Avertir le modérateur

27/01/2011

Comme les abonnés aux TGV, les usagers des TER menacent de faire grève

http://www.ledauphine.com/haute-savoie/2011/01/25/comme-l...

En Rhône-Alpes, le mouvement de grève de présentation des titres de transports n’est pas encore totalement organisé. Le DL / Archives Sylvain MUSCIO

En Rhône-Alpes, le mouvement de grève de présentation des titres de transports n’est pas encore totalement organisé. Le DL / Archives Sylvain MUSCIO

Si la grève de présentation des titres de transports, particulièrement active dans les TGV de certaines régions, n’a pas encore touché les TER de Rhône-Alpes, les braises couvent.

« Plusieurs centaines d’usagers (de TER) ont commencé à observer ce mouvement illimité, notamment à Lyon », a indiqué à l’AFP, Willy Colin, de l’association d’usagers Avuc, basée au Mans.

Les grévistes sont invités à payer leur billet mais à refuser de le présenter.

Si quelques usagers lyonnais ont été repérés, le mouvement de grève n’est pas encore officiellement organisé dans la région. Les différentes associations d’usagers de Rhône-Alpes ont décidé d’attendre que soit annoncé comment seraient concrètement utilisés les 3 millions d’euros de pénalités de la SNCF, avant de se lancer.

En attendant, l’association dauphinoise des usagers du train (Adut) a demandé un rendez-vous aux différents acteurs du dossier.

« Parce que, pour le moment, les annonces ne vont pas dans le bon sens, estime le président de l’association, Patrice Belvègue. La SNCF semble vouloir mieux informer les usagers des aléas, alors que nous demandons, avant tout, qu’il y ait moins d’aléas! »

par la rédaction du DL le 26/01/2011 à 05:00

24/01/2011

ça bouge !

Nous étions à un point de rupture la semaine dernière... Mais en fin de semaine dernière, alors que les associations d'usagers en Rhône-Alpes mettaient en place une action pour montrer notre détermination, M. Queyranne a annoncé  vendredi 21 janvier que les sommes perçues par le Conseil Régional suite au non respect par la SNCF de ses engagements de service (ponctualité non respecté, etc) allaient être utilisées pour améliorer la Qualité de nos lignes.

Aujourd'hui, lundi 24 janvier, M. Queyranne va donner la liste de 10 projets qui devraient bénéficier de cette somme.

De plus, comme de nombreuses réunions sont planifiées cette semaine entre le Conseil Régional, la SNCF, RFF et les associations d'usagers, le mouvement prévu de "refus de présentation des titres de trabsport" devrait être reporté dans l'attente des premiers échanges.

Néanmoins, un communiqué commun est en préparation par l'ensemble des associations, et les associations préparent pour chacunes de leurs lignes des courriers spécifiques.

Vous pouvez lire le courrier envoyé par l'ADUT pour demander une réunion de mise en en place au plutôt des actions.

De même, n'oubliez pas la réunion de demain soir, mardi 25 janvier 18h30 à La Tour du Pin salle des greniers des Halles, dont le sujet est le Service 2012.

Les prochaines réunions sont :

- le 1 février, le RDV RER pour le bassin grenoblois et la ligne Lyon-Grenoble à 18h00 à Grenoble IUT2 place Doyen Gosse,

- le 16 février, la réunion de préparation du Comité de ligne 18 à Aix-les-bains Espace régional à 17h30,

- le 18 février, la réunion organisée par M. Delaitre SNCF, directeur des TER en Rhône-Alpes. Réunion qui sera suivie l'après-midi par une réunion entre associations d'usagers,

- sans oublier la réunion de travail du 25 janvier entre certains membres de l'ADUT et M. Faveau, responsable de ligne, qui sera accompagné d'autres membres de la SNCF.

A suivre !

10/01/2011

Drame sur les rails à Montluel : "il va y avoir d'autres morts"

http://lci.tf1.fr/france/faits-divers/2011-01/drame-sur-l...

Par Franck Lefebvre-Billiez, le 10 janvier 2011 à 12h21, mis à jour le 10 janvier 2011 à 16:14

 

Témoignage - Après la mort d'un adolescent dans cette ville de l'Ain, fauché par un TER, les proches de la victime dénoncent la sécurité insuffisante de la gare. Et ils annoncent leur intention d'attaquer en justice.

Le funérarium de Montluel est en face de la gare : lorsqu'un train passe, les vitres tremblent. C'est sur les voies, à quelques mètres de distance à peine, qu'Antoine Mauresa, 16 ans, a été fauché ce week-end par un TER. Il était 19h25, vendredi soir ; scolarisé à l'internat de Belley, à un peu moins d'une centaine de kilomètres à l'est de Lyon, il venait de rentrer en train à Montluel, à 25 km au nord-est de l'agglomération lyonnaise. Il est descendu de son TER pour rejoindre le quai... et a été aussitôt fauché par le Lyon-Annecy qui passait sur la voie voisine à 90 km/h. Près de trois jours plus tard, les traces de l'accident sont toujours visibles sur les voies ; et dans le funérarium qui vibre à chaque passage de train, un homme à la voix cassée - Franck Mauresa, l'oncle de la victime - refuse les explications avancées par la SNCF.

Le lycéen avait-il des écouteurs sur les oreilles ? La conductrice du Lyon-Annecy a désespérément tenté de freiner, et ses coups de klaxon n'ont pas suffi à avertir l'adolescent du danger. Mais pour les proches d'Antoine, la question n'est pas là. "Cette gare est très dangereuse", dénonce sa tante Nicole, indignée qu'on puisse suggérer que l'adolescent est mort "par sa faute". L'oncle d'Antoine, lui, s'interroge : "alors, si un passager est sourd, il ne peut pas prendre le train ?". Et il annonce : "On va attaquer, c'est sûr. On va faire un procès. Pas pour l'argent ; mais si ça peut éviter un malheur pareil à une autre famille, il faut le faire".

Une succession de problèmes

Les conditions de sécurité de cette gare ont déjà été largement dénoncées. Pas de passage souterrain ni de passerelle : les passagers qui débarquent des trains les plus éloignés des quais n'ont d'autre choix que d'emprunter une allée qui passe au beau milieu des rails. Ce qui est le cas de nombreuses petites gares ; mais le danger est accru par la vitesse des trains, particulièrement élevée à Montluel, et par une signalisation insuffisante : trois pictogrammes rouges qui s'allument vingt secondes avant l'arrivée d'un train, sans signal sonore. Autant d'éléments qui font de Montluel "la gare la plus dangereuse de la région", selon l'Adula, l'association des usagers de la ligne Lyon-Ambérieu. Selon les premières constatations, ces fameux signaux rouges ont fonctionné vendredi soir ; pour le reste, la gendarmerie se refuse à communiquer, se contentant de souligner qu'une enquête judiciaire a été diligentée par le parquet de Bourg-en-Bresse.

Les lacunes de la gare sont reconnues du côté de la SNCF. Qui précise toutefois n'être plus propriétaire des installations depuis la mise en place de Réseau Ferré de France, désormais chargé de l'entretien des voies et des gares. Du côté de RFF, on plaide la bonne foi en évoquant un projet de passerelle qui permettrait aux passagers de ne plus avoir à descendre sur les voies : la convention de financement de cet ouvrage a été signée en mars dernier, pour une réalisation prévue en 2012. Pas de quoi convaincre Franck Mauresa. Les subtilités du partage des compétences entre SNCF et RFF ne l'émeuvent pas : "Il faut qu'ils fassent quelque chose", s'indigne-t-il. "C'est l'idiotie de tout le monde qui a tué Antoine, à 16 ans ! On n'admet pas que la SNCF se contente de dire qu'il avait ses écouteurs sur les oreilles. C'est inadmissible que des trains passent aussi vite en pleine gare alors qu'on débarque des passagers. Tous les jours, il y a des jeunes qui prennent ce train... il va y avoir d'autres morts, c'est sûr".

Car la mort d'Antoine Mauresa n'est que le dernier épisode, le plus dramatique, d'une longue série de dysfonctionnements ferroviaires dans la région. La ligne Lyon-Ambérieu-Culoz, sur laquelle se trouve Montluel, cumule depuis longtemps les critiques et c'est justement pour cela qu'a été créée l'Adula. Les usagers dénoncent pêle-mêle des lignes et un matériel mal entretenus, des trains bondés ou supprimés sans préavis, des retards à la chaîne, un personnel insuffisant, une mauvaise communication de la SNCF. Juste avant les régionales de mars dernier, la SNCF avait tenté d'apaiser la grogne avec un geste commercial. Mais les problèmes n'ont pas diminué, bien au contraire. C'est une passagère de cette même ligne qui, ayant perdu son emploi pour cause de retards répétés de trains, a attaqué la SNCF pour réclamer des dommages et intérêts. L'Adula assure avoir actuellement 20 dossiers de passagers en colère en cours auprès du médiateur national de la SNCF.

Par Franck Lefebvre-Billiez le 10 janvier 2011 à 12:21

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu