Avertir le modérateur

22/09/2011

Jusqu’à 30 ans, on reste jeune à la SNCF

http://www.europe1.fr/France/Jusqu-a-30-ans-on-reste-jeun...

 Par Marion Sauveur avec AFP

Publié le 22 septembre 2011 à 18h49 Mis à jour le 22 septembre 2011 à 18h57

 
La SNCF prolonge sa carte 12-25 aux jeunes âgés jusqu'à 30 ans exceptionnellement à l'occasion du trentième anniversaire du TGV.

La SNCF prolonge sa carte 12-25 aux jeunes âgés jusqu'à 30 ans exceptionnellement à l'occasion du trentième anniversaire du TGV. © SNCF

Pour fêter les 30 ans du TGV, la SNCF repousse exceptionnellement l’âge maximal de sa carte jeune.

La SNCF permet, une dernière fois, aux trentenaires de bénéficier de la carte 12-25 . A l’occasion des 30 ans du TGV , la compagnie ferroviaire a décidé de rendre accessible temporairement sa carte de fidélité jeune, valable entre 12 et 25 ans, jusqu’à 30 ans. Toutes les précisions avec Europe1.fr.

Une carte 12-30 ans, mais pour qui ? Comme son nom l’indique, cette carte jeune est accessible à toutes les personnes âgées entre 12 et 30 ans, jusqu’à la veille de leur trente-et-unième anniversaire. Concrètement, si vous êtes nés après le 28 septembre 1980, vous pouvez donc vous la procurer.

A quoi sert-elle ? Pour 49 euros par an, les porteurs de cette carte bénéficient de réductions garanties entre -25% et -60% toute l’année sur leurs voyages en train.

Une durée et une quantité limitées. La SNCF propose cette carte de réduction jeune élargie à la vente à partir du 28 septembre et jusqu’à la fin de l’année seulement. Mais seuls 400.000 exemplaires seront mis sur le marché sur Internet, dans les gares, dans les boutiques SNCF ou encore dans les Bornes libre service. Un nombre restreint, mais calculé par le groupe "pour qu’il n’y ait pas de rupture de stocks", a assuré la SNCF à Europe1.fr. Toutefois, si toutes les cartes disparaissent rapidement, la compagnie ferroviaire pourra "pourquoi pas" réfléchir à en mettre de nouveau sur le marché.

Une carte non renouvelable. Petite particularité pour cette carte de réduction : que vous ayez 26, 28 ou 30 ans, vous ne pourrez acheter cette carte qu'une seule fois. "C’est une offre exceptionnelle", assure la SNCF, à Europe1.fr. Si le succès espéré se confirme, le groupe affirme ne pas s’être posé la question quant au renouvellement de l’opération l’année prochaine. Mais selon une source proche de la SNCF, il pourrait pourtant s’agir d’un test grandeur nature pour une éventuelle mise en place définitive.

12/05/2011

Les poupons entrent en gare à Roanne

http://www.metrofrance.com/lyon/les-poupons-entrent-en-ga...

Mis à jour 11-05-2011 19:39
La crèche peut accueillir une dizaine d'enfants.

La crèche peut accueillir une dizaine d'enfants. Photo : S.L/ Metro

C’est une première en France : la gare de la ville accueille une crèche La SNCF pourrait étendre ce dispositif à l’ensemble du territoire

Pour un peu, on oublierait presque les trains stationnés. Pas un sifflet de chef de gare ni un crissement de freins sur les rails ne vient troubler le sommeil des petits. La gare de Roanne est la première en France à abriter une crèche.
Installé dans l’ancienne bagagerie, l’établissement accueille depuis août dernier jusqu’à dix enfants, avec une amplitude horaire allant de 7 à 19 heures. “Les heures d’ouverture sont calquées sur les pics de fréquentation des trains régionaux. Elles s’adaptent aux usagers qui vont travailler”, précise Pauline Coutellier, chargée d’étude pour Garderisettes, qui a géré le projet.
Tian, universitaire et maman d’un petit Léo de neuf mois, prend régulièrement le train pour des réunions à Lyon. “Je suis souvent la dernière à venir chercher mon enfant. Cette amplitude horaire très large nous arrange bien.” “C’est du stress en moins pour les parents, explique Nathalie Gamet, directrice de la crèche. Ils partent travailler l’esprit léger. Certains viennent même à pied, ils déposent leur enfant et, une minute plus tard, ils sont sur le quai de la gare.” Pauline Coutellier poursuit : “C’est aussi un gagne temps, ils n’ont pas à faire de détour pour aller chez la nounou.”
Cette micro-crèche s’ad­resse à tous les parents, clients ou non de la SNCF. Elle entre dans une stratégie de développement de nouveaux services en gare. Une dizaine de dossiers sont actuellement en attente. Forte de son succès, la crèche de Roanne pourrait rapidement faire des émules. L’expérience devrait être étendue au réseau francilien où deux crèches seront ouvertes à l’automne.

23/12/2010

Retards et annulations à la SNCF : des motifs inavouables ?

http://www.france-info.com/economie-entreprises-secteurs-...

France Info - Mercredi 22 Décembre 2010, 12:45

Depuis le début de la vague d’intempéries, les retards s’accumulent sur le réseau TGV, et les annulations sont nombreuses sur les grandes lignes et les TER. Cela ne s’est guère apaisé, malgré la fonte de la neige et la remontée des températures.
Officiellement, toutes ces perturbations restent dues aux "circonstances climatiques exceptionnelles", selon la SNCF. Mais il y aurait aussi des motivations moins avouables par l’entreprise publique.

Rien que cette semaine, quelque 110 vitres de TGV-Est ont été brisées par des impacts de blocs de glaces : le train happe la neige qui vient s’agglomérer sous la rame. Elle se transforme en glace et lorsque deux TGV se croisent, ces blocs de glace peuvent venir frapper et briser les vitres.
Jusqu’à 23 rames ont dû être immobilisées simultanément, soit la moitié du parc de la ligne est-européenne. Et il n’y a que quelques rames de secours.

Il faut quatre heures de travaux au Technicentre Est-Européen de Pantin (Seine-Saint-Denis) pour changer une vitre. Au total, la rame est inutilisable pendant près d’une journée, le temps de la réintroduire sur le réseau. Par ailleurs, les techniciens se sont rapidement retrouvés en rupture de stock de baies vitrées neuves.

Alors, pour limiter la casse, les TGV ne roulent plus à 320 km/h - pas plus qu’à 230 km/h, contrairement aux allégations de la SNCF - mais, selon nos informations, à 170 km/h, aujourd’hui encore, bien que la neige ait fondu.
A la clé pour les usagers, des retards allant de 20 minutes à 1h30 sur certaines liaisons.

Motivations économiques

Mais surtout, imputer ces retards aux circonstances climatiques permet à la SNCF de pas avoir à dédommager les passagers.

C’est le cas aussi sur les lignes régionales :
En Champagne-Ardenne, de nombreux trains ont été annulés dans le cadre du "plan neige" de la SNCF, alors qu’il n’y avait pas le moindre flocon. Des décisions qui s’expliquent, selon un responsable CGT : si un TER est annulé, la SNCF n’a pas à verser de pénalité au donneur d’ordre, le conseil régional. Alors que s’il est en retard, l’entreprise doit indemniser.
"Il y a donc, c’est évident, des motivations économiques", affirme ce représentant syndical, à ces décisions mal comprises et peu expliquées aux clients, comme aux collaborateurs de l’entreprise publique.

Gilles Halais
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu