Avertir le modérateur

18/09/2010

La SNCF veut avancer (poussée par les usagers)

Voici des articles parus le 17 septembre dans la presse locale et dans le progrès.fr sur la volonté de la SNCF de parfaire le fonctionnement des TER.

Grande campagne d'information de la part de la SNCF.

Dans l'article de 20mn, l'ADUT s'exprime. Dans celui du Progrès, le mécontentement des usagers de Lyon-Ambérieu est relativisé en pensant qu'il y a pire sur d'autres lignes (la nôtre par exemple). Il n'empêche que ce mécontement est légitime : le service annoncé par la SNCF (sur les fiches horaires) doit être rendu, et cela, sur toutes les lignes en Rhône-Alpes (et ailleurs).

Nous désirons que toutes les améliorations se réalisent.

20100917Art_20mn.pdf

20100917Art_LyonPlus.pdf

20100917Progrès_fr.pdf

Patrice BELVEGUE vient de solliciter la SNCF pour nous préciser les points suivants qui feront l'objet d'un article du Blog :

1/ tous les moyens qui existent pour recevoir des alertes et/ou s'informer des évènements et horaires de train, et ceci de manière exhasutive,
2/ les démarches à effectuer pour pouvoir obtenir ces informations/alertes,
3/ les contacts qui peuvent aider à mettre en place ces moyens en cas de difficulté.

30/07/2010

Licenciée pour cause de retards du TER

 

L’actualité est assez chaude actuellement :

http://www.leprogres.fr/fr/region/le-rhone/rhone/article/3552024,184/Retard-sur-le-Lyon-Amberieu-elle-porte-plainte-contre-la-SNCF.html

http://www.20minutes.fr/article/586603/Lyon-David-Metaxas-La-SNCF-ne-peut-pas-se-contenter-d-encaisser-l-argent-sans-respecter-son-obligation-de-ponctualite.php

 

En plus d’un passage dans la Télévision local TLM :

http://www.youtube.com/watch?v=xAH8Ys3ptgM

Rappelons que l'année dernière d'autres cas analogues se sont produits.

Il est vrai que les retards impactent soit des conflits avec l'employeur, soit des prises d' heures de congés réduisant le nombre de journées qui devraient être consacrées autrement qu'à attendre sur un quai ou dans un train qui ne part pas etc, etc.....

07/07/2010

CR Premières Rencontres du Nord Isère

CR personnel, rédigé par Patrice BELVEGUE, du colloque organisé par le Conseil Général de l'Isère le vendredi 2 juillet 2010

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dés le début de ce colloque intitulé "Premières Rencontres du Nord-Isère", M. Colomb-Bouvard a tenu à préciser que ce colloque concernait les 5 territoires de l'Isère du Nord et non pas le Nord-Isère, et ce colloque a pour objectif de se projeter dans l'avenir de ce territoire.

Ce colloque a eu lieu dans l'amphithéatre de la nouvelle maison du CG à Bourgoin-Jallieu, en présence de 300 personnes, principalement, maires et élus des communes de ce territoire, membres du CG de l'Isère, conseillers régionaux et quelques chefs d'entreprise et représantants des syndicats et associations.
 
Le transport a été le fil rouge des 3 tables rondes du matin.
 
La 1ère qui avait pour thème "Territoires de vie", était présidée par M. André Colomb-Bouvard. Elle a permis de dresser le tableau des 5 territoires qui composent l'Isère du Nord :
- Haut-Rhône Dauphinois,
- Porte des Alpes,
- Vals du Dauphiné,
- Isère Rhodanienne,
- Bièvre Valloire.
C'est dans l'ensemble un territoire émmergeant, sauf l'Isère Rhodanienne. L'Isère du Nord concerne 400 000 personnes, 1/3 du département. Très attractif, ouvert sur 3 zones : Vallée du Rhône, Lyon et le sillon alpin. Les nouveaux arrivants choisissent le territoire pour le coût du terrain, la qualité de vie, etc.
L'urbanisation doit être revue pour être centralisée afin de réduire les coûts de transport, les coûts liées à l'eau, etc.
Les habitants veulent des services : de écoles à université, pôle emploi, services publics, et aujourd'hui les communes pour y répondre doivent se regrouper.
Les PLU doivent être compatibles avec les SCOT (Schéma d'Orientation Territoriale) établis par les politiques au niveau départemental. Il faut remettre en cause les lotissements sources de conflit entre individus et communiquer avec les habitants du territoire pour faire passer les futurs messages.
 
Les salariés travaillent pour 60% en local (Isère du Nord), 30% sur le Grand Lyon, 10% sur Grenoble et les 10% ailleurs.
L'Isère du Nord compte 180 voitures pour 100 habitants.
La population est très dispersée sur l'ensemble du territoire. Essentiellement, du péri-urbain qui nécessite beaucoup de transport par définition.
De ce fait, il faut adapter les moyens de transport à la voiture. Le tramway et autres services de type bus n'a aucun sens pour ce territoire, à moins de vouloir faire circuler des moyens de tranport peu occupés et de ce fait polluants.
 
La 2ème qui avait pour thème "Le déplacement et la mobilité", était présidée par M. Didier Rambaud, nouveau vice-président du CG de l'Isère chargé des déplacements et des transports.
Ont participé à cette tables ronde :
- Nicolas Fontaine, directeur des tranports au CG,
- Pascal Payen, président de la CC des Vallons de la Tour, CG de la Tour du Pin,
- Marc Bourgeois, MB Solutions Collectivités,
- Pierre-Olivier Boyer, président du Pôle Innovations Constructives,
- Bruno Flourens, directeur général Rhône-Alpes-Auvergne, RFF
 
La synthèse faite par le CG en début de table ronde rappelle que l'accroissement de la population est de +25% en 10 ans, et que les infrastructures existantes n'ont pas pu être entièrement modifiées pour prendre en compte cet accroissement malgrè le budget de 150 Meuros par an. De ce fait, on se retrouve aujourd'hui avec une ponctualité sur la ligne SNCF Lyon-Grenoble inférieure à l'objectif visé de 90%.
 
RFF a rappelé que le ponctualité de cette ligne ne peut pas satisfaire les usagers. Mais que pour améliorer cette ponctualité, il faut agir sur les vols de cuivre, et le nombre très élevé de PN sur cette ligne. RFF a aussi rappelé que plusieurs projets existaient et qu'ils auraient des conséquence sur l'avenir du territoire : contournement de Lyon, Lyon-Turin, Jeux olympiques d'hiver. Mais que tout ceci dépendra des dépenses publiques.
Lors de ma prise de parole, j'ai rappelé à RFF qu'ils avaient dans leurs cartons des projets qui pourraient aussi améliorer la ponctualité : modifier le noeud ferroviaire de St André le Gaz et mettre + d'IPCS par exemples. De plus, j'ai rappelé que si le matériel roulant était du ressort de la Région, la mise en place de parkings près des gares devait être de la responsabilité du CG, j'ai alors cité les problèmes de parking à La Tour du Pin. M. Payen a alors précisé que cela devait être accompagné d'aménagements routiers. Le maire de St André le Gaz a alors proposé une solution : que si RFF proposait plus d'arrêt à St André le Gaz, cela permettrait de soulager La Tour du Pin car le terrain de RFF et de la SNCF près de la gare de St André pourrait être transformé en parking.
 
Il faut penser à aménager les gares avec des services.
 
Le covoiturage a été plusieurs fois évoqué comme une solution très interessante pour le territoire, soit à partir du domicile, soit à partir de points de raliement. Dans ce dernier cas, il faudra mettre en place des parkings.
 
La notion de bus à la carte a été évoquée comme étant un échec car le transport nécessite trop de temps pour les usagers et les véhicules sont trop vides, le bilan carbone est très défavorable. Il faut s'orienter sur des véhicules + petits et adapter les matériels aux besoins.
Le problème d'insertion des personnes isolées, âgées ou au chômage, en difficulté financière, doit être intégré.
 
M. Rambaud a aussi précisé que la limite de 3 km en deça de laquelle aucun tranport collectif ne peut être mis en place sera supprimée.
 
La 3ème table ronde avait pour thème "L'avenir économique du Nord-Isère".
 
Ces 3 tables rondes ont été suivies d'une synthèse faite par M. Bernard Pecqueur, professeur à l'université Joseph Fourier de Grenoble, spécialiste de l'aménagement des territoires et du développement local.
 
Enfin une grande table ronde a conclu la journée sur le thème "Stratégies pour le Nord-Isère" en présence de MM.
- Gérard Collomb, président de la Communauté urbaine de Lyon, sénateur maire de Lyon
- André Vallini, président du CG de l'Isère, député de l'Isère
- Maurice Vincent, président de la CA de St Etienne, et maire de St Etienne
- Alain Cottalorda, président de la CA Porte de l'Isère, maire de Bourgoin-Jallieu
- Christian Trouiller, président de la CA du pays viennois, adjoint au maire de Vienne
- Jacques Remiller, maire de Vienne, député de l'Isère
 
Je ne suis pas resté pour assister à cette table ronde, mais le contexte a été posé comme suit : c'est un territoire tourné vers Lyon plus que vers Grenoble, avec des communes qui demandent déjà à entrer dans le Grand Lyon. Quelles sont les orientations possibles pour l'avenir de ce territoire ?

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu