Avertir le modérateur

19/11/2012

La Verpillière - Quartier de la Gare - Le plan de circulation en rodage

Bonsoir,

Vous êtes nombreux a nous signaler la verbalisation suite à de mauvais stationnement faute de place.

Le Dauphiné Libéré a publié un article a ce sujet :

Le Dauphiné Libéré - article du 16 novembre 2012.pdf

A l'heure de l'automobile toujours trop cher ou nos politiques veulent promouvoir les transports en commun, il est contradictoire de ne pas favoriser les arrivés des usagers de ces transports en commun.

Nous rencontrons le même problème à la gare de l'Isle d'Abeau malgré l'extension du parking réalisé par la CAPI.

Cordialement,

Eric

07/09/2012

Passagers debout en quête de rames supplémentaires

http://www.20minutes.fr/article/998873/passagers-debout-q...

Créé le 07/09/2012 à 04h19 -- Mis à jour le 07/09/2012 à 04h19

L'Adut réclame deux rames de plus.

 

L'Adut réclame deux rames de plus. M. PAVARD / PLEINS TITRES / 20 MINUTES

Transports Les usagers de la ligne Grenoble-Lyon sont excédés

Ils savaient que les travaux sur la ligne Grenoble-Lyon étaient nécessaires. Ils étaient même demandeurs. Ils savaient aussi que la circulation serait ralentie, et que la SNCF et RFF mettraient un plan de sécurisation et des cars de substitution. Mais les usagers sont tout de même excédés.

Les Corail supprimés
« L'été s'est même plutôt bien déroulé, reconnaît Patrice Belvègue, le président de l'Adut (Association dauphinoise des usagers du train), mais depuis la fin août, les conditions de transport se sont considérablement dégradées. Aux heures de pointe, de nombreux passagers sont obligés de faire le trajet debout. »
Le retour des usagers quotidiens après leurs congés a, selon l'Adut, « mis en exergue le manque de capacité des trains ». Patrice Belvègue, dit en effet avoir appris durant l'été que les trains Corail, non adaptés aux nouvelles conditions de circulation, avaient été supprimés. « La SNCF les a remplacés par des rames de TER à deux étages, en supprimant sur certains horaires une rame TER sur deux ! » Le président de l'Adut a relayé la colère des usagers dans un courrier à Pascal Delaitre, directeur TER à la SNCF Rhône-Alpes. Et il considère qu'il y a urgence : « Il faut rajouter au minimum une rame sur le train qui arrive à Lyon-Part-Dieu à 7 h 50 et une sur celui qui en part à 17 h 44. » S'il pense avoir été entendu, la SNCF, contactée par 20 Minutes, refuse de confirmer l'information, préférant « réserver à l'Adut sa réponse écrite ».

Chantal Féminier
CHIFFRES

La ligne Grenoble-Lyon est la première de Rhône-Alpes en termes de fréquentation avec 3 000 allers-retours par jour. Selon l'Adut, une seule rame TER2N de 330 places ne peut remplacer un train Corail de 480 à 600 places.

18/08/2012

La cote de la SNCF au plus bas

Bonjour,

Cette étude montre ce que nous avons dénoncé depuis plusieurs années : la dégradation du service.

La SNCF a favorisé depuis de nombreuses années sa vitrine c'est à dire le tout TGV au détriment du TER. La très grande majorité des usagers prennent le TER pour travailler et non pas le TGV pour aller en vacances. Surtout que l'on peut voir l'échec de cette politique car les autoroutes sont NOIRES de mondes malgré la crise (750 de bonchons cumulés) !

Le projet du Lyon Turin en est l'exemple parfait : Un gouffre financier,  un désastre écologique qui va impacter très lourdement le budget français décidé par des personnes qui ne prennent pas le train quotidiennement pour se rendre a leur travail. Alors que notre ligne par exemple aurait besoin d'un doublement de ligne entre Lyon et Grenay, d'un hub à St André le Gaz par exemple. Je rappelle que notre ligne a été déclaré par la SNCF comme faisant parti des 12 lignes malades de France. Les politiques ont leur responsabilité dans ce choix du tout TGV évalué à 86 milliards de dollars. Il est tellement facile de dépenser l'argent qui ne nous appartient pas pour son confort personnel !!!

http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRPAE86A01U20120711

La SNCF ne respectent pas assez son devoir de service public. La contradiction d'une entreprise subventionnée qui se comporte comme une entreprise privée. Les régions contribuent beaucoup dans le budget de chaque TER.

L'information est un vieux problème qui devrai être reglé au niveau national avec une remise à plat complète des systèmes d'informations. Il est en effet completement contradictoire et impensable d'avoir autant de site Internet à alimenter.

Les agents font ce qu'ils peuvent avec les outils que l'on leur donnent. la gestion d'une crise est souvent assez problèmatique.

Cordialement,

Eric

 

http://www.leparisien.fr/economie/la-cote-de-la-sncf-au-p...

Selon une enquête de la CLCV*, 88,4% des passagers critiquent les tarifs de la SNCF et 54,2% jugent l’information déficiente en cas de perturbation.

Aurélie Lebelle | Publié le 17.08.2012, 10h15

Paris (XIIe), le 4 août. Les voyageurs interrogés sont 27,1 % à dénoncer l’opacité des tarifs pratiqués.

Paris (XIIe), le 4 août. Les voyageurs interrogés sont 27,1 % à dénoncer l’opacité des tarifs pratiqués. | (LP/ALAIN AUBOIROUX.)

Les Français portent un regard très sévère sur la . C’est ce qui ressort de l’enquête de l’association de défense des consommateurs CLCV (, et cadre de vie), publiée en exclusivité par notre journal. S’ils considèrent que l’accueil en gare s’est amélioré, les usagers restent très critiques envers l’entreprise publique.

Voici leurs principaux reproches.

Des billets jugés trop onéreux

Près de 9 usagers sur 10 (88,4%) jugent les billets « trop chers » (43,3%) ou « chers » (45,1%). Mais au-delà du prix, « pas assez incitatif » pour la CLCV, les voyageurs dénoncent l’opacité des tarifs pratiqués (27,1%) et l’information « insuffisante » (40,2%). « C’est une véritable jungle tarifaire, lance Thierry Saniez, le délégué général de la CLCV. Plusieurs études réalisées par le passé montrent que dans un même wagon, on peut trouver entre 20 et 25 tarifs de billet différents. »

Des retards

Les retards, subis par plus de la moitié des voyageurs et, surtout, l’information « insuffisante » (54,2%) lors de perturbations, les retards aussi mécontentent les usagers. « Aujourd’hui, le voyageur a l’impression de ne pas être pris en considération par la SNCF, précise Thierry Saniez. Avec les moyens de communication actuels, il est assez facile d’expliquer les raisons d’un retard et de prévoir le temps que cela risque de durer. Là, il y a vraiment de gros efforts à faire. »

Trop peu d’indemnisations

Actuellement, elles ne sont possibles qu’à partir de trente minutes de retard. Mais 82% des sondés estiment qu’elles devraient l’être dès quinze minutes. « Il faut aussi que, pour tout type de trajet, le consommateur puisse choisir entre un remboursement et des bons de voyage », note Thierry Saniez qui espère bien obtenir rapidement des résultats auprès de la SNCF. Car si l’enquête avait déjà été réalisée l’an dernier, le ressenti des voyageurs n’a quasiment pas bougé. Le 31 août, les responsables de la CLCV rencontreront la direction de la SNCF pour leur demander certaines améliorations. Interrogée, la SNCF n’a pas souhaité commenter cette enquête.

* Questionnaires remplis par 676 passagers durant leur déplacement en train.

Le Parisien

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu