Avertir le modérateur

27/06/2017

La région Auvergne-Rhône-Alpes investit 40 millions d’euros pour le tourisme à vélo

http://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alp...

Afin de devenir la première région européenne pour les voies vertes cyclistes, 40 millions d’euros seront investis en Auvergne-Rhône-Alpes.  / © MAXPPP / Lionel Vadam
Afin de devenir la première région européenne pour les voies vertes cyclistes, 40 millions d’euros seront investis en Auvergne-Rhône-Alpes. / © MAXPPP / Lionel Vadam

 

Afin de devenir la première région européenne pour les voies vertes cyclistes, 40 millions d’euros seront investis en Auvergne-Rhône-Alpes. L’annonce a été faite lundi 26 juin, par le président de la région, Laurent Wauquiez. Quelques  400 km de voies vertes seront ainsi créées.

Par Kamel Tir

Pour la région Auvergne-Rhône-Alpes, il s’agit d’une action emblématique de sa politique environnementale : réaliser, en trois ans, 400 km de voies vertes pour la pratique du vélo. Ainsi, 40 millions d’euros seront investis pour permettre notamment de réaliser ces 6 itinéraires :

- ViaRhôna (E17) Haute-Savoie / Savoie / Ain / Isère / Loire / Rhône / Ardèche / Drôme
Via Fluvia (V73) Haute-Loire / Loire / Ardèche
La Saône (V50) Ain / Rhône
- Le Val d’Allier (V70) Val d’Allier / Puy-de-Dôme / Haute-Loire
La Loire (V71) Loire / Haute-Loire
- Les traversées alpines (V61, V62, V63) Haute-Savoie / Savoie / Isère / Drôme

« La Région a priorisé trois domaines pour développer rapidement les infrastructures. A commencer par le déblocage de points rouges qui sclérosent la réalisation des voies vertes. Dans cette perspective, la réalisation du tronçon sud de Lyon sera l’une des opérations prises en charge par la Région. Le deuxième point concerne la jonction entre la Via Rhôna et l’itinéraire le long de la Loire. Les voies vertes permettront de partir des sources du Rhône aux sources de la Loire en passant par l’Ardèche, les Monts du Pilat et le col du Tracol notamment. Pour finir, la Région a une grande ambition sur la partie auvergnate qu’elle veut booster en proposant une voie verte le long de l’Allier » précise la Région dans un communiqué.

En trois ans, la Région Auvergne-Rhône-Alpes entend réaliser 6 itinéraires de voies vertes pour la pratique du vélo. / © Conseil Régional Auvergne-Rhône-Alpes
En trois ans, la Région Auvergne-Rhône-Alpes entend réaliser 6 itinéraires de voies vertes pour la pratique du vélo. / © Conseil Régional Auvergne-Rhône-Alpes


Pour le président Laurent Wauquiez, l’objectif est de faire d’Auvergne-Rhône-Alpes « la première région européenne pour les voies vertes cyclistes». La Région rappelle que le tourisme à vélo pèse 2 milliards d’euros chaque année pour 16.500 emplois avec une progression annuelle de 10%.
 

170627_La région investie Vélo_twitter1.jpg

Enfin, pour accompagner ce projet environnemental et économique, la région entend innover en réalisant sur un tronçon une expérimentation mêlant revêtement poreux pour éviter les glissades et béton solaire pour produire de l’énergie. « Associé à des vélos électriques ou fonctionnant à l’hydrogène, ce tronçon est amené à devenir un modèle à l’échelle européenne » expliquent les responsables du projet. Des stations de recharge pour les vélos électriques seront également mises en place le long de ce tronçon expérimental.

 

170627_La région investie Vélo_twitter2.jpg

12/06/2017

Informations aux usagers - Transformation des gares en haltes

Bonjour,

Veuillez trouver ci-joint une information qui vous est adressée en tant qu'adhérent à l'ADUT.

 
-------------------------------------------
Plusieurs gares sur notre ligne en Y « Lyon / St André-le-Gaz / Grenoble – Chambéry » sont des
« haltes ». C’est-à-dire des gares sans personnel SNCF pour vendre des billets, renseigner et aider les
clients, et l’hiver sans lieu chauffé accessible pour ne pas avoir froid sur les quais quand les trains
sont en retard ou supprimés. Les « haltes » en bleu ci-dessous sont Cessieu, Virieu sur Bourbre,
Châbons, Le Grand Lemps, Réaumont-St Cassien, Les Abrets Fitilieu, St Béron la Bridoire, Lépin le Lac
– La Bauche, Aiguebelette le Lac.
 

Lyon Grenoble - Chambéry.jpg


Les signaux que nous avons depuis cet hiver nous laissent penser que leur nombre va augmenter :
heures d’ouvertures de plus en plus réduites, guichets fermés en heures de pointe, résultat = la SNCF constate une baisse des ventes aux guichets (est-ce étonnant !), cet été les gares de St Quentin Fallavier et Le Pont de Beauvoisin seront fermées.
De plus, les usagers des haltes sont incapables d'acheter ou de valider leurs titres de transport en cas de dysfonctionnement des automates ou des valideurs Oura et risquent des verbalisations par les brigades lors de leur arrivée en gare (exemple des usagers de La Grand Lemps fin 2016) ; les TER périurbains étant pour la plupart sans contrôleurs, ces usagers ne peuvent pas acheter ou valider leur titre de transport.
La CAPI que nous avons alertée en début d’année n’obtient pas de réponse de la SNCF ou de la région Auvergne-Rhône-Alpes sur l’avenir de la gare de St Quentin-Fallavier en tant que gare. Devant ce silence de la région et de la SNCF, il est urgent d’alerter vos élus pour qu’ils nous soutiennent afin que nos gares encore actives restent des gares pouvant nous renseigner, nous accueillir à l’abri quand il fait froid en augmentant leurs heures d’ouverture (l’exemple des gares de Rives et Moirans cet hiver est à noter car la SNCF a refusé notre demande en janvier afin que les usagers puissent se mettre à l’abri le matin dans les salles des 2 gares fermées jusqu’à 10h du matin).
 
-----------------------------------------
 
Cordialement,

Pour l'ADUT,
Patrice Belvègue

27/05/2017

Tunnel ferroviaire Lyon-Turin : le maître d’ouvrage lève le voile sur les appels d’offres

http://www.lemoniteur.fr/article/tunnel-ferroviaire-lyon-...

Augustin Flepp, avec F.M. - LE MONITEUR.FR -

Tunnel Euralpin Lyon-Turin (TELT), le maître d’ouvrage en charge de la réalisation et de la gestion du tunnel de la liaison ferroviaire Lyon-Turin, commence à détailler les aspects techniques, financiers, réglementaires… des appels d’offres, ainsi que les différents lots de chantier du futur tunnel de 57,5 km. D’ici à 2019, ce sont l’équivalent de 5,5 Mds € de marchés qui seront attribués.

81 appels d’offres répartis sur douze chantiers, pour un total de 5,5 Mds € de travaux. Voilà l’impressionnant programme du chantier du tunnel ferroviaire Lyon-Turin, dont les aspects techniques, financiers et réglementaires ont été présentés par Hubert du Mesnil, le président de TELT (Tunnel Euralpin Lyon-Turin) lors d’une rencontre au siège de l’Union industrielle de Turin, devant des entrepreneurs de la Botte, le 22 mai. La présentation officielle, en France, se fera le 21 juin à Lyon, au siège de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Les 81 appels d’offres vont être lancés par étapes : ils débuteront d’ici à la fin 2017 et se poursuivront jusqu’en 2019. Rappelons que le tunnel de 57,5 km reliera Saint-Jean-de-Maurienne (France) à Suse (Italie).

Attribution : le maître d’ouvrage pense aux PME

La répartition des 12 chantiers est la suivante : 9 chantiers concerneront les travaux divisés en zones géographiques, prenant en compte les connexions aux lignes historiques en France et en Italie ; et 3 porteront sur les activités connexes, comme la valorisation des matériaux d’excavation.

Concernant les 81 appels d’offres, 45 marchés porteront sur le génie civil, et se diviseront en plusieurs volets selon les montants (jusqu’à 5 M€ ; entre 5 et 500 M€ ;  entre 500 M€ et 1,3 milliards d’euros). Et 36 seront alloués à la maitrise d’œuvre. Au total ces appels d’offres impliqueront environ 20 000 entreprises.

Quant à l’attribution des marchés, Mario Virano, le directeur général de TELT, a précisé que de nombreuses PME de la région Auvergne-Rhône-Alpes devraient pouvoir profiter des travaux de sous-traitance. « Dès le départ, l’idée était de mettre en place des marchés justement adressés à ces entreprises : c’est pour cela que nous avons décidé de lancer un nombre élevé de marchés, pour qu’ils soient de valeur réduite et donc plus intéressants pour les PME », a souligné le dirigeant, dans un communiqué.

Un projet colossal

Retenu en 1994 par l’UE dans la liste des 14 projets prioritaires de transport, la liaison Lyon-Turin prévoit la construction de 140 km de voies ferrés, dont 86 en souterrain, et 59 ouvrages d’art. La nouvelle ligne doit permettre, à termes, d’acheminer 40 millions de tonnes de marchandises par an et 5 millions de voyageurs. Le coût total, dont la mise en service est prévue vers 2030, est estimé à 26 Mds €.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu