Avertir le modérateur

21/03/2015

Pic de pollution à Grenoble : le ticket unique mis en place ce samedi

http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/2015/03/20/p...

Le bassin grenoblois est à nouveau en alerte pollution depuis hier. Samedi 21 mars, la Métro met en place le ticket unique. Toute la journée vous pourrez voyager avec le même titre de transport sur le réseau TAG. C'est la deuxième fois en quatre jours que le dispositif est déclenché.          

  • France 3 Alpes
  • Publié le 20/03/2015 | 16:39, mis à jour le 21/03/2015 | 09:49
Depuis la veille, l'agglomération grenobloise est exposée à un dépassement des seuils de la réglementation européenne en matière de concentration de particules fines (50 microgrammes/m3). Ce vendredi 20 mars, l'ensemble des balises dépassent le seuil de 80 microgrammes/m3 sur tous les points de mesure de la Métropole.

La SMTC a décidé d'activer la mesure du ticket à l'unité valable toute la journée du samedi 21 mars sur le réseau TAG. 

Après sa validation, un ticket à l'unité, normalement valable une heure, donnera ainsi droit à une journée entière de libre circulation sur le réseau TAG.

Par ailleurs, la Metro annonce avoir saisi le Préfet de l'Isère pour la mise en oeuvre immédiate de la réduction de vitesse à 70 km/h sur l'ensemble du territoire de la métropole grenobloise. Une cellule de crise pourrait être mise en oeuvre avec les services préfectoraux.

01/03/2015

Pépy veut réduire les coûts

http://www.quechoisir.org/transport/train-route/actualite...

01 mars 2015

Pour le président de la SNCF, la baisse des tarifs des billets de train passe forcément par une baisse des coûts et une remise à plat de l’organisation du travail qui pourrait relancer le débat explosif sur la progression singulièrement rapide des rémunérations à la SNCF.

cheminots

Pour baisser les prix des billets de train, il faut « réduire les coûts », ce qui suppose de « mettre à plat, avec les salariés et les syndicats, l’organisation du travail » à la SNCF, où « d’immenses gains de productivité sont possibles ». Cette fois, ce n’est pas la Cour des comptes qui le dit, mais le président de la compagnie lui-même, Guillaume Pépy, dans un entretien accordé au quotidien Les Échos du 23 février. Le langage de vérité ayant ses limites, Guillaume Pépy n’est pas allé jusqu’à la question qui fâche vraiment : pour réduire les coûts, ne faudrait-il pas jouer aussi sur les rémunérations ? Pour le dire brutalement, les salariés de la SNCF ne seraient-ils pas trop payés ?

Peu suspecte de poujadisme anti-secteur public, une commission des Assises du ferroviaire a clairement répondu par l’affirmative en décembre 2011. À la SNCF, « les augmentations salariales se sont établies, en moyenne sur les dix dernières années, à un niveau de 2,5 % par an en plus de l’inflation » (ce qui fait 4,25 % par an), ce que la compagnie « ne peut durablement supporter », sauf à « se déconnecter de son environnement économique ». La commission invitait la SNCF à « une plus grande modération salariale ». Elle relevait qu’une simple « réduction de moitié de l’écart de progression des salaires avec les entreprises du secteur privé » représenterait « un allègement des coûts d’un milliard d’euros par an au bout de 10 ans ». En imaginant que ces économies soient répercutées sur les tarifs des TGV, qui transportent environ 100 millions de voyageurs par an, cela représenterait dix euros par billet. Le tout non pas en diminuant les salaires, mais en les augmentant moins vite.

Une « progression incompressible »

La question est évidemment explosive. Comme le relevaient les Assises du ferroviaire, la dynamique des augmentations salariales est en effet largement inscrite dans le statut, auquel les cheminots sont très attachés. Ce statut organise une « progression incompressible du glissement-vieillesse-technicité », par un jeu très détaillé de quotas d’avancement et d’évolutions d’échelon. Dans le cadre de l’ouverture à la concurrence du transport de voyageur (en 2019, en principe, pour les TER), les opérateurs alternatifs comme Arriva, Transdev ou Deutsche Bahn refusent d’en entendre parler. La SNCF elle-même ne l’accorde pas aux salariés de ses filiales. Entre 2009 et 2014,  l’établissement public industriel et commercial qui est au cœur de la compagnie a perdu au moins 7 000 salariés sous statut, recrutant en parallèle dans ses filiales, mais au régime commun. Sur 250 000 salariés du groupe SNCF, 100 000 sont aujourd’hui de droit privé, dont les quelque 140 cadres dirigeants de la SNCF. Cela ne les empêche d’ailleurs pas de gagner fort correctement leur vie. Selon une étude publiée par l’Institut européen du salariat, les têtes pensantes de notre compagnie nationale étaient rémunérées en moyenne 13 000 € brut par mois en 2010. Confortable. Sauf, bien sûr, quand il s’agit d’aller expliquer à un agent à 2 800 € brut qu’il est trop payé…

Erwan Seznec (eseznec@quechoisir.org)

09:33 Publié dans Prix, SNCF, TER, TGV | Lien permanent | Commentaires (0)

28/01/2015

TER perturbés : les usagers veulent plus d’indemnités

http://www.ledauphine.com/societe/2015/01/27/ter-perturbe...

Illustration Le DL

Illustration Le DL

En décembre, les usagers des TER rhônalpins ont dû composer avec un trafic perturbé par plusieurs mouvements de grève. La direction régionale de la SNCF a annoncé un geste commercial : tous les abonnements du mois de mars seront mis en vente avec 30 % de réduction. Il est précisé que pour les voyageurs non abonnés, ce sera l’occasion de profiter d’un tarif découverte pour l’abonnement mensuel. Pour plusieurs associations régionales d’usagers (Adut, ASULGV, Adula, CODUTREBC, AUTERVR) réunies pour l’occasion, le compte n’y est pas : « Pourquoi seulement 30 %, les surcoûts subis par les usagers vont bien au-delà. Pourquoi proposer cette remise commerciale uniquement aux abonnés annuels et mensuels et non aux abonnés hebdomadaires ? ». Ces associations demandent un mois de gratuité pour tous mais aussi l’ouverture d’assises du TER réunissant toutes les parties. En cas de refus de la Région et de la SNCF, elles envisagent de lancer une grève de présentation du titre de transport.

Par F. S. | Publié le 28/01/2015 à 06:06

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu