Avertir le modérateur

18/04/2016

SNCF: la grève du 26 avril s’annonce très dure

http://www.deplacementspros.com/SNCF-la-greve-du-26-avril...

Dimanche 17 Avril 2016

L’entrée dans le conflit de la CFDT confirme la volonté des syndicats de faire du 26 avril prochain un jour noir pour le transport ferroviaire français. Au-delà des négociations sur l’organisation du temps de travail qui achoppent et de la lutte contre la loi El Khomri, les syndicats veulent faire pression sur la direction de l’entreprise pour obtenir une revalorisation des salaires.

SNCF: la grève du 26 avril s’annonce très dure
Le sujet est explosif en interne : l’organisation du travail repensée par la direction de la SNCF déplait fortement aux salariés. Au menu de l’offre de la SNCF : un temps de travail de nuit rallongé, plus de mobilité pour les équipes opérationnelles et une répartition des jours travaillés qui englobent le week-end et les jours fériés, généralement générateurs de gros trafics.

De son côté, la CGT veut obtenir un temps de travail revu à la baisse pour les cheminots : 32 heures contre 35. Une idée soutenue par Sud, pourtant absent à cette heure du mouvement annoncé. "C’est une vision irréaliste", expliquent les spécialistes du dossier persuadés que les négociations engagées vont pourtant entrainer toute une série de mouvements ces prochains mois, "La SNCF a besoin d’optimiser son organisation pour être plus compétitive, ce qui passe par un réaménagement des horaires de travail ".

Pour les syndicats, rien ne va dans l’offre de la direction qu’elle juge inacceptable. Et la menace de bloquer la circulation pendant l’Euro de football revient sur le devant de la scène. Et une nouvelle grève se préparerait pour la mi-mai si rien n’a bougé d’ici là. Mais côté direction, les demandes syndicales sont irréalistes et pénaliseraient fortement SNCF. Il reste aux deux parties à se mettre d’accord avant le 30 juin, date butoir. Pas sûr qu’on arrive à un résultat acceptable d’ici là.

Seule certitude : autant ne pas prévoir de déplacements en train le 26 avril prochain.

16/04/2016

La ligne Grenoble-Valence perturbée par des travaux

http://www.ledauphine.com/loisirs/2016/04/15/la-ligne-gre...

Au départ de Moirans, les usagers et notamment les lycéens, doivent jongler avec les nouveaux horaires. Au départ de Moirans, les usagers et notamment les lycéens, doivent jongler avec les nouveaux horaires.

La restructuration de la gare de Grenoble n’est pas sans conséquences sur la circulation des trains. Yves Gimbert, président de l’Association des usagers de la ligne Grenoble-Valence, est bien placé pour le savoir. Sa ligne est particulièrement touchée par les perturbations. Il rappelle le contexte : « Des travaux sont effectués sous les voies dans la gare de Grenoble. Certains quais sont supprimés et donc certains trains ne passent plus. »

« Un service dégradé » pour le même prix…

À cela s’ajoutent des travaux en gare de Valence ville et des travaux de renouvellement de voies sur la ligne Chambéry-Modane qui impactent tout le sillon. Alors depuis le mois de mars, les usagers qui montent en gare de Saint-Marcellin ou Moirans jonglent avec les trains restants… ou prennent leur voiture.

« Par exemple, dans le sens Grenoble-Valence, en semaine, en partant de Saint-Marcellin, entre 6 h 02 et 20 h 10, il y a normalement 27 trains qui circulent, 13 ont été supprimés. Dans le sens inverse, sur 35 trains entre 6 h 04 et 22 h 54, 12 ont été supprimés. »

Certains trains ont également été remplacés par des bus. « Mais quand on voit le temps que met un bus ! Il vaut mieux que les usagers prennent un train qui part plus tard, ils arriveront quand même avant le bus. »

Yves Gimbert pointe également des situations précises : « Les lycéens de Moirans sont également impactés par ces modifications. Le matin, le train de 7 h 23 a été supprimé. Le mercredi, s’ils terminent les cours à 12 heures, ils doivent attendre 12 h 43 pour avoir un train, celui de 12 h 12 a été supprimé… » Le président de l’association ne manque pas de souligner : « Nous payons toujours nos abonnements à 100 % mais pour un service dégradé. Et on a découvert tout ça seulement un mois avant le début des travaux. Aucune concertation n’a été lancée. »

Les usagers vont devoir prendre leur mal en patience : les perturbations devraient durer au moins jusqu’au 1er mai.

14/04/2016

SNCF : la CFDT et l’Unsa se joignent à la grève du 26 avril

http://www.lesechos.fr/industrie-services/tourisme-transp...

Les Echos |

Un préavis grève SNCF déposé 26 avril.

Un préavis de grève à la SNCF doit être déposé pour le 26 avril. - SIPA

Un préavis de grève de 24 heures le 26 avril doit être déposé jeudi ou vendredi à la SNCF, par la CGT. La CFDT-Cheminots et l’Unsa ont annoncé leur participation au mouvement.

La CFDT-Cheminots a décidé ce jeudi, comme l'Unsa la veille, de rallier la proposition CGT d'une grève unitaire à la SNCF le 26 avril pour peser sur les négociations en cours sur les conditions de travail des cheminots.

Un « préavis commun pour une grève carrée de 24 heures le 26 avril doit être déposé aujourd'hui (jeudi) ou demain (vendredi) par la CGT », selon la CFDT-Cheminots. « On sera dans le préavis avec la CGT », avait assuré l'Unsa la veille. SUD-rail, sur une ligne plus dure, décidera lundi s'il appelle à « la grève reconductible à partir du 26 avril ou début mai ».

SUD-rail, sur une ligne plus dure à la fois pour les revendications et les modalités de grève, pourrait ne pas rejoindre le mouvement. Le troisième syndicat représentatif de la SNCF décidera lundi s’il appelle à « la grève reconductible à partir du 26 avril ou début mai », a dit à l’AFP son porte-parole Eric Santinelli. Il a déjà déposé en mars un préavis pour couvrir toute initiative jusqu’à fin mai.

Des négociations stériles

Le précédent appel conjoint à la grève des quatre syndicats représentatifs, le 9 mars, suivi par 35,5% des personnels selon la direction et, de source syndicale, par plus de 60% des conducteurs et contrôleurs, avait fortement perturbé le trafic. Le 31 mars, l’Unsa et la CFDT avaient refusé de s’associer à la grève lancée par la CGT et SUD pour ne pas « mélanger » la mobilisation des cheminots avec celle des opposants au projet de loi travail, une ligne de fracture profonde avec SUD-rail, qui ne veut « pas séparer le combat des cheminots de la lutte contre la loi travail ».

L’autre différend porte sur les négociations engagées au niveau de la branche et du groupe public sur la base d’un décret socle dévoilé en février par le gouvernement pour harmoniser les règles de travail (fret/voyageurs, SNCF/privé) avant mi-2016.

Tous les syndicats défendent un cadre social « de haut niveau ». Mais SUD-rail reproche aux trois autres d’ « abandonner la revendication centrale d’un décret socle au niveau » de la réglementation interne actuellement en vigueur à la SNCF. Une revendication taxée jeudi d’ « extrême » par l’Unsa.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu