Avertir le modérateur

06/02/2015

SNCF : Alstom livrera le remplaçant du Corail avec un an de retard

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/tran...

(Crédits : Reuters)

Fabrice Gliszczynski  |  06/02/2015, 7:27

Appelés à remplacer une partie des vieux Corail, les premiers des 34 Coradia Liner commandés en 2013, entreront dans le parc de la SNCF fin 2016 avec un an de retard en raison des difficultés rencontrées l'an dernier par un équipementier. Des discussions sur des pénalités sont en cours. Pour l'appel d'offres d'une deuxième tranche de commande, prévue en 2015, la SNCF souhaite un train "facilement mobilisable".

Départ à la retraite retardé pour les vieux Corail de la SNCF utilisés sur le réseau Intercités. La livraison des premiers Coradia Liner d'Alstom commandés en 2013 est retardée d'un an. Ils entreront dans le parc de la SNCF non pas fin 2015 comme préfu mais un an plus tard.

 

«Il y a eu un peu de retard du côté d'Alstom et les premières rames vont arriver fin 2016 au rythme de deux à trois rames par mois», a indiqué ce mardi Jean Ghedira, le directeur d'Intercités lors de la présentation d'une nouvelle offre tarifaire.

 

Soit un retard d'un an par rapport au calendrier annoncé en décembre 2013 lors de la signature de la convention du financement du renouvellement des trains d'équilibre du territoire (TET) entre le ministère des transports, la SNCF et l'agence de financement des infrastructures de transports (Afit), laquelle apporte un chèque de 510 millions (+100 millions en option) pour l'achat de ces 34 rames, mais aussi pour construire et adapter des centres de maintenance. Les premières livraisons étaient prévues au dernier trimestre 2015.

 

Pénalités

 

Interrogé ni la SNCF, ni Alstom n'ont souhaité expliquer les causes de ce retard.

 

"Nous sommes en discussion pour ajuster le nouveau calendrier de livraison", indique-t-on chez Alstom. Dans les discussions, figurent bien entendu les questions de pénalités à verser à la SNCF, précise-t-on à la SNCF.

 

Selon des sources industrielles, ce retard serait la conséquence des difficultés financières rencontrées l'an dernier par CEIT l'équipementier en charge de l'aménagement intérieur des trains, repris en septembre par Barat.

 

"Ils sont aujourd'hui en train d'absorber le retard", explique une source chez Alstom.

 

C'est donc le même problème que celui qui était intervenu sur les Regiolis (TER). Le Coradia Liner est d'ailleurs un train Regiolis adapté à des distances plus longues avec un confort amélioré.

 

Ils doivent être positionnés sur des lignes thermiques de «moyenne longue distance», comme Paris-Amiens-Boulogne, Paris-Troyes-Belfort, Bordeaux-Nantes, Nantes-Lyon, ou Bourges-Montluçon.

 

Deuxième commande en 2015

 

Cette première commande faisait partie des avancées de la convention actuelle signée entre l'Etat et la SNCF.

 

Reste la deuxième tranche pour renouveler d'ici à 2025 l'ensemble du parc Corail de la SNCF, annoncée par l'ancien premier ministre, Jean-Marc Ayrault, en juillet 2013. Un an plus tard, en juillet 2014, la SNCF a remis un rapport à la DGITM (direction générale des infrastructures, des transports et de la mer), qui fait office de cahiers des charges pour le futur appel d'offres concernant les trains des grosses lignes Intercités de la SNCF : Bordeaux-Marseille, Paris-Clermont-Derrand, Paris-Limoges, Paris-Caen-Cherbourg.  "On parle d'une commande à hauteur de 1,5-2 milliard d'euros" rappelle Jean Ghedira, précisant que la "SNCF a donné des idées précises sur le confort car, et c'est paradoxal, nos trains sont vieux, mais nos clients plébiscitent le confort". Et d'ajouter :

 

"L'idée de la SNCF est d'avoir du matériel assez rapidement mobilisable et donc de ne pas créer un train ex-nihilo"

 

"Cela peut donc être soit du matériel sur étagère qui existe déjà et qui circule ailleurs à l'étranger, soit dans le cadre de Regiolis, d'une adaptation de la plateforme actuelle", explique un expert.

 

L'industrie ferroviaire pousse pour le Regiolis d'Alstom ou le Regio 2N de Bombardier.

 

"Cette commande permettra d'éviter une catastrophe pour la filière ferroviaire", explique un observateur, "au moment où les commandes TER sont en panne et celles de TGV incertaines".

 

 Examiné il y a un an et demi pour la ligne Paris-Clermont le projet d'utiliser de vieux TGV a été abandonné.

 

 Cet appel d'offres devrait être lancé en 2015, mais précise un industriel, «le volume de rames n'a pas encore été indiqué». Il dépendra de la nouvelle carte des dessertes TET.

05/09/2014

SNCF : les trains intercités délaissés, accusent des usagers

http://www.leparisien.fr/transports/sncf-les-trains-inter...

Publié le 04.09.2014, 10h23 | Mise à jour : 10h51

Selon l'association des usagers FNAUT, la SNCF délaisse les lignes Intercités. ,

Selon l'association des usagers FNAUT, la SNCF délaisse les lignes Intercités. , | (Le Parisien/Victoria Viennet)

Fermeture de lignes, horaires mal choisis, absence de restauration... l'association des usagers des transports FNAUT accuse la de se désengager progressivement des trains Intercités, entre les TER et les TGV. La FNAUT affirme, dans un second courrier adressé au le 28 août, que le nombre de rames a diminué de 10% en quatre ans et que des lignes ont été purement et simplement supprimées.

«Depuis la fin de l’année 2010, nous constatons que l’offre s’est fortement réduite, d’environ 10 %. C’est le pourcentage du nombre de trains qui ont disparu, ce qui montre bien que la SNCF n’est pas intéressée par ce service. Ces trains sont mal exploités. Les horaires sont souvent mal choisis. Il n’y a quasiment plus de restauration. L’ensemble de l’exploitation est à revoir», s'insurge, sur Info, Jean Sivardière, président de la FNAUT. 

«Aujourd’hui, pour aller de Limoges à Lyon, on vous propose de prendre trois TER. On met une heure et quart de plus qu’avant. Pour faire comme si la ligne existait toujours, la SNCF a mis en place, l’après-midi, un service d’autocars. Et là, vous mettez un petit peu moins de sept heures pour faire le trajet», ajoute un usager interrogé sur France Info.

Dans ces conditions, la FNAUT demande au gouvernement que l’Etat joue pleinement son rôle d’autorité organisatrice des services Intercités et coordonne le train et l’autocar qui doit en être le complément et non le concurrent.

Alain Le Vern, directeur général des trains Intercités, a répondu au nom de la SNCF. «Ce chiffre est approximatif et ce n’est pas du tout ce que je constate moi-même, affirme-t-il. Il y a des trains qui ont été ajoutés parce qu’il y avait beaucoup de voyageurs. D’autres ont été supprimés, tout simplement pour faire des travaux sur les voies. Pour que les trains puissent rouler vite, il faut de la sécurité». Selon lui, conserver des trains sur certaines lignes non rentables n'est pas pertinent en raison du faible nombre de voyageurs. Un service sur route est alors mis en place. Pour l'heure, 300 destinations sont desservies de jour comme de nuit.

Le directeur des trains Intercités souligne que la stratégie de la SNCF est de créer des trains plus rapides avec des pointes à 200 km/h. «Mais si on veut qu’ils soient rapides, poursuit-il, il ne faut pas non plus nous demander qu’ils s’arrêtent tous les 15 kilomètres, nous devons desservir les pôles où il y a beaucoup de voyageurs, en complémentarité avec les TER».

Par ailleurs, la SNCF promet que les nouvelles rames commandées à Alstom commenceront à circuler dès l'an prochain.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu