Avertir le modérateur

29/05/2014

Cet autre scandale des TER de la SNCF dont personne ne parle

http://www.challenges.fr/entreprise/20140527.CHA4280/l-au...

Publié le 28-05-2014 à 07h34Mis à jour à 16h05

Depuis 10 ans, des trains régionaux hybrides roulent au diesel même sur les voies électrifiées. Une pollution inutile liée à un manque de signalisation.

 Une rame AGC hybride utilisée dans la région Languedoc-Roussillon (Photo Bombardier) Une rame AGC hybride utilisée dans la région Languedoc-Roussillon (Photo Bombardier)

Il n'y a pas que l'affaire des TER trop larges pour certains quais de gare qui pose problème dans le paysage ferroviaire français. Celui de l'utilisation optimale des trains régionaux bimode (thermique/électrique) en constitue un autre. Plus de dix ans après leur mise en service, les rames TER Bombardier AGC circulent encore le plus souvent moteur thermique allumé même lorsqu'elles circulent sous caténaire.

Une véritable hérésie alors que les grandes agglomérations sont régulièrement confrontées à des pics de pollution. Mais pourquoi ces trains hybrides ne circulent-ils pas de manière optimale, c'est-à-dire en traction électrique sur le réseau électrifié et en traction thermique sur le reste du réseau ?

Juste un problème de signalisation 

Tout est, en fait, affaire de signalisation. Le fond du problème est, en effet, de savoir qui doit payer pour la mise en place des panneaux de signalisation indiquant au conducteur de train de lever ou de baisser le pantographe suivant qu'il se trouve sur une ligne électrifiée ou pas. Visiblement encore peu mobilisées pour lever cette incongruité, sans doute par manque de connaissance exacte des conditions d'utilisation de leurs matériels, les Régions ne souhaitent pas avoir à endosser cette dépense.

Ce sont pourtant elles qui ont financé à grands frais l'acquisition des matériels bimode. A titre d'exemple, le surcoût pour une rame B 82.500 (bimode-bicourant) capable de circuler sur l'ensemble du réseau classique était de 32% par rapport à une rame thermique comparable. Certes, des avancées sont bien réalisées mais elles restent notoirement insuffisantes. Ainsi, des plaques comportant les mentions "bimode" au-dessous du signal dans un sens et le symbole "baissez panto" existent depuis décembre 2013 sur la relation Lyon-Roanne. Il était temps. Les premières rames bimode ont été mis en service en Rhône-Alpes le... 10 juin 2004. Et entre temps, les voyageurs ont aussi eu à subir d'autre nuisances que les émissions de gaz à effet de serre. Sur les quais de Lyon-Part-Dieu, par exemple, ils doivent aussi supporter les nuisances sonores de ces trains stationnant avec leurs moteurs thermiques allumés.

La transition thermique vers l'électrique est pourtant simplissime. Elle ne prend qu'une quinzaine de secondes. "Tout dépend cependant de la température extérieure", nous explique un conducteur d'AGC. "En fait, il faut anticiper le lancement des moteurs Diesel en les préchauffant durant plusieurs minutes en période froide. Sans problème de température, cette transition s'effectue en une minute seulement". Mais si le sujet n'est pas prioritaire, c'est que la réduction de la facture carburant (Diesel) pèse peu par rapport aux investissements à consentir pour équiper tout le réseau de la signalisation adéquate.

Olivier Constant

TER trop larges : les nouveaux quais ne sont pas plus adaptés

http://www.europe1.fr/Economie/TER-trop-larges-les-nouvea...

Par Gabriel Vedrenne et Pascal Berthelot

Publié le 27 mai 2014 à 07h17 Mis à jour le 27 mai 2014 à 18h16

Les nouveaux TER sont... trop larges pour les quais

BUG ET RE-BUG - Le rapport d’enquête montre que le problème avait été repéré dès 2011. Et que certains quais, rénovés entre-temps, devront eux aussi être rabotés.

 

L’info. Des trains neufs trop larges pour toutes les gares ? "Il n'y a pas eu d'erreur dans les commandes", a affirmé lundi le secrétaire d'État aux Transports, Frédéric Cuvillier, après avoir reçu le rapport qu'il avait demandé à la SNCF et à Réseau ferré de France (RFF), le gestionnaire du réseau ferroviaire français. Pourtant, on apprend à sa lecture deux autres bévues : non seulement le problème a été identifié dès 2011 mais en plus certaines gares, pourtant rénovées après la découverte du problème, ne peuvent toujours pas accueillir ces nouveaux trains. Et leurs quais devront donc être encore rabotés.

 

Cuvillier dédouane la SNCF et Guillaume Pepy

© REUTERS

Du retard à l’allumage. Le problème de ces TER trop larges, qui nécessiteront des travaux dans 1.300 gares pour un coût estimé de 50 millions d’euros, a été identifié en 2011. Or, les discussions avec les fabricants ont débuté en 2007et les commandes de nouvelles rames ont été entérinées en 2009. Il a donc fallu attendre quatre années pour se rendre compte de ce problème de largeur des trains. Et pendant les quatre années suivantes, le problème a été ignoré : RFF refusait de régler la facture et renvoyait la balle à la SNCF, qui lui rendait la pareille.

Double rénovation pour certaines gares. RFF a donc été prévenu en 2011 et, pourtant, il a continué à faire des travaux, des aménagements dans les gares, sans tenir compte de la largeur des nouveaux trains régionaux. Résultat : il va falloir raboter des quais dans des gares toutes neuves mais qui n'ont toujours pas la taille suffisante pour faire passer ces trains.

Le ministre des Transports affirme que trois ou quatre gares sont dans ce cas. La SNCF, elle, n'en a répertorié qu'une seule pour l'instant : la gare de Sausset les Pins, dans les Bouches du Rhône, sur la ligne entre Marseille et Miramas.

 

Ces régions qui "punissent" la SNCF

© MAXPPP

Ces errements que le rapport confirme. Au-delà de ces nouveaux problèmes, le rapport remis à Frédéric Cuvillier a confirmé deux lacunes de taille. La première concerne RFF : censé construire et entretenir le réseau ferroviaire, il ne dispose pas d’un inventaire complet des lignes. "Le rapport relève quelque chose d'assez curieux (...), RFF n'a pas de registre complet et à jour de l'ensemble de l'infrastructure", a relevé le ministre, avant de demander la création d'un "registre national de l'infrastructure" ferroviaire.

Après RFF, c’est au tour de la SNCF de se voir reprocher une bévue de taille : lorsqu’elle commande de nouveaux trains, la compagnie ferroviaire ne réalise pas d’études pour mesurer leur impact sur les voies et les gares. De telles précautions seront désormais obligatoires.

Quais inadaptés au TER : Rhône-Alpes ne veut pas payer la facture

http://www.info-economique.com/actualite/quais-inadaptes-...

Quais inadaptés au TER : Rhône-Alpes ne veut pas payer la facture

 

E-lettre Bref | Publié le 27-05-2014

 

Les Régions ne paieront pas ! Suite à la polémique sur la commande de trains TER trop larges pour de nombreux quais de gare, Jean-Jack Queyranne, le président de la Région Rhône-Alpes, a réagi très sévèrement : "Une nouvelle fois, je constate que le système de gouvernance du ferroviaire partagé entre la SNCF et RFF connaît de graves dysfonctionnements. Ils confinent à l’absurde. Comme tous les présidents de Région, je suis en colère". Autorité organisatrice des transports, la Région avait commandé quarante de ces rames (1  500 TER circulent actuellement en Rhône-Alpes).

119 quais sont concernés en Rhône-Alpes

En Rhône-Alpes comme dans les autres régions, semble-t-il, la question de la largeur des rames et de la nécessaire adaptation des quais était connue depuis 2013. Selon le président Queyranne, "RFF s’engageait alors à faire le nécessaire en terme de travaux pour accueillir le nouveau matériel dans les délais. En Rhône-Alpes, ces engagements seront tenus, les travaux sont en cours de finalisation". D’après RFF, ce sont 119 quais qui sont concernés dans la Région, pour un montant de travaux de l’ordre de 5 millions d’euros.

Payeur mais pas propriétaire

A la veille des discussions parlementaires sur la réforme ferroviaire, l’affaire permet à Jean-Jack Queyranne, qui a été à l'origine de la création de l'association d'étude sur le matériel roulant (AEMR), de monter au créneau. "Les Régions paient le matériel dont elles ont besoin mais ne maîtrisent pas les appels d’offres, ne fixent pas les normes techniques et n’en deviennent pas propriétaires". Pas très cohérent, effectivement !

D.D.
@didierldurand

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu