Avertir le modérateur

15/03/2019

Bourgoin-Jallieu : Une passerelle s'installe au dessus des voies => Coupure des lignes TER du 29 mai au 3 juin 2019

Bonjour,

Merci à certaines personnes de nous avoir relayer cette information qu'ils on trouvé dans le courrier mensuelle de la ville de Bourgoin-Jallieu. La SNCF n'ayant pas encore communiqué sur le sujet.

Eric

 

Bourgoin-Jallieu - Mars 2019 - Nouvelles n°157

20190315_Nouvelles de Bourgoin 6ajjlieu - Mars 2019 N°157.pdf

https://fr.calameo.com/read/000804258a89b30af0541?page=3

Coupure des lignes TER du 29 mai au 3 juin

Enfin la SNCF prévoit une opération coup de poing du mercredi 29 Mai au dimanche 3 juin: les lignes TGVseront déviées tandis que les lignes TER seront coupées afin de permettre la pose de la structure. Un service de bus sera mis en place avec des informations spécifiques données par la SNCF pour ses usagers.

07/03/2019

LGV Lyon-Turin : l'Italie veut rediscuter de la facture

Bonjour,

Qui veut mettre un pays à plat et des générations futures avec une dette de 36 milliards d'euros pour un projet non prioritaire !

Alors que des citoyens veulent aller travailler tous les jours aller au lycée!

75% des trains de l'avant pays savoyard sont supprimés mais par contre certains veulent à tout prix nous emmener à Turin ????

Il ne serait pas très malin d'envoyer à la catastrophe l'Italie, car l'Europe suivra bêtement. L'Italie ce 'nest pas le budget de la Grèce !

Eric

 

https://www.ledauphine.com/france-monde/2019/03/07/lgv-ly...

Le gouvernement italien remet en cause la pertinence de la liaison ferroviaire à grande vitesse entre Lyon et Turin. Photo Marco BERTORELLO/AFP

Le gouvernement italien remet en cause la pertinence de la liaison ferroviaire à grande vitesse entre Lyon et Turin. Photo Marco BERTORELLO/AFP

Le gouvernement populiste italien a indiqué jeudi vouloir rediscuter avec la France et l’UE de la pertinence du controversé projet de ligne ferroviaire Lyon-Turin, ainsi que d’une éventuelle "répartition différente de ses coûts économiques". Avec une coalition divisée, le chef du gouvernement semble vouloir gagner du temps.

Le gouvernement italien estime que de récentes estimations, notamment "en matière de volume de trafic sur les rails", imposent de rediscuter avec les partenaires du Lyon-Turin "afin de vérifier s’il est toujours pertinent et, si tel est le cas, de la possibilité de répartir différemment ses coûts économiques".

"En l’absence d’accord final, de nouvelles rencontres seront nécessaires", ajoute le communiqué, alors qu'une décision définitive sur le projet, remis en cause depuis l'arrivée aux commandes de la coalition populiste, était attendue vendredi.

La coalition toujours divisée

Après un sommet gouvernemental dans la nuit de mercredi à jeudi, qui n’a pas permis de trouver un compromis, il est possible que le chef du gouvernement Giuseppe Conte cherche à nouveau à gagner du temps, alors que le dossier divise la majorité au pouvoir, formée par La Ligue (extrême droite) et le Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème).

"Si nous prenons quelques semaines de plus en tant que gouvernement pour prendre une décision, je ne crois pas que ce soit véritablement un problème", a ainsi commenté jeudi le chef de file du M5S au sénat, Stefano Patuanelli.

Une étude polémique

Vieux de plusieurs décennies, le projet de LGV vise à réduire les transports de camions pour les transférer sur le rail et à diviser par deux le temps de trajet pour les passagers, en mettant Turin à deux heures de Lyon. Son élément central est un tunnel de 57,5 km qui a commencé à être creusé dans les Alpes italiennes et françaises et dont le coût est estimé à 8,6 milliards d’euros.

Une analyse coûts-bénéfices commandée par le gouvernement italien a estimé que cette ligne présenterait "une rentabilité très négative", avec des coûts supérieurs de 7 milliards d’euros à ses bénéfices d’ici à 2059. Mais la composition de la commission d’experts et la méthodologie utilisée sont très contestées.

Par AFP | Publié le 07/03/2019 à 12:50 |Mis à jour il y a environ 1 heures

05/03/2019

Covoiturage, vélo, TER : comment vous êtes incités à changer vos déplacements

https://www.leprogres.fr/france-monde/2019/03/05/covoitur...

Le Sénat étudie à partir de ce mardi la loi d'orientation sur les mobilités qui fait la part belle aux transports respectueux de l'environnement. Les aides seront fléchées pour inciter les Français à prendre vélos, trains du quotidien et à covoiturer.

 

  • Le 05/03/2019 à 07:22 mis à jour à 08:33

 

Le Sénat étudie à partir de ce mardi la loi d'orientation sur les mobilités qui fait la part belle aux transports respectueux de l'environnement. Les aides seront fléchées pour inciter les Français à prendre vélos, trains du quotidien et à covoiturer.

Pourquoi, c'est important ?

Il n'y a plus d'argent pour les grandes infrastructures et les moyens de l'Etat seront mis à disposition des transports du quotidien les plus écologiques possibles. Cette loi doit aussi inclure les nouvelles modalités du permis de conduire.

Comment ? Le covoiturage encouragé

Les collectivités locales pourront subventionner les offres de covoiturage pour en faire une solution de mobilité. La loi leur donnera là aussi la possibilité de mettre en place des voies réservées au covoiturage ou aux véhicules les moins polluants sur les grands axes, autoroutes et périphériques.

Les trottinettes réglementées

L'usage des nouveaux engins de déplacements, comme les trottinettes électriques, va être enfin encadré. Interdiction de rouler sur les trottoirs, de prendre un passager, de se placer entre deux files de voiture, obligation du port du casque...Les sénateurs ont le choix des mesures. La vitesse ne peut être limitée en deçà de celle des autres véhicules.

Aux entreprises de financer le vélo

Un forfait d'un montant maximum de 400 euros par an (en franchise d'impôt et de cotisations sociales) sera créé pour que les employeurs puissent encourager les déplacements domicile-travail à vélo ou en covoiturage. L'Etat le mettra en place d'ici à 2020 pour ses propres agents, à hauteur de 200 euros par ans.

Quelque 350 M€ sont prévus pour financer des pistes cyclables. Si les Français qui résident à moins de 8 kilomètres de leur travail pédalaient comme les Danois ou les Néerlandais, la pollution atmosphérique seraient diminuée par 10 et les bouchons par six. 

Navettes autonomes avec prudence

Les navettes autonomes collectives devant être autorisées en 2020 sur des trajets définis à l'avance et les véhicules particuliers deux ans plus tard mais le système contraindra le conducteur à garder le contrôle du véhicule.

Voiture électrique : un plan de... charge

Pour favoriser les voitures électriques, la LOM rendra obligatoire le pré-équipement de bornes de recharge électrique dans tous les parkings de plus de 10 places des bâtiments neufs ou rénovés, et l'équipement de tous les parkings de plus de 20 places des bâtiments non résidentiels d'ici à 2025.

Le coût d'installation des bornes de recharge électrique ouvertes au public doit être "drastiquement réduit" grâce à une plus grande prise en charge des coûts de raccordement au réseau. Les aides individuelles seront étudiées dans la loi de finances.

Trains : le TER avant le TGV

La priorité en matière d'infrastructures est donnée aux transports du quotidien et à l'entretien des réseaux existants, tant ferroviaire que routier. Un effort particulier est mis sur le désenclavement des territoires, avec une enveloppe d'un milliard d'euros pour achever certains axes routiers et une autre avec les régions sur la désaturation des grands nœuds ferroviaires et aider les transports en commun. Les grands travaux ferroviaires sont réduits à la portion congrue.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu