Avertir le modérateur

20/04/2018

SNCF: Pepy promet un contrat de travail "attractif" aux nouvelles recrues

http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/sncf-pepy-promet-...

 Guillaume Pepy
Le patron de la SNCF, Guillaume Pepy. - Eric Piermont / AFP

Le patron de la SNCF a assuré dans une interview à Sud Ouest que le futur contrat de travail proposé aux nouveaux entrants "ne sera pas moins intéressant". Les conditions de travail seront attractives promet Guillaume Pepy "pour attirer de nouveaux talents."

Guillaume Pepy a estimé jeudi dans une interview à Sud Ouest que le mouvement de grève des cheminots était "décalé", assurant que les futurs embauchés auront un contrat "attractif" après la fin du statut des cheminots.

Pour le patron de la SNCF, le choix du 1er janvier 2020 pour la fin de l'embauche au statut des cheminots "n'est pas une surprise" car c'est la date retenue pour la transformation du statut de la SNCF et la date annoncée pour le début de la reprise d'une partie de la dette par l'Etat.

"Nous entrons dans une période de discussions capitales dans l'entreprise et au sein de la branche ferroviaire", relève-t-il: "quelle va être la convention collective? Quel va être le nouveau contrat de travail des futurs embauchés à la SNCF? Quels efforts de formation va-t-on faire pour que les hommes et les femmes de la SNCF s'adaptent aux nouvelles mobilités, au digital et à la concurrence?"

"Le but n'est pas de faire moins mais plus pour la SNCF de demain", assure le dirigeant. "Le futur contrat de travail ne sera pas moins intéressant, il sera attractif pour attirer de nouveaux talents."

"Le mouvement de grève devient (...) très décalé"

Rappelant qu'il serait "suicidaire" pour la SNCF d'aborder la concurrence en restant de 25 à 30% plus chère que le reste du marché, il souligne qu'elle se doit d'être "plus efficace". "Mais je tiens à rappeler que cette nouvelle SNCF garde son âme et ses valeurs et surtout qu'elle reste une entreprise 100% publique", insiste-t-il.

"Nous avons dix-huit mois pour parvenir à cet objectif d'efficacité et de compétitivité", résume Guillaume Pepy. Et malgré la grève, le dialogue n'est pas rompu, selon lui. "Nous nous parlons plusieurs fois par jour." Le patron de la SNCF juge d'ailleurs que "le mouvement de grève devient (...) très décalé".

L'intersyndicale SNCF "suspend" la concertation avec Élisabeth Borne, "Elle nous a baladé pendant un mois!"

http://rmc.bfmtv.com/emission/l-intersyndicale-sncf-suspe...

20/04/2018 à 08h01

L'intersyndicale SNCF "suspend" la concertation avec Élisabeth Borne, "Elle nous baladé pendant un mois!"
 
 

Les syndicats de la SNCF quittent la concertation et demande à Edouard Philippe de reprendre la main et non plus la ministre des Transports, qu'ils désavouent.

18/04/2018

SNCF : l'Assemblée adopte très largement la réforme en première lecture

http://www.leprogres.fr/france-monde/2018/04/17/reforme-s...

Le texte ne sera pas examiné avant le 29 mai par le Sénat.

 

  • Le 17/04/2018 à 17:16 mis à jour à 18:00

 

Le projet de loi de réforme ferroviaire était soumis au vote de l'Assemblée nationale ce mardi en première lecture. Il a été très largement adopté par 454 voix contre 80. 

Le texte ne sera pas examiné avant le 29 mai par le Sénat.

Le ministère des Transports espère qu’il sera "définitivement voté au plus tard début juillet".

Bien accueilli à droite

Outre la majorité LREM-MoDem, une large majorité des LR mais aussi les élus UDI-Agir ont voté pour, tandis que les trois groupes de gauche - Nouvelle Gauche, communistes et Insoumis -, ont voté contre. Seuls 29 députés se sont abstenus.

Une "très large majorité" des députés LR avaient déjà annoncé voter en faveur du projet de loi de réforme ferroviaire ce mardi en première lecture, a annoncé le président du groupe Christian Jacob, alors que la position n’était jusqu’alors pas tranchée entre l’abstention et le vote pour.

"Nous avons toujours été favorables à l’ouverture à la concurrence", a justifié Christian Jacob lors d’un point-presse à l’Assemblée nationale, à l’issue d’une réunion de groupe en présence du président du parti, Laurent Wauquiez.

Des "fragilités dans le texte

Le groupe est aussi favorable à "l’évolution juridique" de la SNCF et à la fin du statut des cheminots, a-t-il argumenté. "Nous aurions souhaité alléger le sac à dos social (garanties pour les cheminots transférés de la SNCF à une autre entreprise ferroviaire, Ndlr), qui va plomber les entreprises" voulant concurrencer la SNCF, a-t-il précisé.

Les députés LR jugent cependant que le texte a des "fragilités" sur deux points, la reprise de la dette d’une part et le maintien des petites lignes de l’autre, selon leur chef de file, député de Seine-et-Marne.

"Quand une réforme, même largement insuffisante va dans le bons sens, on la vote dans l’intérêt du pays", a indiqué de son côté le vice-président de LR et du groupe Damien Abad à l’AFP, assurant que Laurent Wauquiez a "beaucoup poussé en ce sens".

Une opposition "ferme" mais non "sectaire" pour Wauquiez

Le président des Républicains avait déclaré sur France 2 lundi soir qu’il apportait "son soutien à la réforme du statut des cheminots et à la suppression des régimes spéciaux de retraite", même si cette dernière n’est pas dans le texte.
"L’opposition que je veux reconstruire est ferme, déterminée et défend clairement ses convictions mais elle ne sera jamais sectaire", avait ajouté le président des LR.

En revanche, un autre de ses vice-présidents, Guillaume Peltier, avait déclaré mi-mars qu’il ne voterait pas cette réforme car le projet du gouvernement ne s’attaque pas à la question du régime spécial de retraite des cheminots et ne s’engage pas clairement selon lui sur le maintien des "petites lignes".

SUD-Rail veut faire "comme avec le CPE"

A l’appel de SUD-Rail, une centaine de cheminots, rejoints par des étudiants, s’est rassemblée en début d’après-midi devant le ministère des Transports, où de nouvelles réunions bilatérales sont prévues.

"On s’en fout du vote. On veut faire comme avec le CPE (contrat première embauche en 2006 ndlr) qui a été voté mais pas appliqué", ont indiqué plusieurs d’entre eux.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu