Avertir le modérateur

18/06/2014

SNCF : la grève reconduite en pleine "bataille parlementaire du rail"

http://www.france24.com/fr/20140618-france-greve-sncf-gou...

© AFP

Dernière modification : 18/06/2014

Le gouvernement a mis en garde les députés contre une "bataille parlementaire du rail" après la déposition de plus de 400 amendements concernant sa réforme ferroviaire, alors que la grève a été reconduite pour la journée de jeudi.

Alors que la grève des cheminots SNCF a été reconduite pour jeudi, la tension monte progressivement au Palais Bourbon où les députés se préparent à reprendre, mercredi 18 juin, l’examen de la réforme ferroviaire. Près de 400 amendements ont été déposés la veille par divers groupes parlementaires, faisant craindre au gouvernement une guérilla parlementaire autour de ce projet de loi préconisant la réunification de la SNCF et de Réseau ferré de France (RFF), le gestionnaire des infrastructures ferroviaires.

À l’ouverture des débats mardi, le secrétaire d'État aux Transports Frédéric Cuvillier a souhaité que les discussions ne dégénèrent pas en " une bataille parlementaire du rail", appelant les députés à "sauver et assurer financièrement la pérennité de ce qui est pour nous un modèle de service public ferroviaire national".

Le texte bénéficie du soutien du PS et des écologistes mais se heurte à l'opposition du Front de gauche et aux critiques de l'UMP. Le groupe UDI est "plutôt enclin à voter pour la réforme ferroviaire", s'il n'y a pas de "recul" au cours du débat. Le projet du gouvernement prévoit de regrouper la SNCF et RFF dans une holding publique afin de stabiliser les 44 milliards d’euros de dette du secteur ferroviaire.

Amélioration du trafic SNCF

Cette "réunification de façade" ne permettra pas de résoudre le problème de l'endettement, selon la CGT et SUD-Rail, qui représentent plus de 52 % des voix des salariés. Les syndicats ont donc décidé de continuer jeudi la grève entamée le 10 juin au soir, espérant ainsi faire monter la pression sur les responsables politiques.

Au premier jour de l'examen du texte, des manifestations se sont ajoutées à la grève dans plusieurs villes. Des cheminots ont brièvement bloqué des voies à la gare Montparnasse à Paris et à l'entrée de Nîmes. À Lyon, entre 200 et 300 d'entre eux ont investi le siège de France 3 Rhône-Alpes à Lyon pour obtenir un débat télévisé avec Frédéric Cuvillier.

Le taux global de grévistes s'est maintenu mardi à 14,1 % pour l'ensemble du personnel, presque deux fois moins que le premier jour du mouvement mercredi dernier. La SNCF dit observer "une décroissance" du mouvement "chez les conducteurs et contrôleurs", où le mouvement est le plus fortement suivi depuis le début.

Selon les prévisions de la SNCF, l'amélioration devait "se poursuivre fortement" mercredi, avec en moyenne sept trains sur dix sur les grandes lignes. Dans une première région, la Bretagne, il redeviendra normal.

Avec AFP

17/06/2014

Mercredi 18 juin 2014 (8ème jour de galère)

Bonsoir,

Non ce n'est pas le film avec Daniel Auteuil et Pascal Duquenne, mais une mauvaise série dans son 8ème épisode.

Le programme est le même que la journée d'aujourd'hui, c'est à dire une amélioration du nombre de train.

Eric

Dernière mise à jour le : 17/06/2014 à 17:20

En raison d'un mouvement social national reconductible, la circulation des TER restera adaptée mercredi 18 juin. Téléchargez ci-dessous le programme de circulation de votre ligne.

01 Grenoble - Bourgoin-Jallieu - Lyon  

Grenoble - Bourgoin - Lyon mercredi 18 juin

54 Chambéry - Lyon  

Chambéry - Lyon mercredi 18 juin

62 Grenoble - St André-le-Gaz  

 

Grenoble - St André le Gaz mercredi 18 juin

La grève à la SNCF est reconduite mercredi

http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/06/17/greve-a...

Le Monde.fr avec AFP |17.06.2014 à 10h25 • Mis à jour le17.06.2014 à 14h01

Un agent de la SNCF assiste des touristes à la gare de Lyon, lundi 16 avril 2014.

Un agent de la SNCF assiste des touristes à la gare de Lyon, lundi 16 avril 2014. | AFP/BERTRAND GUAY

La grève à la SNCF est reconduite pour mercredi, a indiqué mardi 17 juin la Confédération générale du travail (CGT). Ce sera le huitième jour de grève à la SNCF, la plus longue depuis 2010.

Le trafic ferroviaire devrait connaître une « amélioration notable » notamment sur les lignes régionales et en région parisienne, a indiqué la direction de la SNCF. Le taux de participation au mouvement s'est maintenu mardi matin à 14,1 % pour l'ensemble du personnel, selon la direction de la SNCF.

Un sondage indique que plus des trois quarts des Français (76 %) se disent opposés à la grève des cheminots de la SNCF, selon un sondage Harris interactive paru mardi dans Le Parisien-Aujourd'hui en France.

DES VOIES BLOQUÉES À MONTPARNASSE

Des cheminots manifestent à Paris, au septième jour de la grève.Des cheminots manifestent à Paris, au septième jour de la grève. | AFP/FRED DUFOUR

Plusieurs centaines de cheminots étaient rassemblés à proximité de l'Assemblée nationale, où commence, mardi après-midi, l'examen du projet de réforme ferroviaire. Portant des tee-shirts rouges estampillés « Rouge 2 rage », les manifestants étaient également vêtus de gilets fluorescents SNCF. Force ouvrière (FO) était également de la partie, de même que des représentants du Parti communiste français (PCF) et du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), dont le porte-parole, Philippe Poutou, était attendu.

En début d'après-midi, des cheminots bloquaient des voies en gare Montparnasse.

Thierry Lepaon, secrétaire général de la CGT, accuse le gouvernement et la direction de la SNCF de mentir aux Français sur la réforme ferroviaire. « Les Français ne comprennent pas [ce mouvement de grève] parce qu'on leur ment » sur ce « à quoi ils risquent d'être confrontés », a-t-il ainsi assuré sur i-Télé. Selon lui, la patron de la SNCF, Guillaume Pepy, le secrétaire d'Etat aux transports, Frédéric Cuvillier, et le premier ministre, Manuel Valls, disent à propos de la réforme qu'« il s'agit de réunifier la SNCF. En fait, c'est exactement l'inverse ».

Le texte examiné mardi prévoit une organisation complexe avec à sa tête un établissement public à caractère industriel (EPIC) nommé SNCF. Cet EPIC de tête, dit encore « EPIC mère », chapeautera deux « EPIC filles » : SNCF Mobilités — soit l'actuelle SNCF —, qui exploitera les trains, et SNCF Réseau — l'actuel Réseau ferré de France (RFF) —, qui gère l'infrastructure avec SNCF Infra.

La CGT souhaite « un service public unifié qui va permettre de répondre à l'attente des besoins de la population ; ce qui n'est pas le cas aujourd'hui », selon M. Lepaon. L'examen du projet devrait « éclairer les citoyens sur les enjeux » de la réforme : « Les députés ont une responsabilité. »

Interrogé pour savoir s'il se sent débordé par la base, M. Lepaon répond : « Non, pas du tout », soulignant avoir appelé depuis « plusieurs semaines à ce qu'il y ait irruption des salariés sur le terrain social ».

Interrogé sur le coût de la grève pour la SNCF — 80 millions, selon la direction —, M. Lepaon indique qu'il pense « d'abord » aux cheminots grévistes : « Les salariés vont perdre sept, huit jours de grève. Des familles de cheminots vont se retrouver à la fin du mois avec un salaire amputé de 25 % à 30 %. Je pense d'abord à eux. »

Jean-Marie Le Guen, le secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement, dénonce les « jamais contents » qui n'en ont « jamais assez » et prennent « en otage » les voyageurs. Sur France Inter, le responsable socialiste a pointé une « petite minorité de gens », qui « ont des problèmes entre eux ». Leur mouvement, a-t-il admis, est « très gênant pour les usagers », mais « ce conflit n'a pas lieu fondamentalement entre le gouvernement et les organisations syndicales ».

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu