Avertir le modérateur

18/09/2012

Bientôt une carte de réduction jusqu’à 27 ans à la SNCF ?

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2012/09/18/forever-youn...

Le jeune usager de la SNCF connaît bien l'astuce. La veille de ses 26 ans, même si sa carte 12-25 n'est pas encore périmée, il se précipite à un guichet de l'entreprise ferroviaire pour renouveler une dernière fois le précieux sésame qui lui permettra de profiter un an encore des tarifs préférentiels liés à son jeune âge. Mais que les étourdis qui ont oublié cette combine se rassurent. Le site d'information Streetpress.com affirme, lundi 17 septembre, que la SNCF prépare finalement une "carte 12-27", dont la sortie officielle serait prévue mardi 25 septembre.

La SNCF n'a pas confirmé l'information, mais ne l'a pas démentie pour autant. "Les contrôleurs et les agents répondant par téléphone aux questions des utilisateurs sont moins énigmatiques", écrit Streetpress. Le site dit avoir "appelé plusieurs fois le service clients de la SNCF" et obtenu chaque fois la même réponse : la "carte 12-27" arrivera le 25 septembre.

Le président de la SNCF, Guillaume Pepy, avait déjà fait des annonces en ce sens le 20 juin dernier sur Radio SNCF, mettant en alerte tous les éplorés de 26 ans qui rechignaient à payer plein tarif leurs trajets en train. "En septembre, on annoncera une bonne nouvelle. On n'ira pas jusqu’à 30 ans, mais on ira un petit peu plus loin que les 25 ans", avait expliqué M. Pepy.

Une opération temporaire avait déjà proposé en nombre limité une carte "12-30", officiellement en hommage aux 30 ans du TGV. Les 500 000 cartes de réduction s'étaient arrachées à une vitesse record. "On voulait faire un test d'appétit de nos clients pour une carte type 12-30. En analysant les résultats, nous allons revoir notre offre de cartes pour les jeunes", avait alors déclaré Barbara Dalibard, directrice générale de SNCF-Voyages.

La carte 12-25 ans, qui coûte 50 euros pour un an, donne actuellement droit à des réductions allant de 25 % à 60 % sur les trajets à bord de TGV ou d'Intercités, et de 50 % sur les trajets en TER, en période bleue.

07/08/2012

La SNCF développe les outils d'infotrafic pour les usagers des TER

http://www.webtrains.fr/actualites.php?article=5000017740

WEBTRAINS.FR - REDACTION FRANCOPHONE
04/08/2012 à 08 HEURES 00

 

TER Flash Trafic, le service d'information sur le trafic TER dédié aux clients abonnés, propose désormais plus de souplesse et de réactivité avec de nouvelles fonctionnalités adaptés aux abonnés et aux usagers occasionnels des trains régionaux.

 

TER Flash Trafic permet aux clients abonnés TER de recevoir par SMS ou email toute les informations liées au trafic de leur ligne. Avec plus de 80 000 utilisateurs, TER Flash Trafic est devenu depuis son lancement en 2007 l'outil d'information en temps réel incontournable pour les voyages au quotidien. TER Flash Trafic évolue et devient TER Flash Trafic Abonnés. Ce service offre aujourd'hui plus de souplesse et de réactivité à ses utilisateurs pour l'organisation de leurs journées, avec de nouvelles fonctionnalités puisque les abonnés TER peuvent maintenant personnaliser leurs alertes et sélectionner les gares de leur trajet. Ils reçoivent ainsi seulement les informations relatives à leur propre parcours. En cas de perturbation du trafic, ils sont également informés en temps réel de l'évolution de la situation.

TER propose aujourd'hui une version grand public de ce service et offre à ceux qui voyagent plus ponctuellement un meilleur confort dans la préparation de leurs voyages. Tous les voyageurs TER ont maintenant la possibilité d'être informés en temps réel par email d'un éventuel aléa de circulation sur une ligne TER, 48 heures à l'avance et jusqu'à leur départ.

Expérimenté depuis mi-juin en Pays-de-la-Loire et Picardie, TER Flash Trafic est progressivement mis en service dans l'ensemble des régions françaises jusqu'au 8 août 2012.

29/07/2012

La SNCF expérimente les « anticipateurs d’aléas »

http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/Economie/La-...

29/7/12 - 13 H 53 mis à jour le 29/7/12 - 13 H 53

 

La direction régionale Centre de la SNCF teste des procédures permettant de mieux répondre en cas d’incidents sur le réseau.

 

C’est la hantise de la SNCF : un train bloqué en rase campagne en pleine canicule l’été… ou victime de fortes chutes de neige l’hiver. Les effets en cascade sont dévastateurs sur l’image de l’entreprise, confrontée à l’exaspération des usagers et de ses 168 000 agents, de plus en plus stressés.

Pour répondre à cette épineuse problématique, la direction de l’opérateur ferroviaire mise sur une plus grande anticipation des risques, dans le but d’améliorer l’efficacité de ses réponses en cas de crise. S’appuyant sur l’exemple suisse, la direction préfère donc annuler un train susceptible d’être en retard – lié notamment au facteur climatique –, afin d’éviter d’entraîner tout le trafic dans une spirale infernale.

En région Centre, la direction régionale de la SNCF a choisi de créer une nouvelle entité de veille. Déjà à la tête du centre opérationnel, Jörn Harms a vu ses prérogatives élargies avec la création de la première cellule pré-opérationnelle de France, dont il a pris la direction. Ce nouveau service composé d’experts « anticipateurs d’aléas » doit vérifier à J-7 « que tout est au bon endroit au bon moment ».

Tous les retards sont analysés à la loupe

Il s’agit en outre d’intégrer dans l’organisation de la circulation des trains « les nombreux travaux de maintenance sur les voies ». Tous les facteurs qui peuvent affecter le trafic sont étudiés : les trains spéciaux (une vingtaine traversent la région par semaine), affrétés pour les comités d’entreprise, les pèlerins ou les colonies de vacances, nécessitent, par exemple, l’intervention d’agents pour l’aide aux bagages, « sans quoi on prendrait le risque de faire attendre les autres départs ». Tous les retards sont analysés à la loupe. Par prévention, cette cellule vérifie que les stocks d’eau dans les gares et les trains sont en quantité suffisante en cas d’arrêt prolongé.

L’investissement n’est pas anodin. Depuis deux ans, le centre opérationnel a doublé son personnel. Si l’objectif premier est de tout faire pour que les trains arrivent en gare à l’heure, il s’agit en creux de redorer le blason d’une entreprise qui a vu son image se dégrader.

Une initiative qui fait tâche d’huile

D’autres directions régionales vont imiter l’initiative. C’est le cas à Lyon où l’équipe sera bientôt en place, Bordeaux, Marseille ou dans la région Nord. Thierry Abon, directeur régional circulation, d’astreinte une semaine sur deux, sept jours sur sept, voit dans ce déploiement progressif de cellules d’anticipation une chance pour la SNCF « de prendre de l’avance » sur ses futurs concurrents, quand la libéralisation du transport ferroviaire de voyageurs sera actée.

« Tout le monde sera confronté aux mêmes aléas », renchérit Jörn Harms. Les responsables de la SNCF assurent ne pas « craindre cette concurrence » . Ils trouvent « injuste » que l’image de leur entreprise soit aussi rabaissée, que leur travail « ne soit pas reconnu à sa juste valeur » . Thierry Abon voit chez EDF un modèle à suivre. En période de crise, le fournisseur d’électricité arrive, selon lui, à « parfaitement faire savoir dans les journaux télévisés que ses agents travaillent au dépannage ».

Xavier Renard à Tours

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu