Avertir le modérateur

09/01/2018

Que vaut la contre-attaque de la SNCF pour satisfaire les voyageurs?

https://lexpansion.lexpress.fr/entreprises/que-vaut-la-co...

Par , publié le , mis à jour le

Pagaille à la gare du Nord après une coupure électrique, décembre 2016.

Pagaille à la gare du Nord après une coupure électrique, décembre 2016. REUTERS/Yves Herman

La SNCF annonce une panoplie de mesures pour améliorer la ponctualité des trains et l'information des voyageurs. Mais leur réussite nécessite une profonde remise en cause. Pas forcément sur les rails.

Ont-ils été sermonnés? Reçus ce lundi par la ministre des Transports Elisabeth Borne, le président du directoire de la SNCF Guillaume Pepy et le PDG de SNCF Réseau Patrick Jeantet ont un programme chargé pour 2018. Alors que deux incidents d'exploitation ont semé la pagaille à la gare Montparnasse au cours de l'année écoulée, ils se sont engagés à renforcer "les trois fondamentaux" de l'entreprise, selon le communiqué du ministère: soit sécurité, ponctualité du service, et information des voyageurs. 

C'est à dire? Il s'agit avant tout de déployer le programme Rob.In (robustesse et information voyageurs), lancé officiellement le 11 septembre dernier après qu'un rapport d'experts internationaux a dénoncé au début du mois de juillet les "difficultés structurelles" de l'entreprise à satisfaire ses clients.  

La robustesse, dans le lexique ferroviaire, c'est la capacité à rendre un service fiable et ponctuel. Une gageure, dans le contexte du vieillissement du réseau, qui entraîne des dysfonctionnements imprévisibles, et des travaux nécessaires à son entretien, qui perturbent de façon programmée la circulation des trains. 

Circulation des trains: à la recherche du bon chef de gare

"Aujourd'hui chaque activité de SNCF Mobilités à ses propres parcours de production de trains: l'organisation est parcellisée entre le TGV, les TER, les Intercités et le fret. Chacun est dans son tube, plus personne ne se parle. Le programme Rob.In consiste à synchroniser les différents plans de transports pour améliorer la circulation de l'ensemble des trains", explique Véronique Martin, élue CGT au conseil d'administration. 

Il s'agirait donc de retrouver un chef de gare. Dans leur rapport, les experts suggéraient de confier à SNCF Réseau la responsabilité de l'exploitation du réseau. "La réforme de 2014 a commis une erreur en confiant la responsabilité du réseau à SNCF Mobilités", accuse Jean Lenoir, vice-président de la Fédération Nationale des associations d'usagers des transports (Fnaut), "dans la situation actuelle, chacun privilégie ses propres trains. SNCF Mobilités n'est pas bien placé pour trouver l'optimum. Par contre SNCF Réseau, qui a une vision d'ensemble et qui vit des péages, a tout intérêt à améliorer la circulation des trains. Surtout dans l'optique de la prochaine ouverture à la concurrence." 

Faute de coordination, le réseau français est sous-exploité à hauteur de 30% par rapport à ceux de nos voisins européens, selon la Fnaut. Dès la mi-juillet, la SNCF avait promis "d'inscrire les recommandations des experts dans la réalité avant l'été 2018." Mais pas un mot sur une prédominance de Réseau sur Mobilités dans le communiqué paru à l'époque. Il évoquait simplement une responsabilité conjointe. De fait, comme Guillaume Pepy est à la fois président du directoire de la SNCF et PDG de SNCF Mobilités, cette dernière entité prime. "La présidence du directoire devrait aller à SNCF Réseau", critique Jean Lenoir. 

Information voyageurs: une appli SNCF mais pas de miracle

Quelles nouveautés du côté de l'information aux voyageurs? Ce lundi, les dirigeants de la SNCF ont promis un "affichage systématique et lisible dans toutes les gares concernées" de tous les travaux ayant des conséquences sur la circulation des trains, un "indicateur de gravité des incidents d'exploitation du réseau affectant les voyageurs", et un rapport quotidien sur la régularité des trains TER, Transilien, Intercités et TGV.

Des "mesures complémentaires" par rapport au Rob.In, qui misait avant tout sur le perfectionnement de l'appli SNCF pour les smartphones. "L'appli, la solution miracle censée tout résoudre quand on ne sait pas quoi faire, alors qu'un tiers des Français ne maîtrisent pas l'usage des smartphones", raille Jean Lenoir. "L'entreprise mise sur l'appli, mais en cas de situation perturbée, les usagers préfèrent avoir de vrais agents en face d'eux", assure Véronique Martin. Encore faut-il que ceux-ci disposent d'informations fiables, ce qui n'était pas le cas pour les deux incidents de la gare Montparnasse.

GRAND ANGLE - SNCF: La colère des usagers

http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/grand-angle-sncf-l...

"On attend avec angoisse le sms qui va nous avertir que le train aura 5 à 10 minutes de retard ", Patrice Belvègue, ingénieur et usager du réseau SNCF en région Rhône-Alpes, vit aux rythmes des pannes et des ralentissements des trains. Et pour cause, l’âge moyen des voies ferroviaires est de 33 ans en France, deux fois plus qu’en Allemagne. "Les gouvernements successifs ont préféré mettre l’accent sur les nouvelles lignes TGV au détriment de l’entretien du réseau", explique Hervé Maurey, sénateur de l’Eure. Les pouvoirs publics et la SNCF tentent de corriger le tir: 5 milliards d’euros ont été investis cette année pour l’entretien et la modernisation du réseau.

Mise en ligne le 08/01/2018

http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/grand-angle-sncf-l...

 

05/01/2018

Difficultés de la SNCF : la CGT dénonce des moyens "humains, matériels ou financiers" insuffisants

http://www.boursorama.com/actualites/difficultes-de-la-sn...

Boursorama avec AFP le , mis à jour à 13:32

Le syndicat demande à l'État de fixer une feuille de route claire à la direction de la SNCF.

Après la fin d'année noire vécue par la SNCF, l'heure est au bilan. Et pour la CGT, les déboires de la compagnie ferroviaire sont dus à une insuffisance des moyens "humains, matériels ou financiers" au sein du groupe public ferroviaire. Elle entraîne des "difficultés croissantes" pour les cheminots et les voyageurs, a indiqué jeudi 4 janvier le syndicat.

"Enfermée dans sa politique, la direction estime que ce n'est pas une question de moyens mais d'organisation et de processus. (...) Le sujet des moyens, qu'ils soient humains, matériels ou financiers, est pourtant crucial et structurant pour l'entreprise de service public qu'est la SNCF", estiment dans un communiqué les membres de la CGT siégeant aux conseils de surveillance et d'administration de la SNCF.

"L'ÉTAT DOIT JOUER SON RÔLE"

"Si l'on veut retrouver un système ferroviaire sûr, ponctuel et fiable, l'État doit pleinement jouer son rôle", en trouvant une solution au "problème de la dette liée au financement des infrastructures qui pèse lourdement sur la SNCF" et en fixant "une feuille de route ambitieuse et claire à la direction", ajoutent-ils.

Ces administrateurs syndicaux s'expriment alors que le président de la SNCF, Guillaume Pepy, et le PDG de SNCF Réseau, Patrick Jeantet, sont convoqués lundi par la ministre des Transports Élisabeth Borne pour évoquer les incidents survenus en décembre dans des gares parisiennes.

"DÉVELOPPEMENT DE LA SOUS-TRAITANCE"

Cette série d'incidents, qui a perturbé le trafic dans trois gares, est en grande partie due aux nombreux chantiers en cours sur les voies ferrées, après des années de sous-investissement. Une panne géante avait été provoquée, selon la SNCF, par un "bug informatique" le 3 décembre à Montparnasse, avant une panne électrique le 11 dans cette même gare, puis une grande pagaille due à "une affluence de voyageurs bien supérieure à la capacité des trains" le 22 à Bercy, et enfin une autre panne électrique le 26, cette fois à Saint-Lazare.

"Au fil des ans et des politiques menées", "de restructurations en réorganisations", la SNCF "s'est éloignée du niveau de qualité et de ponctualité qui faisait (s)a réputation", accuse la CGT, dénonçant la "contraction de la masse salariale (effectifs et salaires)" et le "développement de la sous-traitance".

"ABSENCE D'INVESTISSEMENT"

De son côté, le syndicat SUD Rail a réclamé dans un communiqué le départ de M. Pepy et estimé que "le gouvernement doit revoir sa politique ferroviaire".

"La cause réelle de ces dysfonctionnements et des conséquences induites sur le trafic réside bien dans la structuration de la SNCF elle-même, mise en place par la loi du 4 août 2014 et par l'absence d'investissement dans le réseau classique au profit du développement irréfléchi de la grande vitesse (logique portée en interne par le président Pepy depuis de longues années)", ajoute SUD Rail.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu