Avertir le modérateur

07/02/2014

La SNCF veut limiter les grèves spontanées à une heure

http://www.lefigaro.fr/societes/2014/02/03/20005-20140203...

  • Mis à jourle 03/02/2014 à 17:26
  • Publiéle 03/02/2014 à 09:42
Le président de la SNCF, Guillaume Pepy

 

INFOGRAPHIE - Le président de la SNCF, Guillaume Pepy, préfère des actions symboliques, lors d'agressions d'agents, pour «ne pas pénaliser des centaines de milliers de personnes». Les syndicats sont vent debout.

Les mouvements de grève spontanés à la SNCF vont être encadrés. C'est en tout cas ce que souhaite le président de la SNCF Guillaume Pepy. Il a estimé que les arrêts de travail déclenchés spontanément par les cheminots à la suite d'une agression devraient avoir une durée symbolique au lieu de pénaliser les voyageurs pendant des heures. Mercredi, l'agression d'un conducteur avant son départ de la gare parisienne de Saint-Lazare par un homme qui refusait d'éteindre sa cigarette a été suivie de fortes perturbations du trafic pendant plusieurs heures.

«Je pense que ces mouvements d'émotion, il faudrait que ça dure une heure, symboliquement», a avancé le président de la SNCF. «Il faut tenir compte du sentiment d'émotion. Les cheminots ont des tripes; ils sont comme tous les salariés. Mais en même temps, il n'y a aucune raison de pénaliser des centaines de milliers de personnes», a affirmé Guillaume Pepy sur Europe 1.

Discussions avec les syndicats

Ainsi, le dirigeant a expliqué qu'il travaille avec les syndicats à des réponses aux salariés de la SNCF dans ce type de situation. «Qu'une délégation soit reçue par le préfet dans ces situations-là, qu'on fasse une conférence de presse avec les syndicats pour alerter l'opinion, mais pas plus d'une heure (d'arrêt, NDLR) ce serait raisonnable», a-t-il dit.

Une proposition qui laisse les syndicats sceptiques, quant ils ne sont pas carrément révulsés. «C'est complètement aberrant de faire ce genre de réflexion. Comment peut-on exiger des cheminots qu'ils ne s'arrêtent qu'une heure? Bientôt ce sera une minute de silence. Guillaume Pepy tente de culpabiliser les cheminots. C'est complètement aberrant de faire une normalisation de ce genre de situation. Je ne suis pas d'accord», explique Gilbert Garrel, secrétaire général de la CGT cheminots, au micro d'Europe 1.

Plus nuancée, la CFDT trouve normal que la direction de la SNCF cherche à minimiser le recours des cheminots au droit de retrait. «La grève n'est pas la meilleure solution, même si c'est souvent après un mouvement spontané que les cheminots ont obtenu des mesures contre les agressions. Nous souhaiterions un autre niveau de dialogue et de réelles mesures de prévention en amont. Mais une heure pour rencontrer le préfet et faire une conférence de presse, cela nous semble relever davantage de l'effet d'annonce», explique Christophe Dard, responsable de la communication de la CFDT-cheminots.

En 2013, les agressions d'agents de la SNCF ont baissé de 12%. Mais cette évolution est contrastée: les contrôleurs, qui sont les agents les plus touchés, ont vu leur situation s'améliorer nettement (-13% des agressions), de même que les conducteurs (-18%), mais elle s'est au contraire détériorée pour les agents responsables de la sûreté et ceux en charge de l'accueil des clients en gare.

infographie violences agressions agents sncf ratp

24/01/2014

SNCF : le 6 février sera-t-il un nouveau jour de grève ?

http://www.deplacementspros.com/SNCF-le-6-fevrier-sera-t-...

Dans un tract distribué aux salariés, la CGT Cheminots invite à une journée d’action le 6 février prochain. Pour autant, la centrale syndicale se contente dans un premier temps « d’appeler les cheminots à intervenir dans les établissements avec leurs syndicats de proximité et à participer aux manifestations
interprofessionnelles dans les territoires ». Selon nos sources, elle pourrait aussi inviter le personnel à cesser le travail. D’autres secteurs seraient également concernés comme la RATP ou La Poste.

14/01/2014

Les trois premiers syndicats de la SNCF demandent à être reçus par Cuvillier

http://lentreprise.lexpress.fr/gestion-entreprise/les-tro...

publié le 14/01/2014 à 14:46, mis à jour à 14:46

PARIS, 14 jan 2014 - Les trois premiers syndicats de la SNCF (CGT, Unsa et SUD Rail) ont demandé mardi à rencontrer le ministre des Transports Frédéric Cuvillier pour l'"interpeller" sur la situation de l'entreprise", les "risques" de sécurité et le projet de réforme ferroviaire.

Dans un courrier, ils sollicitent "dans les plus brefs délais" une "réunion tripartite" entre le ministre et les présidents de la SNCF et Réseau ferré de France (RFF, gestionnaire des infrastructures) que la réforme doit regrouper dans des conditions qui inquiètent ces syndicats.

Alors que le Bureau d'enquête sur les accidents a mis en cause vendredi les règles de maintenance à la SNCF dans l'accident de Brétigny-sur-Orge (Essonne), ils estiment que les "situations à risques perdurent".

"Les problèmes de sécurité toujours très présents doivent être abordés différemment", affirment-ils.

Selon les syndicats, SNCF et RFF "densifient les cloisonnements internes, pourtant à l'origine de tant de dysfonctionnements".

La question des moyens humains se pose aussi: "Il ne peut pas y avoir le même niveau de qualité et de sécurité en réduisant sans cesse les emplois", a affirmé Gilbert Garrel (CGT).

Plus généralement, les trois syndicats craignent que le projet de réforme ferroviaire, qui prévoit de regrouper la SNCF et RFF sous la houlette d'un troisième établissement public, n'intensifie les problèmes au lieu de les régler.

"Nous sommes dans une situation préoccupante. Avec ce projet, c'est l'éclatement de l'entreprise assuré", a affirmé lors d'un point presse commun Marc Baucher (Unsa). "Il faut profiter de cette réunification pour décloisonner les services", a insisté Gilbert Garrel.

Après deux grèves en 2013 (en juin et décembre) contre le projet, ils demandent au ministre des "éclaircissements sur les objectifs" de sa réforme.

A quelques mois du débat parlementaire, dont la date - après les municipales - n'est toujours pas fixée, ils lancent en outre une pétition à l'intention des parlementaires français et européens.

Par

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu