Avertir le modérateur

09/03/2016

Lyon-Turin: comment éviter la mafia?

http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/savoie/lyon-...

Mardi 8 mars, c'est un point qui aurait pu passer inaperçu au sommet franco-italien de Venise, mais la mafia s'est invitée dans les débats! On a beaucoup insisté sur "la priorité" que représente la ligne ferroviaire Lyon-Turin... sans "infiltrations mafieuses". 

  • Par Franck Grassaud
  • Publié le 09/03/2016 | 15:58
Percement de la descendrie en 2008 © AFP

© AFP Percement de la descendrie en 2008

Ce que François Hollande et Matteo Renzi ont signé à Venise, c'est un "Protocole additionnel sur le partage et l'indexation des coûts du projet, et la lutte contre les infiltrations mafieuses dans les contrats". La mafia apparaît donc en toutes lettres dans l'accord. Mais qu'est-il prévu pour éviter qu'elle se mêle au Lyon-Turin?  

Dans un communiqué, Alain Vidalies, secrétaire d'Etat aux Transports, explique vouloir lutter "avec la plus grande fermeté contre la criminalité organisée et prévenir les risques d'infiltrations mafieuses dans le cadre de la passation et de l'exécution des contrats". Dans ce but, la Commission intergouvernementale a été mandatée pour préparer, au plus tard d'ici trois mois, un règlement des contrats qui s'inspirera "des dispositions les plus pertinentes en la matière, et notamment de celles prévues en droit italien", pour exclure les entreprise susceptibles d'être affectées par des pratiques mafieuses.

Il faut dire que les sommes en jeu sont énormes. Le coût total du projet est estimé à quelque 8,4 milliards d'euros. Il sera partagé par l'Union européenne, à hauteur de 40%, et par la France et l'Italie. La clé de répartition de ces 60% restants s'établira à 42,1% pour la France et 57,9% pour l'Italie.

18/12/2015

En perte, Deutsche Bahn lance des investissements de 55 milliards d'euros

Bonjour,

La SNCF préfère investir dans des gadgets inutiles alors que les trains sont très souvent en retard.

Nos politiques ont la priorité d'avoir leur petits TGV de leur ville pour rejoindre Paris. Forcement le TER le train de TOUS les français que l'on prendre tous les jours a pris énormément de retard. A quand un vrai plan de modernité du TER et la fin du gaspillage à très grande échelle du luxe que représente les LGV. Le Lyon-Turin coutera plus de la moitié de la somme mis sur la table par DB avec 30 milliards d'euros.

Si ces 30 milliard d'euros allait touché des millions d'usagers ça serai bien mais là ce n'est pas du tout le cas. Pire cela va gravement endommagé l'équilibre budgétaire de la France.

Eric 

 

http://www.lesechos.fr/journal20151218/lec2_industrie_et_...

Thibaut Madelin / Correspondant à Berlin et Lionel Steinmann / Journaliste |

Objectif compagnie ferroviaire allemande : 80 % trains longue distance ponctuels l'année prochaine 85 % 2020.

 Objectif de la compagnie ferroviaire allemande : 80 % des trains de longue distance doivent être ponctuels dès l'année prochaine et 85 % en 2020. - Photo Rainer Unkel/RéA

La compagnie allemande comble le manque d'investissement du passé.

Les voyageurs qui ont pris le train de 7 h 27 de Francfort pour Amsterdam sont restés bloqués jeudi 40 minutes après avoir parcouru à peine une vingtaine de kilomètres. Un cas isolé ? Non. Seuls les trois quarts des trains longue distance de Deutsche Bahn arrivent avec moins de 5 minutes de retard. Un cauchemar pour les 7 millions de passagers que transporte chaque jour Deutsche Bahn. La compagnie ferroviaire allemande veut changer cela et a annoncé jeudi un vaste programme. « Nous faisons le ménage et passons à l'offensive », a déclaré le patron, Rüdiger Grube.

Objectif : 80 % des trains de longue distance doivent être ponctuels dès l'année prochaine et 85 % en 2020. Une ambition qui a un coût. Le groupe public veut investir au total 55 milliards d'euros au cours des cinq prochaines années, dont 40 milliards dans les infrastructures. L'Etat financera quelque 35 milliards d'euros et le reste sera à la charge de l'entreprise. Pour y parvenir, le groupe envisage la cession de participations minoritaires dans ses filiales Schenker (logistique) et Arriva (international). Outre ces investissements, le groupe prévoit une restructuration, qui entraînera la suppression de 2.600 postes sur 300.000 et représente une charge financière de 2 milliards d'euros répartis entre 2015 et 2016. Rien que cette année, Deutsche Bahn table sur 2 milliards d'euros de pertes.

Parmi les priorités en matière d'investissement : le changement de 2.000 aiguillages par an, sur les 67.000 que compte le réseau de 34.000 kilomètres de Deutsche Bahn. La compagnie ferroviaire réagit ainsi à la concurrence de l'autocar, qui s'impose en Allemagne à un rythme effréné et fait ressortir les faiblesses de ses propres services, en moyenne beaucoup plus chers. De l'aveu de la direction elle-même, ces faiblesses sont aussi le fruit d'un retard d'investissement créé dans le contexte des projets de mise en Bourse de la compagnie ferroviaire, en 2008, et qui n'a été corrigé que récemment. Outre le réseau, Deutsche Bahn modernise sa flotte ou généralise l'accès wi-fi gratuit dans ses voitures.

Effort de modernisation

Ces annonces vont sans doute faire des envieux de ce côté-ci du Rhin. Si le système ferroviaire allemand va bénéficier de 55 milliards d'investissement, son homologue français traîne 45 milliards… d'endettement. Et si le gouvernement de Manuel Valls a érigé en priorité la rénovation du réseau, il a bien du mal à dégager les moyens pour poursuivre l'effort de modernisation lancé depuis quelques années après trois décennies de sous-investissement. « La France doit suivre le chemin de l'Allemagne », estimait, il y a quelques mois déjà, Jacques Rapoport, le PDG de SNCF Réseau, l'établissement public chargé des infrastructures.

Le dirigeant milite pour qu'une partie des 2 milliards d'euros qu'il doit consacrer chaque année jusqu'en 2017 à la construction des 4 nouvelles lignes TGV, soit affectée après cette date (au moins en partie) à la régénération des voies. Mais Bercy, qui voit plutôt là une occasion d'économie, ne l'entend pas de cette oreille, au point que la négociation du contrat pluriannuel que l'Etat et SNCF Réseau auraient dû conclure depuis des mois est dans l'impasse.

Ce n'est pas le seul sujet sur lequel la SNCF attend des arbitrages et des financements. Le gouvernement a promis en juillet 1,5 milliard d'euros pour remplacer les trains Corail à bout de souffle des lignes Intercités (les liaisons nationales hors TGV), mais la commande effective se fait attendre, tout comme les décisions sur l'avenir des trains de nuit, ou d'autres lignes chroniquement déficitaires, qui coûtent chaque année des centaines de millions à l'entreprise publique.

Thibaut Madelin, Les Echos
Lionel Steinmann, Les Echos

27/11/2015

Elections régionales | Transports et économie : Quelle doit-être la priorité ?

Bonsoir,

France 3 Alpes via son émission "La Voie et libre" nous invite à donner notre avis sur les transports dans la nouvelle région Rhône - Alpes - Auvergne dans le cadre des élections régionales.

C'est un très bon moyen de pouvoir nous exprimer sur notre ligne malade en Y Lyon - Grenoble - Chambéry.

Je vous encourage donc à donner votre avis.

Il est pénible que le sujet du Lyon -Turin qui une gabegie à 30 milliards d'euros revienne encore au galop sachant que notre ligne manque cruellement de financement et de vraies modernisations avec une troisième voie ou des travaux sans cesse repoussés aux calendes grecques car ce n'est pas la priorité.

Si tous les jours les actifs de la région rencontrent énormément de mal à se rendre sur leur lieu de travail cela a un gros impact sur le développement économique. Les entreprises seront beaucoup plus intéressées si les transports fonctionnent correctement et si ils sont performants. Les entreprises financent elles aussi 50% des frais de transports collectifs http://travail-emploi.gouv.fr/informations-pratiques,89/l...

Plusieurs usagers de notre ligne malade pour diverses raisons, incompatibilité avec leur travail et/ou leur vie familiale ont été contraints de reprendre à contre-cœur la voiture. C'est une forte contradiction de la COP21 et nos émissions de gaz à effet de serre et la pollution dans nos villes. Cela coute cher au niveau de la santé.

Eric

 

 

http://france3-regions.francetvinfo.fr/rhone-alpes/electi...

La programmation de La voix est libre a subi quelques bouleversements en raison des derniers événements parisiens. L'émission reprend son cours samedi à 11h00 avec deux grandes thématiques au coeur du débat : les transport et l'économie. Dites nous quel chantier doit être prioritaire ?

  • Par Kathleen Garon
  • Publié le 23/11/2015 | 16:43, mis à jour le 23/11/2015 | 16:43
© MaxPPP / CC

© MaxPPP / CC

Parmi les domaines de compétence du conseil régional on compte en autres le développement économique (en particulier le soutien à l'innovation, au développement des entreprises à l'international) et l'organisation des transports ferroviaires régionaux. Deux piliers du bon fonctionnement de la vie collective et garant du dynamisme régional.

Nous vous invitons à dire quels sont, selon vous, les grands chantiers que la nouvelle assemblée devra privilégier dans ces deux domaines via le formulaire publié ci-dessous?  Vous pourrez également réagir en direct pendant l'émission via #électionsaura

Dans la future région Auvergne-Rhône-Alpes, un quart de l'emploi sera concentré sur la zone d'emploi de Lyon. Comment dynamiser un vaste territoire dans lequel près de 30% de la population vit dans une commune classée en zone de montagne ? Comment favoriser le développement économique du Massif Central ? Comment assurez un équilibre des territoires entre l'est et l'ouest de la région ? Quels domaines économiques doivent devenir une priorité ?
Lyon-Turin, Contournement Ferroviaire de l'Agglomération Lyonnaise, Projet ferroviaire d'accès alpins Lyon-Chambéry-Turin, organisation du trafic TER au quotidien du Massif central aux Alpes...  quelle est pour vous la priorité de la région Auvergne Rhône-Alpes en matière de transport ?

Avis à donné en bas de cette page :

http://france3-regions.francetvinfo.fr/rhone-alpes/electi...

Nous avons conservé les propositions précédemment recueillies lors de nos deux sondages (publiés le 10 et le 17 novembre). Elles viendront compléter cette nouvelle enquête. L'ensemble sera présenté au cours de l'émission samedi par Philippe Bette. Vous pourrez également commenter le propos des invités via #électionsaura

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu