Avertir le modérateur

29/09/2013

Trains régionaux : Bombardier dévoile son "Jumbo TER"

http://www.mobilicites.com/fr_actualites_trains-regionaux...

Bombardier Transport a présenté le 25 septembre 2013 à Crespin, devant un parterre d'élus, son tout nouveau train régional à deux niveaux, Régio 2N. Cette rame à grande capacité qui circulera tout d'abord en Rhône-Alpes, est la première d'une commande de 129 passée par six régions pour 1,15 milliard d'euros. Le constructeur ferroviaire espère de nouvelles commandes pour préserver les 2 000 emplois de son usine située près de Valenciennes.

Des élus régionaux devant la première rame du Regio 2N, le 25 septembre à l'usine Bombardier de Crespin. © Ch. Recoura

"Jumbo", "A 380 des trains régionaux", comme à son habitude, Guillaume Pepy a le sens de la formule et le goût des superlatifs. Mais dans le cas du Regio 2N , le TER à deux niveaux conçu par Bombardier Transport, le président de la SNCF est presque en deçà de la réalité.

Avec ses 760 places assises par rame dans sa version la plus longue, - un tiers de capacité en plus que le plus gros TER aujourd'hui sur les rails français - le Regio 2N a été conçu pour répondre aux besoins des lignes ferroviaires régionales les plus chargées.
"En unité multiple de trois trains de 110 mètres, il offre 1 800 places assises et une capacité totale de 3 000 voyageurs", a indiqué Jean Bergé. Le président de Bombardier Transport France présentait le 25 septembre la première rame sortie des chaînes de Crespin (Nord) aux élus chargés des transports de plusieurs régions.


Le train Regio 2N de Bombardier.

Ce nouveau train de trois mètres de large, issu de la gamme Omneo de Bombardier, est disponible en diverses configurations : six à dix voitures, 81 à 135 mètres de long. Suivant sa motorisation, il peut filer de 160 km/h à 200 km/h. Il est équipé de portes de 1,60 mètre, d'amples plate-formes de six mètres carrés et d'un accès de plain-pied pour faciliter les flux de passagers.  

 

 

Horizon 2016

 

A ce jour, six régions ont passé une commande ferme de 129 rames Regio 2N, pour un montant de 1,154 milliard d'euros, dans le cadre du mégacontrat de 860 unités conclu en 2010 entre Bombardier et la SNCF, mandatée par les régions. De quoi alimenter les chaînes de production du constructeur pendant deux ans.

Et après ? L'avenir du constructeur qui emploie 2 000 salariés sur le site de Crespin, auxquels il faut ajouter les 8 000 à 10 000 employés par ses sous-traitants, est plus incertain.
Jean Bergé l'a tracé en un mot : à la fin du premier semestre 2015, les dernières rames des métros MI 09 (les nouveaux RER A à deux niveaux ) et de MF 2000 (métro RATP) sortiront des chaînes de production. Fin 2015, celle du Francilien s'arrêtera si l'Ile-de-France n'en commande pas de nouveaux. Ne restera donc plus que le Régio 2N dont la production des 129 rames s'étalera de fin 2014 à fin 2016.

 

 

 

40 levées d'option

 

La présentation du premier Regio 2N, qui doit entrer en service début 2014 en Rhône-Alpes, était l'occasion idéale pour prendre le pouls des collectivités locales "étranglées financièrement". Selon nos informations, confirmées par Bombardier et par la SNCF, une quarantaine d'options pourraient être levées d'ici à la fin de l'année pour les Régio 2N.

"La Picardie pourrait commander sept rames", a confié à MobiliCités, Daniel Beurdelay, vice-président transport du conseil régional. Même intérêt affiché par Charles Marziani pour Midi-Pyrénées, Jean Yves Petit pour la région PACA, ou Patrick Du Fau de Lamotte, pour l'Aquitaine. Cette dernière en déjà commandé 24 et travaille sur un plan d'investissements jusqu'en 2020 et qui devrait se traduire, dès 2014, par de nouvelles commandes de Régiolis et de Regio 2N.


Francilien et TET

 

Même lueur d'espoir pour le Francilien déjà livré à 171 exemplaires à la région Capitale. Guillaume Pepy a déclaré devant les conseillers régionaux avoir "la certitude qu'il y a de la place pour une levée d'option en Ile-de-France." Pour le président de la SNCF, cette commande pourrait concerner 30 à 100 rames. Mais la décision appartient au conseil régional.

 

Autre marché dans le viseur de Bombardier, le renouvellement des trains d'équilibres du territoire (TET). Comme le Régiolis d'Alstom, le Regio 2N est proposé en version intervilles : "Dans cette configuration et en rames doubles, le Régio 2N offrira 900 places soit l'équivalent de 12 trains corails", a souligné Jean Bergé.

Si Bombardier a raté la première salve de 500 millions de commandes de l'Etat emportée par Alstom avec une trentaine de Regiolis, le constructeur espère que d'autres appels d'offres suivront pour renouveler, comme annoncé par l'Etat, l'intégralité de la flotte de TET. C'est raté pour la première tranche, remportée intégralement par Alstom (lire).

Robert Viennet

18/07/2013

Transports: demande mondiale croissante pour les chemins de fer

Bonjour,

Désolé pour les fous de la grande vitesse !

Ce n'est pas au programme ou en tout cas completement à contre courant de ce que pratique les autres pays.

Comme l'ADUT le répête, le matériel roulant est à flux tendu, il y a de plus en plus de monde qui prend le train avec le même nombre de train.

Cordialement,

Eric 

http://www.smartplanet.fr/smart-technology/transports-dem...

Par Tyler Falk | 17 juillet 2013

Le train devrait connaître une forte hausse dans les prochaines années, comme en Afrique, en Amérique latine et au Moyen-Orient où les réseaux vont doubler d’ici 2022.

Selon un nouveau rapport de Frost & Sullivan, les chemins de fer ont devant eux une forte croissance. Les réseaux ferroviaires en Afrique, en Amérique latine et au Moyen-Orient devraient doubler de taille d’ici 2022. Tandis que des projets de trains à grande vitesse ont été annulés dans des pays comme la Pologne et le Portugal, les gouvernements cherchent des infrastructures, en particulier de transports, à même de stimuler la croissance économique.

« L’exigence d’efficacité soutiendra l’adoption mondiale d’actifs de pointe et d’outils de gestion de flotte comme le télédiagnostic, l’information des passagers et la planification », expose Shyam Raman, analyste automobile et transports chez Frost & Sullivan.

« Les compagnies ferroviaires utilisent l’architecture des protocoles Internet pour l’accès en ligne à bord ainsi que pour l’exploitation et la sécurité, ce qui créera des opportunités pour les applications multimédia de prochaine génération. La Grande-Bretagne et les Etats-Unis ont déjà la plus grande quantité de matériel roulant avec des services wi-fi dans leurs régions respectives. »

Voici d’autres prévisions sur des marchés-clés:

- L’Afrique connaîtra la plus forte croissance du marché des fournitures ferroviaires.

- L’Amérique du Nord sera le marché à la plus forte croissance pour les lignes de banlieues, et les métros y constitueront le plus grand marché de renouvellement.

- En 2020, la Chine aura presque 120.000 kilomètres de voies ferrées.

- De 2015 à 2022, on prévoit que l’Europe remplacera 10.298 locomotives.

02/07/2013

600 millions d'euros pour renouveler les trains d'équilibre du territoire

http://www.mobilicites.com/fr_600-millions-d-euros-pour-r...

2 Juillet 2013   Gouvernement

Lors d'une rencontre avec l'Association des journalistes ferroviaires, le 2 juillet 2013, le ministre des Transports Frédéric Cuvillier a indiqué qu'une enveloppe de 600 millions d'euros pour renouveler le matériel roulant des Corail et Intercités, appelés trains d'équilibre du territoire, seraient annoncée par le premier ministre le 9 juillet, lors de son arbitrage sur le SNIT. L'appel d'offres de la SNCF devrait donc suivre.


© Christophe Recoura

L'information devrait soulager les constructeurs ferroviaires qui surveillent depuis deux ans, comme le lait sur le feu, l'appel d'offres de la SNCF pour ses trains d'équilibre du territoire, les Corail et les Intercités. Alstom pourrait écouler ses trains Regiolis, Bombardier, ses Regio 2N et CAF, ses Civity.
Le 9 juillet, à l'occasion de son arbitrage sur le schéma national d'infrastructures de transport (SNIT), Jean-Marc Ayrault devrait en effet annoncer une enveloppe de 600 millions d'euros dédiés à l'achat de nouveaux trains sur ces lignes-là.

C'est ce qu'a indiqué son ministre des Transports Frédéric Cuvillier, le 2 juillet à l'occasion d'une rencontre avec la presse spécialisée. Ce ne serait donc plus que les " 400 à 450 millions d'euros" annoncés par le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg en janvier 2013, lors de la réunion du Comité Stratégique de la filière Ferroviaire dans la région de Valenciennes où sont implantés 60% des industriels français du ferroviaire. Dont Alstom et Bombardier Transport.


Frédéric Cuvillier a également détaillé le calendrier de la réforme ferroviaire : "Notre ambition est de saisir le conseil d'Etat avant fin juillet, en vue de l'inscrire en conseil des ministres fin août pour un dépôt devant l'Assemblée nationale à l'ouverture de la session parlementaire en septembre, pour une entrée en vigueur au 1er janvier 2015. Mais il y a un embouteillage législaltif et réglementaire..."
Un embouteillage de réformes aussi, celle des retraites et celle du rail, et le risque pour le gouvernement de provoquer deux frondes sociales simultanées. "Il ne devrait pas avoir d'interférence, s'il y en a une, c'est qu'un raccourci aura été fait entre les deux réformes qui pourtant, n'ont rien à voir", a conclu le ministre avant de filer affronter les élus d'Aquitaine, de Midi-Pyrénées ou de Bretagne, très remontés contre les conclusions de la commission Mobilité 21 sur le SNIT et le coup d'arrêt des lignes à grande vitesse.

-> Lire : "SNIT : le gouvernement doit trancher le 9 juillet"

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu