Avertir le modérateur

18/12/2017

Passages à niveau sensibles : la Région Auvergne-Rhône Alpes propose un pacte à l'Etat

https://www.francebleu.fr/infos/politique/passages-a-nive...

lundi 18 décembre 2017 à 20:12 Par Céline Loizeau,

La sécurisation des passages à niveau n'est pas une compétence de la Région, mais bien de l'Etat et de la SNCF. Cependant, après le drame de la semaine passée, à Millas, près de Perpignan, le Conseil régional propose un pacte à l'Etat pour accélérer les travaux.

En Isère, le passage à niveau de la Verpillière est considéré comme "sensible" par la SNCF de part le fort trafic routier et ferroviaire et l'hyper-proximité d'un gros établissement scolaire.
En Isère, le passage à niveau de la Verpillière est considéré comme "sensible" par la SNCF de part le fort trafic routier et ferroviaire et l'hyper-proximité d'un gros établissement scolaire. © Radio France - Céline Loizeau

Lyon, France

Quelques jours seulement après la collision entre un train et un bus scolaire qui a coûté la vie à 6 collégiens (nouveau bilan communiqué ce lundi soir par la préfecture des Pyrénées-Orientales), à Millas; ce lundi, le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes a annoncé qu'il venait de proposer un "pacte" à l'Etat pour la sécurisation des passages à niveau de la région. "Je ne veux pas qu'on attende d'avoir un drame dans notre région pour réagir", a indiqué Laurent Wauquiez. Il a bien évidemment évoqué celui d'Allinges, en Haute-Savoie, en 2008, dans des conditions similaires. Il y avait eu 7 morts. Il a aussi tenu à préciser qu'il avait saisi dès janvier - avant donc le drame des Pyrénées-Orientales - la SNCF sur ce dossier.

Doubler le nombre de chantiers d'ici 5 ans

Pourtant, la sécurisation des passages à niveau n'est pas une compétence de la Région, mais bien de l'Etat. Mais pour Laurent Wauquiez, certains dossiers ont _"__pris trop de retard"et la Région "de part sa bonne gestion a fait des économies". Il souhaite en injecter une partie pour ces travaux."J'ouvre la négociation avec l'Etat. On injecte 50 millions sur 5 ans. Si l'Etat en fait de même, on peut doubler le nombre de chantiers de sécurisation de passages à niveau",_ précise le président LR d'Auvergne-Rhône-Alpes. Depuis, près de 10 ans, selon la Région, 27 passages à niveau ont été sécurisés. Là, on passerait à 53. Et les travaux pourraient commencer rapidement. 

"Le but n'est pas que l'Etat se désengage", prévient Laurent Wauquiez. La Région ne compte donc pas se substituer à l'Etat "mais veut utiliser un effet de levier pour au contraire mobiliser l'Etat." Chaque année, en moyenne, la SNCF consacre 5 à 8 millions d'euros par an pour cette thématique. Là, ça ferait 20 millions par an entre la Région et l'Etat. Quant à la liste des passages concernés, ni la région, ni SNCF Réseau n'était en mesure de la communiquer ce lundi soir.

13/12/2017

UFC Que Choisir dresse un bilan négatif de la ponctualité des TER en Auvergne Rhône-Alpes

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-al...

© G.Ragris© G.Ragris

Deux ans jour pour jour après l’élection du nouveau conseil régional, et alors que l’organisation des transports ferroviaires constitue l’une de ses principales prérogatives, UFC QUe Choisir dresse un bilan inquiétant de l’évolution de la qualité des trains régionaux.

Par Yannick Kusy

Pour UFC Que Choisir, la situation ne s'est guère améliorée. Elle demande à la Région Auvergne Rhône-Alpes d'appliquer à la SNCF les pénalités prévues en cas de qualité dégradée "et surtout à mettre en place sans tarder une indem-nisation automatique des abonnés en cas de retards répétés."

Et de donner des détails : "En deux ans, la ponctualité des TER rhônalpins s’est encore dégradée, surtout aux heures de pointe
Au cours de l’année écoulée, seuls 86,1 % des TER de l’ex région ont circulé à l’heure (moins de 6 minutes de retard à l’arrivée selon le seuil retenu par la SNCF)1. Dans le détail, 1,5 % des trains ont été annulés, quand 12,5% de ceux qui ont circulé ont subi un retard. Nous ne pouvons que déplorer que la situation se soit dégradée depuis la dernière élection, puisque la ponctualité a diminué de 0,7 point depuis 2015, ce qui nous classe au 17ème rang des ex régions françaises. 
Ainsi, dans notre ex région, le taux de retard en semaine grimpe lors du pic du soir jusqu’à 17%, alors qu’aux heures creuses il peut descendre à 10%"

UFC explique que la Région a été jusqu'ici, très clémente avec la SNCF, lorsque celle-ci "pêche par un mauvais service"

Selon l'association, "les usagers des TER sont les grands oubliés du dédommagement". Et met, là-aussi en cause l'organisation dans notre région "A la différence d’autres régions françaises, Auvergne-Rhône-Alpes n’a pas mis en place de dispositif de remboursement automatique d’une part du prix de l’abonnement en cas de retards récurrents sur la ligne empruntée. L’UFC-Que Choisir exige que les usagers du TER paient en fonction de la qualité, et voient le montant de leur abonnement diminuer de façon significative quand la qualité se dégrade durablement."

UFC lance donc un appel à la Région présidée par Laurent Wauquiez : "UFC-Que Choisir appelle le conseil régional, qui a fixé un objectif de 90% de trains à l’heure dans sa dernière convention, à plus de ténacité.
Elle réclame en outre la mise en place sans délai d’une indemnisation automatique des abonnés en cas de retards récurrents, et une hausse des pénalités dues par la SNCF en cas de qualité dégra-dée."

Auvergne – Rhône-Alpes : un accord aux forceps avec la SNCF

http://www.lagazettedescommunes.com/538919/auvergne-rhone...

Publié le 13/12/2017 • Par Françoise Sigot

DR
 

L’opérateur ferroviaire et la région ont signé un accord qui s’appuie sur un système de bonus-malus renforcé par rapport aux conventions précédentes.

 TER-ARF-final

Alors que beaucoup de régions sont encore en plein bras de fer avec la SNCF sur le renouvellement de leur convention TER, Auvergne – Rhône-Alpes est arrivée à quai. Deux ans de discussions tendues ont été nécessaires pour parvenir à un accord signé par les présidents de la SNCF et de la région, avant même d’avoir été soumis au vote de l’assemblée régionale et aux instances représentatives de la SNCF, ainsi qu’à son conseil d’administration.

Effet rétroactif

Cette convention, signée pour six ans avec effet rétroactif au 1er janvier 2017, mise, comme la majorité des conventions TER, sur le système de bonus-malus, avec des incitations financières renforcées par rapport aux conventions de première génération.

Ainsi, la convention vise une baisse de 40 % des retards de TER et la division ...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu