tournées mécanisées, mieux utilisées, préconisent-ils encore. Ce rapport, qui n'est pas un document judiciaire, sera présenté aux membres du CHSCT le 12 novembre.

Contactés par l'AFP, Réseau ferré de France et la SNCF ont confirmé l'existence de ce rapport, mais n'ont pas souhaité le commenter. Début juillet, un rapport d'experts judiciaires avait sévèrement mis en cause les règles de maintenance, et relevé « de très nombreuses lacunes » dans le suivi et la traçabilité des opérations sur ce site.

11/06/2014

L'État et la SNCF s'associent pour renforcer la sécurité dans les gares de Lyon

http://www.mlyon.fr/118108-l-etat-et-la-sncf-s-associent-...

La SNCF et la préfecture de Lyon ont signé ce mercredi une convention permettant à la police d'avoir accès aux images diffusées par la SNCF du Rhône. À Lyon, les gares Part-Dieu, Perrache, et Jean Macé sont équipées de 163 caméras de vidéosurveillance. Pour Stéphane Rouvé préfet délégué à la sécurité, il s'agit d'une aide très pratique: "La vidéosurveillance est un outil utile pour les forces de l'ordre, il permet de nous aider à retrouver des agresseurs. Cette signature vient compléter le travail effectué sur le terrain par les forces de l'ordre."
Ce sont quatre images en simultané que visionnera la police depuis son poste de commandement, en revanche, le temps d'enregistrement est limité à 72h : "Cela va permettre de gagner du temps. Si une personne dépose plainte ou quelqu'un appelle pour signaler un incident, nous aurons juste à visionner les images qui nous intéressent et prévenir l'équipe en place dans la zone," précise-t-il.
L'objectif est de mettre en place plus de sécurité dans les gares de la ville comme l'explique Laurence Eymieu directrice régional de la SNCF : "La gare n'est pas forcément un lieu de délinquance mais c'est un lieu de passage. On espère que ce dispositif va renforcer le sentiment de sécurité de nos voyageurs, mais également de nos agents. Notre but est d'assurer la sécurité dans les gares mais aussi dans les trains, c'est pour cela que 50% de nos trains sont équipés de caméras de vidéosurveillance."
Dissuader les délinquants c’est donc le mot d’ordre de ce partenariat. Mais la préfecture du Rhône et la SNCF ne comptent pas s’arrêter là, puisqu'un projet de communication radio entre les deux groupes est envisagé. Il reste maintenant à le développer.

Rédigé dans Faits Divers le 11/06/2014 à 13h11

04/12/2013

Bilan de la sécurité ferroviaire en France et au Royaume-Uni en 2013

Bonjour,

Dommage que l'étude ne soit pas étalé sur une plus longue période au lieu de seulement 3 ans ne permettant pas vraiment une réelle évolution.

Par contre il est vrai que la France doit vraiment progresser sur les passages à niveau.

Le sujet est systématiquement évoqué aux comité de ligne par ma SNCF et RFF.

On en revient toujours sur le développement à outrance durant des décennies aux trains grandes vitesses au détriment du TER. Encore un rapport qui confirme cette mauvaise politique qui nous coute chère au final sur notre ligne.

Eric

http://www.ifrap.org/Bilan-de-la-securite-ferroviaire-en-...

Le 28 novembre 2013 par Christian Arnault

Nous avions publié en août 2011 un article concernant la sécurité ferroviaire comparée des chemins de fer français et britanniques. L’étude était alors basée sur l’analyse des indicateurs 2009 publiés par l’ERA, « l’European Railway Agency », dans son dernier rapport « Railway Safety Performance in the European Union 2011 ».

Ces indicateurs montraient alors que globalement la sécurité des chemins de fer britanniques était meilleure que celle des chemins de fer français. Ce n’était pas le sentiment qui prévalait ici ou là et nous avons reçu parfois des commentaires virulents concernant notre analyse et en particulier le fait d’y intégrer les accidents liés aux passages à niveau.

Il nous semble utile de rappeler qu’au niveau Européen il existe un ensemble d’indicateurs, les « Common Safety Indicators ». Ceux-ci sont censés représenter le niveau de sécurité dans le transport ferroviaire des pays concernés et les passages à niveau font partis de ces indicateurs.

Les derniers indicateurs publiés dans un rapport sur le site de l’ERA concernent l’année 2011. Ils sont renseignés en ce qui concerne la France par l’EPSF (Etablissement Public de Sécurité Ferroviaire) et le BEA TT (Bureau d’Enquêtes sur les Accidents de Transport Terrestre)

Globalement en Europe le nombre d’accidents ferroviaire en 2010 et 2011 a baissé par rapport à 2009 passant de 3.027 à 2.342 ce qui est très significatif. En ce qui concerne le nombre de morts et blessés la tendance est à la baisse mais dans une moindre mesure. La France, elle, montre une forte augmentation du nombre d’accidents, des tués et dans une moindre mesure des blessés pour l’année 2011. Le Royaume-Uni, lui aussi, montre une tendance à la hausse sauf en ce qui concerne les blessés.

Nombre total d’accidentsEuropeFranceRoyaume-Uni
2011 2 342 254 104
2010 2 401 155 62
2009 3 027 171 78
Nombre de tuésEuropeFranceRoyaume-Uni
2011 1 183 88 55
2010 1 256 69 25
2009 1 385 76 53
Nombre de blessésEuropeFranceRoyaume-Uni
2011 1 032 53 9
2010 1 236 46 23
2009 1 110 61 15

Le tableau ci-dessous détaille la répartition par type d’accidents :

PDF - 162 ko

Répartition par catégorie de personnes

PDF - 186 ko
Cliquez pour agrandir

Les passages à niveau font (toujours) partie de ce panel d’indicateurs et représentent le deuxième risque en termes de sécurité ferroviaire. À eux seuls ils affichent :

  • En Europe 23% du nombre d’accidents et 25% des morts et blessés
  • En France 23% du nombre d’accidents et 26% des morts et blessés
  • Au Royaume-Uni 15% du nombre d’accidents et 11% des morts et blessés

Dans pratiquement tous les cas les accidents aux passages à niveau sont dus au non respect du code de la route. Fort heureusement le nombre d’accidents de ce type montre une tendance à la baisse tant au niveau Europe, qu’au Royaume-Uni et une stabilisation au niveau de la France.

En 2010 il y avait en France :

  • trois fois plus de passages à niveau qu’au Royaume-Uni (18.364 vs 6.647)
  • un réseau ferroviaire deux fois plus long (29.273 vs 15.777 kilomètres)
  • un trafic ferroviaire assez proche avec respectivement 485 millions de train-km en France et 520 millions de train-km en Royaume-Uni

Par ailleurs, il faut noter qu’il y a en France un réseau routier de 978.000 vs 417.210 kilomètres au Royaume-Uni et un trafic routier de 557 vs 490 milliards de véh-km.

Cet indicateur peut pour certains ne pas être représentatif de la sécurité globale de notre réseau mais il en fait parti intégrante. Réseau Ferré de France en supprime environ une centaine par an, avec une emphase particulière sur les plus dangereux, et en aménage environ cent cinquante par an. Ce n’est pas suffisant si l’on veut se comparer sur ce point au Royaume-Uni mais c’est aussi peut être le résultat d’une politique d’investissement massif sur les lignes à grande vitesse en France au détriment de l’entretien du réseau, de la suppression ou de l’aménagement des passages à niveau.

D’autre part les indicateurs sont là et même si il y a eu en 2011 une dégradation des deux cotés de la Manche la Royaume-Uni affiche toujours un niveau de sécurité supérieur à celui de la France.

Note : Le « Rapport annuel sur la sécurité des circulations ferroviaires 2012 » publié par l’EPSF détaille les indicateurs français pour l’année 2012. Les chiffres montrent une forte baisse en 2012 par rapport à 2011 avec 108 vs 141 tués ou blessés. Cette réduction s’explique par la baisse des indicateurs liés aux « personnes non autorisées sur les voies » et les passagers mais il y a toujours un nombre important de victimes aux passages à niveau avec 43tués et blessés en 2012 vs 38 en 2011.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu