Avertir le modérateur

14/11/2017

La SNCF et la région veulent réduire de 40% le nombre de trains en retard dans les cinq ans

https://www.francebleu.fr/infos/transports/martine-guiber...

Par Philippine Potentier, Céline Loizeau et Nicolas Crozel, France Bleu Isère mardi 14 novembre 2017 à 9:15

Le réseau TER d'Auvergne-Rhône-Alpes est le 2e plus gros réseau derrière l'Ile-de-France
Le réseau TER d'Auvergne-Rhône-Alpes est le 2e plus gros réseau derrière l'Ile-de-France © Maxppp -

La nouvelle convention TER entre la région et la SNCF a été présentée lundi 13 novembre 2017. Martine Guibert, nouvelle vice-présidente en charge des transports au conseil régional se réjouit des engagements pris par la SNCF pour améliorer l'offre aux voyageurs.

Après près de deux ans de négociations compliquées et de dialogues parfois tendus, la Région Auvergne-Rhône Alpes et la SNCF sont enfin tombées d'accord concernant la convention TER pour les prochaines années. Ce lundi, le patron de la SNCF Guillaume Pépy et celui de la Région Laurent Wauquiez ont signé la nouvelle convention qui lie les 2 parties pour 6 ans. Les TER, c'est l'une des plus grosses compétences de la Région et Auvergne-Rhône Alpes avec ses 1500 trains et 600 cars par jour est le 2e réseau TER derrière l'Ile de France.

" Les majorités précédentes n'avaient pas précisé ce niveau d'objectif de qualité. Nous avons changé de logique avec une obligation de résultat", affirme Martine Guibert.

Réduire les retards

L'objectif de cette nouvelle convention est de réduire de 40 % le nombre de TER en retard par rapport à 2016. À terme, 9 trains sur 10 devront être à l'heure d'ici 2020. Cette convention, instaure pour la première fois des pénalités en cas de retard et renforce celles prévues en cas d'annulation de dernière minute. Un moyen de pression pour réduire le nombre de trains en retard. Pour des lignes particulièrement vulnérables, comme la "Lyon-Grenoble", un système spécifique de malus-bonus est en place pouvant aller jusqu'à 1.2 millions d'euros par ligne et par an.

D'après la nouvelle vice-présidente, il s'agit d'un "objectif de qualité contractualisé avec la SNCF " et sur lequel la région sera vigilant.

Patrice Belvègue, président de l'association dauphinoise des usagers du train entre Lyon et Grenoble (ADUT) émet des réserves sur cet objectif, qu'il ne juge " pas assez ambitieux " .

Patrice Belvégue juge que " le niveau visé est trop bas "

Un système de pénalité

Toutefois, le système de "bonus-malus renforcé" dans cette nouvelle convention permettrait d'améliorer les services de la SNCF sur les lignes les plus en difficulté. À savoir celles qui relient Lyon à Saint-Etienne, Grenoble et Chambéry. Le président de l'ADUT s'exprime à ce sujet.

" En mettant une carotte, on peut espère que la SNCF fasse un effort ".

Patrice Belvègue, président de l'association ADUT (Association dauphinoise des usagers du train)

https://www.francebleu.fr/player/export/reecouter/extrait...

Ce projet sera soumis au vote des élus à la fin du mois, ainsi qu'à l'avis du Conseil économique, social et environnemental régional (Ceser) d'Auvergne-Rhône-Alpes. Le conseil d'administration de la SNCF doit, lui, valider cette nouvelle convention à la mi-décembre, après avis consultatif du comité d'établissement régional.

07/11/2017

TER: des associations d’usagers réclament le retour des comités de ligne

Bonjour,

Notre association ADUT ainsi que d'autres associations relevons qu'il n'y a une absence totale depuis 1 an de la part de la région Auvergne Rhône-Alpes. Nous n'avons plus d'échanges possible avec les principaux intéressé par rapport au second budget de la région !

Eric

http://www.leprogres.fr/societe/2017/11/07/ter-des-associ...

Le 07/11/2017 à 05:01

Photo d’illustration Yves SALVAT
Photo d’illustration Yves SALVAT

À la suite de la réunion du comité de certification du service TER Auvergne Rhône-Alpes en date du 20 octobre dernier, huit associations d’usagers (1) ont décidé de publier un communiqué. Dans celui-ci, ils réclament avec force le retour en service des comités de ligne. « Ces comités sont le seul instant où les voyageurs peuvent dialoguer, ou au moins être informés par l’exploitant et l’autorité organisatrice ».

Les signataires relèvent « un non-respect d’un engagement pris le 16 janvier 2017, par Patrick Mignola, alors vice-président en charge des transports de la Région, de mettre en place un groupe de travail sur le devenir des comités de ligne ». Les associations demandent, de fait, que la Région « relance enfin cette réflexion avec les associations d’usagers ».

(1) ADTC, ADTLS, Adula, ADUT, AGV, AHTMVR, ARDSL, Comité de défense et de développement du rail en pays riomois.

27/09/2017

Gestion des TER : bras de fer entre les régions et la SNCF

Bonsoir,

Nous aussi on attends une nouvelle convention ou quelque chose qui prouve que le deuxième budget de la Région Auvergne Rhône-Alpes sert à quelque chose.

Car depuis le départ de Mr Mignola nous n'avons plus de nouvelles !

Nous sommes loin des comités de lignes organiser par l'ancienne région

Eric

 

http://www.lagazettedescommunes.com/524215/gestion-des-te...

Publié le 27/09/2017 • Par Nathalie Da Cruz

TER-ARF-final

Alors que la plupart des conventions avec SNCF Mobilités sont en cours de renégociation, plusieurs régions clament leur insatisfaction à l’égard du service rendu. En toile de fond se profile l’ouverture à la concurrence.

Rien ne va plus entre SNCF Mobilités et la région Paca. La convention qui les lie pour l’exploitation des TER est arrivée à échéance à la fin de l’année 2016. A la suite de discussions infructueuses, les élus de la région ont quitté la table des négociations. Certes, depuis janvier, le service perdure mais dans le cadre d’une « prescription unilatérale de service public ». Dans ce cas, c’est l’autorité organisatrice qui définit le service, les dessertes et la facture, et l’opérateur historique de transport doit s’exécuter. Ambiance glaciale, donc, dans la région méridionale.

A l’autre bout de l’Hexagone, plus exactement dans la région Grand Est, les négociations ont, à l’inverse, abouti dans les temps. Une nouvelle convention a été signée fin 2016 pour une durée de huit ans. Elle prévoit le principe de lots détachables à confier à d’autres opérateurs que SNCF Mobilités dès que la loi française le permettra. Philippe Richert (LR), son président, s’enorgueillit d’avoir obtenu une baisse de la facture – 420 millions d’euros par an contre 430 auparavant – et, en parallèle, 200 trains en plus !

Trois régions « frondeuses » sur onze

A la veille du congrès de Régions de France, le 28 septembre à Orléans, ces disparités posent question. Dans la région Grand Est, 95 % des TER arrivent à l’heure. En Paca, le taux est tombé à 75 % en 2016. « Il est remonté à 82 % début 2017 et est redescendu à 80 % ces derniers mois », déplore le président Renaud Muselier, président (LR).

Sur onze régions devant renégocier leur convention avec SNCF Mobilités, trois – Auvergne – ...

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu