Avertir le modérateur

15/03/2018

SNCF : l’intersyndicale appelle à faire grève "deux jours sur cinq" dès le 3 avril

http://www.ledauphine.com/france-monde/2018/03/15/sncf-l-...

Photo AFPPhoto AFP

Les syndicats de cheminots ont décidé ce jeudi soir de lancer une grève contre la réforme de la SNCF.

Prêts au "bras de fer" avec le gouvernement, les syndicats de cheminots ont décidé ce jeudi soir de lancer une grève dure contre la réforme de la SNCF que l’exécutif entend mener tambour battant par ordonnances. Le texte prévoit notamment "l’arrêt des recrutements au statut (de cheminot) des nouveaux agents".

L'intersyndicale a ainsi appelé à faire grève à partir du 3 avril, à raison de "deux jours sur cinq". 

Sur TF1, le président de la SNCF Guillaume Pepy a estimé que "la grève est un peu décalée par rapport à la concertation qui a été engagée".

Plus d'informations à venir...

14/03/2018

Réforme de la SNCF : les syndicats prêts à lancer officiellement la fronde

https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/reforme-d...

mercredi 14 mars 2018 à 20:49 Par Marina Cabiten, France Bleu

C'est ce jeudi que les syndicats se réunissent pour entériner leur mouvement de contestation de la réforme de la SNCF. Mais alors que les ordonnances qui dessinent la réforme ont été présentées mercredi, ils ont déjà affiché leur détermination.

Les syndicats de la SNCF s'apprêtent à lancer leur "bras de fer" au sujet de la réforme du gouvernement.
Les syndicats de la SNCF s'apprêtent à lancer leur "bras de fer" au sujet de la réforme du gouvernement. © AFP - David Seyer / CrowdSpark

L'Unsa est prête "au bras de fer", SUD Rail veut "une grève reconductible et dure" et la CFDT prévoit "une mobilisation des cheminots".  L'issue de l'intersyndicale de jeudi ne fait donc aucun doute : il y a aura un mouvement unitaire contre la réforme de la SNCF.

Le "passage en force" du gouvernement dénoncé

Le texte présenté en conseil des ministres mercredi "montre bien qu'on n'est pas dans une concertation, mais dans une explication de texte. Le gouvernement veut passer en force", a dénoncé auprès de l'AFP Erik Meyer, porte-parole de SUD Rail. La CFDT (4e syndicat) a noté que "pas une virgule n'a été modifiée entre les premières annonces et le projet de loi"

Lors de la réunion intersyndicale prévue jeudi, SUD Rail proposera "de déposer le plus rapidement possible un préavis de grève unitaire et reconductible" aux trois autres syndicats représentatifs du groupe, la CGT Cheminots (1er syndicat), l'Unsa et la CFDT. "L'objectif est clairement pour nous de sortir avec une date" de démarrage d'une grève, quitte à se revoir pour "fixer les modalités du mouvement", a indiqué Erik Meyer de SUD Rail. La CGT Cheminots avait indiqué mardi, après avoir rencontré le Premier ministre Édouard Philippe, que l'intersyndicale pourrait décider "une grève reconductible par période de 24 heures ou sous une autre forme"

Le "caractère public" de la SNCF "pas remis en cause"

Une manifestation nationale de cheminots est déjà prévue le 22 mars à Paris, à l'appel des quatre syndicats représentatifs à la SNCF. 

Et mercredi, trois des quatre syndicats représentatifs à la RATP ont appelé à la grève le 22 mars pour soutenir les cheminots et défendre le service public de transport. 

Présenté mercredi matin au Conseil des ministres par la ministre des Transports Elisabeth Borne, le texte doit être débattu en avril à l'Assemblée nationale et en mai au Sénat. Il comprend huit articles. "L'objectif est simple, c'est un meilleur service public ferroviaire au meilleur coût pour les usagers et pour les contribuables. C'est aussi une SNCF plus efficace, plus unifiée et ayant tous les atouts dans l'ouverture à la concurrence", a résumé Elisabeth Borne à l'issue du Conseil des ministres. 

Outre des arrêts de travail le 22 mars pour permettre aux cheminots de manifester, on parle chez les syndicalistes du week-end de Pâques, ou des jours suivants. 

  - Visactu
© Visactu -

10/03/2018

Grève SNCF : une grève nationale pour faire plier le gouvernement ?

http://www.linternaute.com/sortir/magazine/1400252-greve-...

,

Grève SNCF : une grève nationale pour faire plier le gouvernement ?

GREVE SNCF - Une grève massive se prépare pour faire face à la réforme de la SNCF. Les 4 syndicats CFDT-Cheminots, CGT-Cheminots, UNSA-Ferroviaire et SUD-Rail conviendront d'une mobilisation ou non le 15 mars.

[Mis à jour le 9 mars 2018 à 19h02] La journée du jeudi 15 mars s'annonce décisive pour la SNCF. Face à la volonté du gouvernement d'avoir recours aux ordonnances pour faire adopter la réforme de la SNCF, avec la présentation du projet de loi d'habilitation mercredi 14 mars en conseil des ministres, l'intersyndicale des cheminots de la SNCF prévoit un rassemblement le lendemain, jeudi 15 mars : "Si nous constatons un passage en force, alors il y aura grève", a déclaré le secrétaire général de la CGT-Cheminots Laurent Brun. Au micro de BFM TV, il a également fait savoir qu'"avant le jeudi 15 mars, il n'y aura pas de décision de grève nationale". Néanmoins, l'intersyndicale a déjà déposé une alerte sociale en prévision d'un dépôt de grève. "La balle est dans le camp du gouvernement. Si le 14 mars, il présente en Conseil des ministres sa loi d'habilitation pour réformer la SNCF par ordonnances, alors le 15 mars, nous prendrons nos responsabilités" a prévenu le secrétaire fédéral SUD Rail au Parisien.fr.

La CGT-Cheminots, premier syndicat à la SNCF, prévoit déjà une grève reconductible à compter du jeudi 22 mars, date de mobilisation commune à celle des fonctionnaires contre la réforme de la fonction publique et la grève des contrôleurs aériens. "Nous allons relever le défi. On est sûrement parti pour l'un des plus importants mouvements sociaux de l'histoire de la SNCF",  a déjà averti Laurent Brun. Le quatrième syndicat CFDT-Cheminots propose quant à lui une grève reconductible à compter du mercredi 14 mars et les deux autres, UNSA-Ferroviaire et SUD-Rail souhaitent une réponse forte et rapide. De son côté, le PDG de la SNCF Guillaume Pepy a déclaré au micro d'Europe 1 que "Personne n'a intérêt à une grève". Il espère que les syndicats et le gouvernement trouvent un terrain d'entente. 

Les cheminots dénoncent aujourd'hui "le caractère stigmatisant des propositions du gouvernement" qui est essentiellement de mettre fin au statut de cheminot pour les nouvelles embauches. Le gouvernement a pris la décision d'appliquer 4 des 5 réformes SNCF du rapport de Jean-Cyril Spinetta, ancien patron d'Air France-KLM : l'abandon du statut des cheminots pour les nouvelles embauches (actuellement, 90% des salariés de la SNCF bénéficient de ce statut) prévu "à l'avenir, à une date qui sera soumise à la concertation" ; un transfert obligatoire des salariés chez les nouveaux exploitants lors de l'ouverture du marché à la concurrence à la fin 2019 ; la reprise d'une part de la dette de SNCF Réseau par l'Etat, s'élevant actuellement à 46,6 milliards d'euros et la transformation des statuts de la SNCF, de SNCF Mobilités et de SNCF Réseau en sociétés anonymes à capitaux publics. Le 5e point du rapport Spinetta - remplacer certaines lignes secondaires et déficitaires par des cars dans le but de se concentrer sur les grandes lignes TGV -, a été abandonné par le Premier ministre Edouard Philippe pour ne pas provoquer la colère des élus locaux. "Dans bien des territoires, le rail est au cœur de la stratégie des régions pour le développement des mobilités", a-t-il expliqué. Avec une "volonté d'aboutir avant l'été", le gouvernement prévoit un recours aux ordonnances pour appliquer la réforme SNCF. Le secrétaire national de SUD Rail a lancé à Libération : "Si le gouvernement persiste, on va mettre le feu".

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu