Avertir le modérateur

07/02/2012

Courrier ADUT - Ligne "Lyon - Chambéry / Grenoble" - Résultats de l'audit - Plan d'actions - Dysfonctionnements

20120206 Courrier ADUT SNCF.pdf

Bonjour M. Delaitre,
 
je vous prie de trouver ci-joint un courrier qui vous est adressé.
 
Cordialement,
 
Patrice Belvègue
Président de l'ADUT

--
Association Dauphinoise des Usagers du Train
4 Impasse des Jonquilles
38300 RUY - MONTCEAU
Email : adut.ter.ra@gmail.com
Blog : http://adut.20minutes-blogs.fr/

 

30/01/2012

Audit de la SNCF : « Aucune solution concrète »

Bonjour,

voici l'article que vous avez pu trouver ce matin à l'arrivé de votre train en gare de la Part-dieu

http://www.20minutes.fr/article/869446/aucune-solution-co...

Créé le 30/01/2012 à 08h02 -- Mis à jour le 30/01/2012 à 08h02

Les usagers des lignes Lyon-Ambérieu et Lyon-Grenoble vont devoir patienter avant de voir des améliorations.

Les usagers des lignes Lyon-Ambérieu et Lyon-Grenoble vont devoir patienter avant de voir des améliorations. C. VILLEMAIn / 20 minutes

 

exclusif 20 minutes a eu accès au rapport sur les lignes « malades » Lyon-Grenoble Lyon-Ambérieu

«Les problèmes que nous rencontrons depuis 5 ans, nous allons les subir pendant encore 10 ans ». Ce constat dressé par Patrice Belvègue, président de l'association dauphinoise des usagers de la ligne Lyon-Grenoble (Adut), de nombreux habitués de l'axe risquent de le partager le 17 février. Ce jour-là, la SNCF a prévu de présenter aux associations d'usagers les conclusions de l'audit sur les deux lignes « malades » Lyon-Grenoble et Lyon-Ambérieu. Des axes où les dysfonctionnements (retards, pannes) sont presque quotidiens. L'audit, auquel 20 minutes a eu accès, confirme que ces difficultés sont liées à l'usure du réseau et des infrastructures (gares, voies) « peu performantes » ou « plus adaptées aux besoins de trafic ». Et se borne à rappeler la saturation de la gare de la Part-Dieu, du nœud ferroviaire lyonnais et de la ligne Lyon-Grenoble.

 

Des élus déçus par l'audit
«Mais cet audit ne dit rien de plus que ce que nous savons déjà depuis 5 ans. Ce diagnostic n'est pas bon », déplore Jean-Charles Kohlhass, conseiller régional Europe Ecologie Les Verts (EELV), président de la commission Transports. En décembre, la SNCF a présenté les conclusions de son audit devant cette commission, et s'est heurtée à la grogne de plusieurs élus « irrités ». « Aucune solution concrète n'est proposée, si ce n'est la diminution de l'offre de trains et leur remplacement par des cars, s'agace Olivier Longeon, conseiller régional EELVL. On ne peut pas abandonner les trains. C'est une question d'aménagement du territoire ». Du côté de l'association des usagers de la ligne Lyon-Ambérieu, l'audit risque aussi de faire des déçus. « On s'attendait à des mesures concrètes de travaux, note le président de l'Adula, Jean-Pierre Frencel. Cela fait un an qu'ils nous promettent du changement. Et au final, ils ne font que constater les dégâts. C'est aberrant ».

 

Elisa Frisullo

 

un audit sans doute présenté sans pépy

Prévue vendredi dernier en présence du directeur général de la SNCF Guillaume Pépy, la présentation de cet audit confié à SNCF Conseil après un hiver 2010/2011 calamiteux sur les rails, a été reportée au 17 février. Le directeur risque fort cette fois-ci de ne pas faire le déplacement jusqu'à Lyon.

20/09/2011

Région, RFF et SNCF se mettent en ménage

http://www.ledauphine.com/isere-nord/2011/09/15/region-rf...

Au début de l’année, un courrier adressé par le président de Rhône-Alpes au président de la SNCF avait résonné sur les quais de gares. Il faut dire que Jean-Jack Queyranne n’y allait pas de main morte. Il dénonçait la situation catastrophique des trains régionaux avec des suppressions de rames atteignant 11 % en 2010 et un taux de régularité fondant comme neige au soleil sur la même période.

De cette situation, il sera encore longuement question le 23 septembre avec l’examen par le conseil régional d’une nouvelle convention courant jusqu’en 2015. Mais cette fois-ci c’est un ménage à trois qui est proposé aux conseillers régionaux. Car la convention liera l’exploitant et l’opérateur traditionnels, c’est-à-dire la Région et la SNCF, mais également RFF (réseau ferré de France) qui a en charge les voies. Son but est bien entendu d’améliorer le service rendu aux usagers des TER. Car si la SNCF a mis en place une batterie de remèdes pour soigner ses “lignes malades” dont Lyon-Grenoble, le patient n’est pas encore tout à fait rétabli.

La ponctualité et l’information des usagers constituent toujours des maillons faibles. Sans compter les “points durs” qui figurent dans le cahier des charges établi en mai dernier et que la vice-présidente Bernadette Laclais n’entend pas lâcher : l’arrêt à La Verpillière (Isère), la liaison Chambéry-Annecy ou encore Grenoble-Valence… Les pénalités réinvesties

Au terme de cette convention, la Région va réinvestir les 3 millions d’euros qu’elle aurait dû percevoir au titre des pénalités, la SNCF et RFF s’engageant à en mettre autant au pot. Poursuivant l’examen de ses comptes, la Région entend réinjecter également dans les TER les 13 millions d’euros de trop-perçu par la SNCF entre 2008 et 2010. En revanche pas question pour elle d’abonder la réforme des retraites des cheminots intervenue en 2008, Bernadette Lacalais estimant que la collectivité n’a pas à supporter “les effets d’un accord national”.

Alors que la situation est loin d’être idéale malgré les efforts consentis depuis janvier dernier, de nouvelles menaces pointent à l’horizon. L’arrivée du TGV Est Rhin-Rhône et la généralisation du cadencement sur l’ensemble du réseau national pourrait avoir des effets négatifs sur les liaisons Lyon-Grenoble et Lyon-Bourg notamment…

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu