Avertir le modérateur

19/12/2014

SNCF. Perturbations sur la circulation des trains dans la région de Chambéry suite à un mouvement de grève

Bonjour,

La galère continue pour nous, il me semblait que c'était que 24h le droit de retrait?

Très difficile de comprendre quoique ce soit dans cette SNCF tout est possible surtout en ennuie !

Hein Mr Pépy, c'est la version SNCF du service public !

C'est votre manière de nous souhaiter joyeuses fêtes !

Affichage en gare de Bourgoin-Jallieu à 8h01 :

TER 18552 07h44 LYON P.DIEU Retard : 25 mn B
TER 887312 07h55 LYON PERR. SUPPRIMÉ 
TER 885313 08h05 ST ANDRE GAZ SUPPRIMÉ 
TER 17607 08h11 GRENOBLE SUPPRIMÉ 
TER 18503 08h17 CHAMBERY SUPPRIMÉ 
TER 17608 08h19 LYON P.DIEU SUPPRIMÉ 
TER 887310 08h27 LYON PERR. SUPPRIMÉ 
TER 887309 08h33 ST ANDRE GAZ Retard : 10 mn A
TER 17910 08h38 LYON P.DIEU SUPPRIMÉ
TER 17684 09h49 LYON P.DIEU SUPPRIMÉ 

Vu le manque cruel d'information, je vous conseil très vivement de vérifier régulièrement les sites gare-en-mouvement ou TER mobile afin de ne pas être surpris d'une suppression de tain de dernière minute.

Eric

 

------------------------------------------------------------------------------

Bonjour,

Comme vous avez pu le voir c'est la galère ce matin :

Affichage en gare de Bourgoin-Jallieu à 8h10 :
TER 17605 07h39 GRENOBLE Retard : 30 mn A
TER 17606 07h50 LYON P.DIEU Retard : 20 mn B
TER 18503 08h17 CHAMBERY SUPPRIMÉ
TER 17608 08h19 LYON P.DIEU SUPPRIMÉ
TER 887310 08h27 LYON PERR. SUPPRIMÉ
TER 17910 08h38 LYON P.DIEU SUPPRIMÉ
TER 17610 08h47 LYON P.DIEU Retard : 10 mn B
TER 18544 09h44 LYON P.DIEU SUPPRIMÉ

si les trains ne sont pas supprimés, ils sont fortement retardés car ils doivent effectuer des arrêts supplémentaires pour assurés un service minimum pour les gares intermédiaires

Eric

------------------------------------------------------------------------------

http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/2014/12/17/s...

Après plusieurs agressions survenues hier sur des contrôleurs SNCF, les agents de la région de Chambéry ont exercé leur droit d'alerte ce mercredi 17 décembre. Il faut donc prévoir des perturbations sur le trafic de vos TER, Intercités et TGV, en provenance ou à destination des Alpes.

  • Par Yoann Etienne
  • Publié le 17/12/2014 | 17:23, mis à jour le 17/12/2014 | 17:29

© AFP

© AFP
 
En raison d'un mouvement spontané, la circulation des TER sera fortement perturbée ce mercredi sur la région de Chambéry. Un mouvement de grève local impactera également les lignes 60, 61 et 62 le jeudi 18 décembre.

Après plusieurs agressions sur des contrôleurs SNCF, les agents de ce secteur exercent leur droit d'alerte. Il faut donc prévoir des perturbations sur le trafic de vos TER, Intercités et TGV, en provenance ou à destination des Alpes.
------------------------------------------------------------------------------
 

Trafic ferroviaire perturbé après l’agression d’un contrôleur

Les agresseurs ont été interpellés en gare de Grenobe. Photo Le DL Les agresseurs ont été interpellés en gare de Grenobe. Photo Le DL

Le trafic ferroviaire est perturbé en Savoie, en Isère et dans la Drôme après une agression de contrôleur dans un train Annecy-Valence mardi soir. Les agresseurs, qui ont brandi une arme de poing (elle s’est révélée factice ensuite), ont été appréhendés en gare de Grenoble par la SNCF. Déclenchant leur droit d’alerte, des contrôleurs de la région SNCF de Chambéry (dont fait partie Grenoble) n’ont pas assuré leur service cet après-midi. Certains trains ont été annulés ou remplacés par des cars. Selon un responsable de la SNCF, les choses devraient probablement rentrer dans l’ordre dans la soirée. Si tel n’était pas le cas, des transports de substitution par la route seraient mis en place dans les prochaines heures, a également indiqué la SNCF.

09/12/2014

SNCF: des mesures de sécurité pas toujours respectées

http://www.bfmtv.com/societe/sncf-securite-satisfaisante-...

Publié le 09/12/2014 à 16h39 Mis à jour le 09/12/2014 à 16h51

Un train TGV en gare de Marseille (illustration) Un train TGV en gare de Marseille (illustration) - © BFMTV

Les cheminots, interrogés par leur direction, soulèvent quelques doutes sur le niveau de sécurité lié à la circulation des trains, plus d'un an après l'accident de Brétigny-sur-Orge (Essonne) qui avait fait sept morts. Ainsi, 38% des répondants affirment que ce niveau régresse.

 

12/11/2014

Accident de Brétigny : la baisse des effectifs de surveillance pointée par un nouveau rapport

http://www.lemonde.fr/entreprises/article/2014/11/11/acci...

LE MONDE | 11.11.2014 à 23h29 • Mis à jour le 11.11.2014 à 23h38 | Par Philippe Jacqué

Un nouveau rapport met en cause le manque d'effectifs de la SNCF pour la surveillance des lignes.Un nouveau rapport met en cause le manque d'effectifs de la SNCF pour la surveillance des lignes. | AP / Jaccques Brinon

La recherche sur les causes de l’accident ferroviaire de Brétigny qui a fait sept morts le 13 juillet 2013 se poursuit. Alors que la justice enquête, un nouveau rapport sur le déraillement doit être présenté mercredi 12 novembre, révèle mardi France Info.

Selon la radio, ce texte rédigé par le cabinet d’experts Aptéis pour le compte des élus du comité d’hygiène et de sécurité (CHSCT) de l’établissement ferroviaire du Sud-Ouest francilien dénonce la réduction des moyens matériels et humains à la SNCF, notamment la baisse massive du nombre d’agents chargés du contrôle de la voie.

Moitié moins d’agents

Selon ce document, « sur le secteur de Brétigny 1, autrement dit la zone dans laquelle s’est produit l’accident, il y avait, en dehors de l’encadrement, 16 agents chargés de la surveillance en l’an 2000 selon le rapport. Et ils n’étaient plus que 8 en 2012. Soit une diminution de moitié. »

De même, ajoute France Info, « sur un secteur un peu plus large maintenant, sur la zone Brétigny, Dourdan et Étampes : en 1985, on comptabilisait environ 150 agents de surveillance. En 2013, ils n’étaient plus que 44. Soit trois fois moins, toujours selon les tableaux contenus dans ce rapport. »

Enfin, assure ce document, dès 2011, l’appareil de voie qui a provoqué l’accident « avait été identifié comme devant être remplacé, mais son remplacement n’avait été programmé que pour 2016. Les auteurs du rapport s’étonnent d’un délai aussi important cinq ans surtout pour une zone très dense où circulent des trains à vive allure. »

« Production dans l’urgence »

Fin octobre, la lettre professionnelle Mobilettre avait déjà dévoilé des pans de ces rapports. Ce document « insiste sur les déficiences de l’organisation et du management de la maintenance ferroviaire ». Les experts listaient les problèmes : « Une programmation (des travaux) percutée par les aléas », « un recul des compétences sous-estimé », « les marges décisionnelles réduites du DPx (dirigeant de proximité) », « une organisation qui s’est déformée dans la production dans l’urgence ».

De fait, assure Mobilettre, les constats établis dressent le tableau d’une organisation déficiente, dont « la cohérence reste à construire et à stabiliser ».

La justice, qui a mis en examen la SNCF et Réseau ferré de France le 18 septembre, poursuit ses investigations.

Philippe Jacqué
Rédacteur au service économie (automobile et transport)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu