Avertir le modérateur

13/05/2013

Lyon-Turin : chute du trafic de camions selon les opposants

http://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Actualite/Actuali...

Par Steven Belfils

Publié le 10/05/2013  à 09:49

Selon les opposants au projet de liaison grande vitesse Lyon-Turin, le trafic poids lourds entre la France et l'Italie a diminué de 6,17% depuis le début de l'année.

Lyon Turin ()

Quatre mois de baisse consécutive du trafic de camions dans les Alpes. Voilà ce qu'avancent les opposants au projet de ligne grande vitesse Lyon-Turin. Selon eux, depuis le mois de janvier 2013, le trafic des poids lourds accuse une baisse, tant dans le tunnel du Fréjus que dans celui du Mont-Blanc, pour atteindre une baisse cumulée à fin avril de 6,17% par rapport à 2012.

"Les échanges entre la France et l'Italie plafonnent et diminuent structurellement", commente le collectif, qui souligne que ces chiffres confirment la tendance baissière des transports sur l'axe Est/Ouest dans les Alpes franco-italiennes depuis 1994, "avec un niveau actuel proche de celui de 1987".

Et le collectif de dénoncer l'explosion des coûts liés aux études, passé de 371 millions d'euros à 901 millions d'euros, comme le soulignait il y a peu la Cour des comptes.

"L'arrêt immédiat de ce projet est une absolue nécessité et une mesure de bon sens", martèlent les opposants au Lyon-Turin. Ces derniers demandent que la ligne existante "soit au moins utilisée pour le transport de 10 millions de tonnes de marchandises, ce qui était le cas en 1983, bien avant la modernisation qui a coûté plusieurs centaines de millions".

10/05/2013

« Si quelque chose bouge en ce moment, c’est dans les rangs de la contestation

Bonjour,

Le Lyon Turin sera bien pire que le tunnel sous la manche car les Italiens ont d'autres routes moins couteuses pour rejoindre le reste de l'Europe.

Il existe d'autres lignes de chemin de fer pour rejoindre l'Italie comme Ventimille.

Notre ligne, la plus utilisé de Rhones Alpes mériterait des travaux bien moins couteux que ce projet dépassés farfelus et exorbitants.

La France et encore moins l'Italie n'a pas les finances des monarchies du golfs pour se lancer dans ce genre de projets farfelus.

Cordialement,

Eric

http://www.ledauphine.com/economie-et-finance/2013/05/09/...

Le projet de l’enquête publique du printemps prévoit 140 km de voie ferrée entre Lyon et Saint-Jean-de-Maurienne, avant 85 kilomètres de tunnel jusqu’à Turin. Il prévoit une ligne de voyageurs et de marchandises entre Grenay et le nord de Chambéry. Le DL/Sylvain MUSCIO

Le projet de l’enquête publique du printemps prévoit 140 km de voie ferrée entre Lyon et Saint-Jean-de-Maurienne, avant 85 kilomètres de tunnel jusqu’à Turin. Il prévoit une ligne de voyageurs et de marchandises entre Grenay et le nord de Chambéry. Le DL/Sylvain MUSCIO

« Si quelque chose bouge en ce moment, c’est dans les rangs de la contestation. » Allusion du maire de Chimilin, Robert Arbaretaz, au virage à 180° pris par le député savoyard Dominique Dord, devenu, comme lui, anti-Lyon-Turin.

Car si le projet, dont le tracé griffonne largement le Nord-Isère, cristallise de plus en plus la contestation, il rôde toujours un grand méchant flou. La nouvelle ligne, dont on parle depuis 1991, n’a jamais cessé de prendre du retard. Et maintenant il faudrait mettre 30 milliards.

N’empêche, depuis la fin de l’enquête publique, en mars 2012, la révolte a germé tout le long du parcours : Saint-Didier-de-la-Tour, Cessieu, La Tour-du-Pin, Chimilin, Romagnieu, Avressieux… Un projet « inutile, ruineux et dépassé », le verdict des “anti” est sans appel.

Contre-enquête à l’appui, Daniel Ibanez et Olivier Cabanel, de la Coordination contre le Lyon-Turin, disent qu’une modernisation de la ligne historique suffirait largement à répondre aux besoins des voyageurs comme des transporteurs.

Pas encore de déclaration d’utilité publique

« La commune a acheté 30 hectares de terrains dont elle ne peut rien faire, déplore le maire de Chimilin. Ils sont bloqués par l’État. » Lui, citant une opinion publique « majoritairement contre » évoque un projet « catastrophique autant du point de vue environnemental qu’économique ». Argument : « Le doublement annoncé du volume de marchandises en transit n’a pas eu lieu ».

Des expropriations ? Des maisons détruites ? « Nous n’en sommes pas encore là, tempère Daniel Ibanez. La déclaration d’utilité publique (DUP) n’a pas encore été prononcée, et notre position est justement de démontrer que ce projet n’a aucune utilité publique. » Évaluant la perte de surface agricole à 1500 hectares, surfaces de France et d’Italie mêlées, il décrit d’ores et déjà « le même désastre financier qu’Eurotunnel ».

71 communes du Rhône, de l’Isère et de la Savoie sont concernées par le tracé. « Tout est bloqué depuis 22 ans, tonne Olivier Cabanel. On ne peut ni vendre, ni construire dans certaines zones. » Une autre source indique que le prix de l’immobilier aurait chuté de 30 % dans les territoires que doit traverser la ligne Lyon-Turin.

Opposant une mobilisation pacifique aux actions coup-de-poing, parfois violentes, des “No Tav” italiens, les adversaires français du nouvel axe ferroviaire multiplient réunions publiques et opération symboliques, en marge de manifestations de masse. Et ils n’ont pas dit leur dernier mot.

Des opposants à la nouvelle ligne Lyon/Turin portent plainte : nouveau retard pour le chantier ?

http://www.ledauphine.com/economie-et-finance/2013/05/09/...

La première étape Lyon-Chambéry serait de réaliser une ligne mixte voyageurs-fret avec 78 km de voie nouvelle, permettant au train de passer à 220 km/h et au fret à 120 km/h. La 2e étape serait la réalisation d’une voie pour le fret entre Avressieux et Saint-Jean-de-Maurienne, passant sous la Chartreuse. Infographie DL

La première étape Lyon-Chambéry serait de réaliser une ligne mixte voyageurs-fret avec 78 km de voie nouvelle, permettant au train de passer à 220 km/h et au fret à 120 km/h. La 2e étape serait la réalisation d’une voie pour le fret entre Avressieux et Saint-Jean-de-Maurienne, passant sous la Chartreuse. Infographie DL

Lyon-Turin épisode 10, épisode 15, épisode on ne sait plus combien. Le projet, qui aurait déjà dû voir le jour si l’on se fie aux prévisions émises dans les années 90, pourrait essuyer un nouveau retard.

Des opposants à la ligne TGV viennent de porter plainte contre X auprès du parquet de Paris, après la divulgation dans les médias italiens de l’estimation du montant de creusement d’une partie du tunnel transfrontalier, avant même l’appel d’offres.

Actions de protestation

« Cette divulgation de l’évaluation interne de la société Lyon-Turin ferroviaire est interdite et porte préjudice à l’intérêt public en limitant la compétition à la baisse, » a commenté un signataire de la plainte. Cette révélation empêcherait « le libre fonctionnement de la concurrence ».

Autre recours : l’enquête publique a été attaquée par la coordination des opposants au Lyon-Turin. Eux jugent notamment qu’elle « manque d’objectivité », arguant aussi qu’elle présenterait « un conflit d’intérêts ».

Cette coordination se montre de plus en plus active face à la ligne ferroviaire, ce qui ne facilitera pas sa réalisation. Outre les réunions publiques (Chimilin, La Motte-Servolex)… elle prévoit d’envoyer une délégation à Notre-Dame-des-Landes, au “forum européen des grands projets inutiles”. Des opposants seront également présents en marge d’étapes du Tour de France.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu