Avertir le modérateur

14/09/2015

SNCF. Une voiture percute une barrière de passage à niveau et engendre des retards sur les axes Grenoble-Lyon et Grenoble-Valence

http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/isere/sncf-u...

Contrairement à ce qu'on pourrait imaginer, l'incident qui s'est produit peu après 13 heures, ce lundi 14 septembre, n'est pas un fait exceptionnel. Une voiture a percuté la barrière d'un passage à niveau entre Moirans et Grenoble, un fait récurrent selon la SNCF. 

  • FG
  • Publié le 14/09/2015 | 15:18, mis à jour le 14/09/2015 | 15:18
Illustration

Illustration

Sur son site internet, la SNCF évoque un "dérangement d'installation" pour justifier les retards qui sont allés jusqu'à 40 minutes entre Lyon et Grenoble, en tout début d'après-midi. Un automobiliste a heurté une barrière de sécurité. Problème, comme le lieu de l'impact se trouvait entre Moirans et Grenoble, ce sont deux axes qui ont été touchés: Grenoble-Lyon et Grenoble-Valence. A 14h30, les retards n'étaient plus que d'une dizaine de minutes.

08/09/2015

Un TER rate l’arrêt en gare de La Verpillière

http://www.ledauphine.com/economie-et-finance/2015/09/07/...

«Il faut le vivre pour y croire. À la SNCF, tout est possible ! » témoigne Jacques Salager, habitant de L’Isle-d’Abeau et usager du train qui, comme 150 autres passagers, a vécu un incident peu commun, hier en fin de journée sur la ligne Lyon/Grenoble.

Un “oubli” du conducteur

« Ce 7 septembre, le TER quitte Lyon Part-Dieu à 17h50, avec quelques minutes de retard sur l’horaire théorique, raconte-t-il. Vingt minutes après, le contrôleur annonce la gare de La Verpillière. Le train ralentit, mais quelle n’est pas la stupéfaction des passagers qui doivent descendre, de voir passer la gare à petite vitesse, à travers les vitres. Plusieurs personnes proches du poste de pilotage tambourinent à la porte, et hurlent : “L’arrêt ! L’arrêt !” Rien n’y fait : la gare, puis le passage à niveau passent… Quelques secondes après, les haut-parleurs diffusent un dialogue entre le conducteur et une autre personne : “-J’ai raté un arrêt…” – “C’est pas grave” – “Qu’est-ce que je fais ?” – “Tu vas à la prochaine ; t’en fais pas, c’est pas grave…” Le contrôleur nous a ensuite annoncé que nous serions déposés à la gare de Bourgoin-Jallieu où nous n’aurions qu’à prendre le train passant à 18h27, circulant en sens inverse, pour revenir à La Verpillière…

« Nous n’avons reçu aucune excuse du conducteur », regrette Jacques Salager qui poursuit : « C’est ainsi que 150 naufragés de cette “bévue” se sont retrouvés à Bourgoin-Jallieu à 18h10. Le retard initial était rattrapé ! Le train de retour était à l’heure pour nous déposer à la Verpillière à 18h34 avec, au final, 30 minutes perdues.

« Ce ne serait pas si grave si nous ne subissions pas autant d’incidents, notamment celui du 4 septembre dernier. Et que dire du niveau d’attention du conducteur et de la sécurité qui en découle ? » s’interroge cet usager quotidien de la ligne depuis 12 ans, adhérent à l’Adut, Association dauphinoise des usagers du train.

Nous ne sommes pas parvenus à joindre un représentant de la SNCF, hier soir.

07/09/2015

SNCF : trafic perturbé à Lyon

http://www.leparisien.fr/lyon-69000/sncf-trafic-perturbe-...

04 Sept. 2015, 21h28 | MAJ : 04 Sept. 2015, 23h57

ILLUSTRATION. Des problèmes de caténaires perturbent le trafic à Lyon (Rhône) vendredi depuis le début de l'après-midi. ILLUSTRATION. Des problèmes de caténaires perturbent le trafic à Lyon (Rhône) vendredi depuis le début de l'après-midi. (LP ARCHIVES/OLIVIER ARANDEL.)

Des problèmes d'alimentation électrique perturbent le trafic à Lyon (Rhône) vendredi depuis le début de l'après-midi. Une première rupture de caténaires s’était produite lors du passage d’un TGV venant de Paris dans le tunnel des Mercières, juste avant d’arriver à Lyon, vers 13h30, selon «Le Progrès».

Un quart d'heure plus tard, un TGV Paris-Montpellier qui s'était arrêté en gare de Lyon Part-Dieu a arraché pour une raison encore inconnue des catenaires sur une petite portion de la ligne Lyon-Grenoble au niveau de Grenay à la limite du Rhône et de l’Isère.

 

 

 C'est là que les TGV qui ne passent pas par la gare de Lyon- Saint-Exupéry croisent la ligne grenobloise.

Ainsi, durant  l'après-midi, les trains ont uniquement circulé dans le sens Grenoble-Lyon, et au ralenti. Au départ de Lyon, le trafic en direction de Grenoble est parfois passé par Chambéry. Des cars ont été dépêchés pour désengorger les gares sur le tracé Lyon-Grenoble, notamment à Bourgoin.

Quant aux 600 passagers du Paris-Montpellier bloqués dans le TGV, «leur transbordement ne s'est terminé que vers 19 heures. Les gares de  Lyon-Part-Dieu et de Grenoble étaient bondées en cette veille de week-end. Le chaos semblait s'être propagé à Lyon-Perrache, selon le Progrès. «A 19h30, la SNCF annonçait un mieux, mais la situation devrait encore prendre plusieurs heures avant un réel retour à la normale», selon France 3 Alpes

La réparation semblait compliquée dans le tunnel des Mercières, selon le quotidien local.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu